debuter en couture

La pfaff passport 2.0 : comment s’en servir ?

Je viens de compter, et à l’heure où j’écris cet article cela fait maintenant 8 mois que je possède cette machine à coudre. Et puisque je m’en sers tous les jours, ou presque, j’estime être en mesure de vous en parler en long, en large, et en travers !

Si vous êtes à la recherche d’une nouvelle machine à coudre, où que vous venez d’acquérir cette machine, cet article est probablement pour vous. Je vais essayer d’être précise, mais sans répéter le livret d’explications, quand même !

L’achat

Tout d’abord, avant de commencer, il faut que vous sachiez que cette machine, je ne l’ai pas acheté au hasard, sur internet, sur un coup de tête un samedi soir. Pour tout vous raconter, je possédais une machine basique (la singer mademoiselle), depuis 5 ans. C’est avec elle que j’ai appris la couture, mais j’ai atteint les limites d’utilisation de cette machine lorsque j’ai voulu coudre un manteau en drap de laine… J’y suis difficilement arrivée : beaucoup trop d’épaisseurs pour le petit moteur.

Je me suis donc rendue chez Passe-temps Bordeaux, là où différentes marques sont proposées (Janome, Husqvarna, Pfaff…) et…. où l’on peut essayer toutes les machines ! Oui oui, toutes celles exposées peuvent être essayées avec la présence de Véronique ! J’ai donc débarqué un après-midi de janvier, avec pleins d’échantillons de tissus. Je voulais trouver une machine qui me permettrai de coudre facilement les tissus que ma petite basique peinait à coudre.

Après discussion avec Véronique sur ce que je faisais en couture (dans mon cas, des vêtements), sur les choses qui ne m’intéressaient pas (une multitude de points de broderie par exemple), et des essais sur différentes machines, j’avais trouvé celle qu’il me fallait : la passport 2.0 de chez Pfaff.

mac.jpg

Pour être totalement transparente, je ne me suis pas imposée un prix. Je n’avais aucune idée de combien coûterait ce dont j’avais besoin. Je partais dans l’idée de savoir quelle machine me conviendrait, afin de pouvoir économiser suffisamment. S’il fallait attendre encore 3 mois, 6 mois ou 1 an, ce n’était pas le problème. Le problème, était de savoir combien économiser pour acheter la machine qu’il me fallait. Mais si on m’avait annoncé le prix d’une voiture, j’aurai largement revue mes prétentions à la baisse.

Dans cette quête de ma machine, j’ai eu de la chance dans le sens où j’avais déjà assez d’économies pour m’offrir cette machine. Elle coûte neuve 590€. Allez, on va dire 600, on n’est plus à 10€ près…  Parfois, lors de certaine promotion, vous pouvez la trouver au prix de 520€. Mais elle ne descendra pas plus bas. En tout cas, en 8 mois, c’est le prix le plus bas que j’ai relevé.

Du coup, la semaine suivant mes essais en magasin, je suis venue acheter ma machine. On était en janvier, mais pour moi, c’était encore Noël, folle comme gamine au moment d’ouvrir ses cadeaux !

D’ailleurs, en parlant de cadeaux, Véronique m’a offert la table d’extension. J’avoue avoir été dubitative au début. Mouais, une table d’extension… c’est vraiment bien ? Ah bah je peux te dire que dès que tu fais une graaaaande pièce (tout vêtement pour adulte en fait) c’est beaucoup plus agréable !!! Un grand merci à toi Véronique, cette table d’extension, c’est le bonheur !

mac_rallonge.jpg

Présentation de la machine

La passport 2.0 est une machine électronique.  Pour chaque point, elle a un réglage de base. Cependant, ce réglage peut être modifié. C’est ce que je cherchais. Par expérience, je sais qu’il faut garder la main sur différents paramètres si l’on veut obtenir ce que l’on souhaite. Je ne blâme pas l’électronique, bien au contraire. Une machine à coudre électronique sera bien plus précise qu’une machine purement mécanique. Seulement, avec une machine mécanique, il faut être maître de ce que l’on fait pour obtenir ce que l’on veut. Et je ne voulais pas d’une machine qui décide pour moi. Ou tout du moins, je voulais pouvoir tout modifier. Largeur de point, longueur de point, tension, position de l’aiguille, bref : tout !

