Préparer ses tissus

Je suis certaine que tu t’es déja posée cette question, avant de donner ton premier coup de ciseaux (ou de cutter rotatif). « Et si mon tissu rétrécissait? 😱 » En tout cas, moi, cette question je me la suis posée plusieurs fois…  Et je me la pose toujours !

C’est pourquoi, dès que je rentre chez moi après mes achats compulsifs de tissus, je m’impose une « sewing routine » . Et comme je suis sûre que tu te poses la question aussi, alors j’ai décidé de partager avec toi ce que je fais 😉

Comme dans tous les domaines, il y a plusieurs manières de faire, et chacun peut défendre son point de vue. J’ai eu la chance de faire des études dans une école de textile (tu te souviens, je t’avais dit que mon métier était de tricoter dans ma présentation). Et j’y ai appris de nombreuses choses, notamment en cours d’ennoblissement sur la préparation des tissus.

Alors je te propose ma « sewing routine » en 3 étapes !

  • Première étape : surjeter le bord des tissus

Si , si et re-si ! Cette étape EST indispensable ! Je ne le répéterai jamais assez… Alors pourquoi surjeter le bord des tissus ? Eh bien car l’étape qui va suivre va être très stressante pour les fibres du tissu. Alors si tu ne surjettes pas, les bords coupés de ton tissu vont s’effilocher. Tu devras donc recouper ces bords,  ce qui te fera perdre de la longueur…😒

Comment qu’on fait ? Et bien on va sécuriser les deux endroits qui ont été coupé en magasin. Et pour réaliser la sécurisation, je te propose deux méthodes (je suis généreuse, non ?)

– à la machine à coudre en utilisant un point zigzag. Tu peux utiliser soit ton pied presseur classique, soit le pied de surjet si tu le possèdes.

piedsurjet

– à la surjeteuse si tu en possèdes une. Je te conseille de désactiver les ciseaux sur ta machine. En tout cas, c’est que je fais pour éviter de recouper la longueur de mon tissu. Parfois, dans certain magasin le tissu n’est pas coupé droit, alors je préfère garder le plus de tissu possible.

C’est bon, le tissu est sécurisé ?🤗

  • Deuxième étape : savoir si la couleur est fixée

Avant de laver les tissus en machine, je souhaite voir s’ils vont dégorger. Bah oui, se serait dommage que la jolie robe noire et blanche devienne noir et grise au premier lavage…

Pour cela, je prends un bout de coton blanc (du tissu, pas du coton à démaquiller 😅 ) et je le frotte énergiquement sur le tissu que je viens d’acheter. Surtout sur les tissus foncés (rouge, bleu marine, noir, ce genre de couleur). Si mon coton blanc devient coloré alors la couleur n’est pas fixée : c’est à dire que le bain de teinture a été saturé en colorants, et le tissu mal rincé…

Une autre manière de voir si la couleur n’est pas fixée, est d’utiliser une pattemouille. Pour ça, je prends un morceau de tissu de coton blanc, que j’humidifie et pose sur mon tissu à tester. Je passe ensuite le fer à repasser sur la pattemouille. Si mon morceau de tissu blanc est devenu coloré : la couleur n’est pas fixée.

Ah mais comment on va faire si la couleur n’est pas fixée ?! 😱 On ne panique pas, j’ai la solution 💡

Si la couleur n’est pas fixée, et bien on va la fixer soi-même ! Ahah c’était pas compliqué comme réponse, n’est-ce pas ?

Pour ça :

  1. Je laisse tremper mon linge dans une bassine d’eau froide, avec une tasse de vinaigre blanc pour une tasse de gros sel.
  2. Je laisse tremper environ 2 heures et je rince à l’eau froide.
  3. ️Je remets le tissu dans une seconde bassine d’eau froide (c’est la même bassine que la première hein, c’est juste pour indiquer que je renouvelle l’eau) pendant 2 heures.  Uniquement de l’eau froide, donc pas de lessive, pas d’adoucissant et pas de vinaigre.
  4. Si l’eau se colore à nouveau, j’ajoute une tasse de vinaigre blanc (ne t’inquiète pas, le vinaigre blanc ça ne coûte presque rien). Et normalement,  maintenant, la couleur doit être fixée. Pour le savoir, on va rincer à l’eau froide.