Le double entraînement

Cette machine a un petit plus, qui sur d’autres n’existe pas (ou alors nécessite l’utilisation d’un pied particulier). Ce petit plus, c’est le système double entraînement ! Eh oui, cette machine possède l’IDT (pour Integrated Dual Transport), et ça change tout ! Ce système assure l’entraînement du tissu par le haut et par le bas, simultanément. Du coup, les étoffes sont emmenées de manière précise. Pour les étoffes fines, comme la viscose ou la soie, le système double entraînement permet d’éviter les faux plis. Grâce à la régularité de l’entraînement, les raccords des tissus à carreaux ou à rayures deviendront un jeu d’enfants. Enfin, la couture des étoffes extensibles est simplifiée, et les coutures réalisées ne gondolent jamais.

Boutons principaux

startstop.pngBouton marche/arrêt : ce bouton permet de coudre sans utiliser la pédale. Une pression sur le bouton, et la machine commence à coudre. Une seconde pression et la couture s’arrête. Je me sers de cette fonctionnalité pour faire mes réglages de points, et aussi lorsque j’ai de looooongues lignes droites. Comme des rideaux par exemple. Ou poser du biais sur une cape de bain !

marchearriere copieBouton marche arrière : une pression sur le bouton, et la machine à coudre se met à coudre en point arrière. Relâchez la pression, et la machine coud normalement, en point avant. Cette fonction sert notamment pour le point d’arrêt classique.vitesse copie


Variateur de vitesse
: ce variateur permet de régler la vitesse maximale de la machine, que l’on utilise le bouton marche/arrêt ou la pédale. Il y a trois positions possibles sur le variateur (lent, moyen et rapide). A noter qu’en utilisant la pédale, vous pouvez encore plus moduler la vitesse à chaque niveau.

Ecran

De part et d’autre de l’écran, se trouve un pavé numérique (à droite) ainsi que les réglages de position d’aiguilles (à gauche).

Capture d’écran 2018-09-21 à 20.20.22Le pavé numérique : Il suffit de composer la combinaison de 2 chiffres pour sélectionner le point voulu. Pour les points 1 à 9, il faut ajouter le 0 devant (pour le point 1, il faut inscrire 01 etc). Le numéro du  point apparaîtra sur l’écran d’affichage. Par défaut, lorsqu’on allume la machine, le point chargé et toujours le point 01 (point droit classique).

largeurdepointLa largeur de point : La largeur de point est utilisée notamment par tous les point zigzag. Pour augmenter ou diminuer la valeur, il suffit de jouer avec les boutons – et +. La valeur s’affiche temporairement sur l’écran, et la led de la largeur de point s’allume pour vous notifier que vous avez modifié la valeur du réglage. Pensez à noter cette valeur, car elle ne s’enregistre pas.

Astuce : Lorsque l’on utilise le point droit, par défaut, l’aiguille est au centre. En utilisant ces boutons – et + de la largeur de point, on peut faire varier la position de l’aiguille. Il  n’existe pas 3 positions différentes, mais 29 ! Allant de tout à gauche, à tout a droite.  C’est plutôt très pratique pour poser un passepoil, une fermeture invisible, faire une surpiqûre avec précision. Enfin vous voyez bien le champs des possibles !

longueurdepoint.jpgLa longueur de point : je ne vais pas vous faire un dessin, vous voyez très bien à quoi ça ressemble : c’est la distance entre 2 piqûres d’aiguilles. Pour la diminuer et l’augmenter, il suffit là encore, de jouer avec les boutons – et + associés. Et temporairement la valeur s’affichera sur l’écran. De même que pour la largeur de point, la led s’allumera pour vous notifier que vous avez modifié la valeur de base.

aiguille.jpgL’aiguille haut/bas : au premier abord, ça fait un peu gadget. Un bouton pour descendre et remonter l’aiguille ? Mouais… mais en fait, c’est hyper pratique. Car si avant de commencer à coudre, vous descendez l’aiguille, sachez qu’à chaque fois que vous lèverez le pied de la pédale, la machine s’arrêtera aiguille plantée. Donc plus de soucis pour faire des beaux angles, des courbes bien lisses etc.