– si l’eau de rinçage est claire : la couleur est fixée

– si l’eau de rinçage est colorée : jette ton tissu, tu n’en feras rien…. NON c’était une blague. En fait, il faut tout recommencer jusqu’à temps que l’eau de rinçage soit claire.

Maintenant que la couleur des tissus est fixée, on passe à la dernière étape 🤗

Troisième étape : le lavage

Sans te faire un cours magistral (parce que ce n’est pas l’objet de l’article), on utilise des apprêts dans la production de tissus. Dans l’idée, c’est une cire déposée sur les fibres afin de les protéger de tous les frottements lors du tissage. Ces apprêts se retirent simplement au lavage. Seulement, la présence d’apprêts protègent aussi le tissu lors des nombreuses manipulations, le rend bien lisse et tout doux. C’est pour cela que la majorité des fournisseurs ne le retirent pas (sans parler du coût supplémentaires : lavage + séchage…). D’ailleurs, tu en as peut être fait l’expérience. A force de toucher les tissus dans un magasin tu as la sensation d’avoir les mains sales, légèrement grasse, avec une drôle d’odeur… C’est l’apprêt qui se retrouve sur tes doigts.

Donc, on va l’enlever ! Alors pour cela, c’est simple : un lavage rapide en machine à 30 degrés, avec de la lessive bien sûr, mais sans adoucissant. Chez moi, (enfin sur ma machine à laver) le programme rapide dure 30 minutes. Je te laisse te référer au manuel d’utilisation de la tienne.

Et afin de voir comment réagit le tissu, je le passe aussi au sèche-linge, avec un programme adapté (en général c’est coton ou délicat). Comme ça, je suis sûr de ne pas avoir de problèmes lorsque je laverai mon vêtement par la suite 🤗

Le gros avantage de laver ses tissus, c’est aussi de ne pas avoir la mauvaise surprise de se coudre un vêtement seyant et très près du corps, que tu ne peux plus mettre une fois lavé, car il aura rétrécit.

Car il faut que tu saches qu’un tissu peu perdre jusqu’à 10% de sa taille une fois l’apprêt enlevé. Quoi !? Mais pourquoi ? Comment c’est possible ? Car l’apprêt bloque les fibres du tissu. Du coup, lorsqu’on retire l’apprêt, les fibre se « relaxent » et prenne leur nouvelle place, moins tendue (donc tu observes un retrait qui peut aller jusqu’à 10%)

D’ailleurs, dernier petit conseil : je prends 15 % de matière supplémentaire lorsque j’achète mon tissu. Si par exemple, il est indiqué qu’il me faut 150 cm de tissu pour un projet, je vais en prendre 170 (oui 15% supplémentaire ça fait 172,5 cm, je sais. Mais en boutique, ils coupent toujours un peu plus, donc je les aurais mes 172.5 cm  😉 je les aurais ! ahaha )

J’espère t’avoir convaincu si tu hésitais : laver ses tissus est une étape essentielle ! Malheureusement, elle est souvent négligée… et parfois, de mauvaises surprises surviennent.

Dis moi si tu as une autre sewing routine 🤗 !

 

9 commentaires sur “Préparer ses tissus

    1. C’est plaisir ! D’ailleurs, c’est pour ça qu’il ne faut pas saupoudrer de sel lorsqu’on renverse du vin rouge sur la nappe. Ça va fixer la tâche sinon 😱

  1. Merci merci les explications sont très interessantes, je ne faisais que le lavage avec un de vinaigre et séchage. Je vais compléter avec le sel et le vinaigre et je sais pourquoi.merci et bravo

    1. De rien ! Le savoir, ça se partage ! Le sel et le vinaigre c’est surtout pour fixer les couleurs qui dégorgent (les couleurs foncées généralement) 😉 pas besoin de le faire systématiquement !

  2. Je découvre votre blog et toutes ces astuces, que je m’empresse de retenir, car fortes interessantes, surtout sur les tissus. Merci pour les partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.