Astuce : pensez à toujours descendre l’aiguille avant de commencer à coudre ! Et à la relever une fois la couture terminée 😉

arretimmediat.jpgLe point d’arrêt immédiat : très utile lorsqu’on utilise les motifs. Une pression sur le bouton, et la couture s’arrête à ce moment là. Il se différencie du point d’arrêt en « aller/retour » traditionnel par le fait que le point d’arrêt se fait sur lui même.

Astuce : le point d’arrêt immédiat peut aussi être utilisé en lieu et place du point d’arrêt classique surtout sur les tissus fins.

infoLe bouton info : lorsque l’on choisit un point, la machine conseil d’utiliser un pied en particulier (tous les pieds qu’elle recommande sont fournis avec la machine !). Pour savoir quel est ce pied, après avoir sélectionné le point, il suffit d’appuyer sur ce bouton, et le numéro du pied apparaîtra temporairement sur l’écran d’affichage.

Astuce : si vous utilisez le mauvais pied presseur, la machine ne vous l’indiquera pas. Pensez-donc à vérifier quel pied utiliser en fonction du point !

Choix des points

Il existe 70 points différents sur la passport 2.0. Je ne vais pas tous les faire (je ne les ai pas tous utilisés…. désolée !) Mais je vais vous présenter les catégories de points disponibles, et ceux que j’utilise le plus souvent.

Tous les points de la machine sont écrit sur une plaquette en plastique, qui se glisse dans la machine. Impossible donc de la perdre !

plaquettepoint.jpg

Les points utilitaires

Ce sont les points 01 à 20, ils se situent sur la première partie de la plaquette de points. Dans ces points, on retrouve tous ceux qu’on utilise régulièrement : les points droits simple et extensible, toute la famille des points point zigzag (simple, multiple, extensible, trois points etc), les points d’ourlets, mais aussi les points d’overlock, très utile lorsqu’on n’a pas de surjeteuse. Mais comme j’en possède une, je les utilise très rarement. Je crois que j’ai du les utiliser 2 ou 3 fois.

On trouve aussi 4 types de boutonnières différentes : la boutonnière standard (15), la boutonnière arrondie (16), la boutonnière à oeillet (17) et la boutonnière extensible réservées aux étoffes mailles.

boutonnieres.jpg

Les points de quilt

Je m’excuse d’avance pour cette partie, mais je ne fais pas du tout de quilting. Donc je ne saurais pas vous renseigner sur cette partie. Sachez juste que ce sont les points 21 à 47 qui sont concernés.

Cependant, je me suis un peu penchée sur la question, et il est possible de modifier la largeur et la longueur de chaque point. On obtient alors des effets différents :

A : Réglages de base

B : Même largeur de point que A, mais diminution de la longueur de point

C : Même longueur de point que B, mais diminution de la largeur de point

D : Même longueur de point que A, mais diminution et augmentation de la largeur de point

pointquilting.jpg

Astuce : afin que les motifs soient propres dès le début de la couture (cf photo), il suffit de positionner les fils (supérieur et de canette) sous le pied de biche, et vers l’arrière. Vous pouvez même tirer légèrement sur ces 2 fils lors des premiers points fait par la machine. Et ça, c’est valable pour toutes les machines !

Les points décoratifs

Ce sont les derniers points, allant du numéro 48 au numéro 70. Là encore, je ne les utilisent presque jamais. Je ne suis pas une grande fan de la broderie ou des points fantaisie.  Mais je dois admettre que je devrais essayer de m’y mettre, car avec la multitude de points présents, il y a de quoi faire !

Là encore, j’ai joué avec la largeur et la longueur de point :

E : Réglages de base

F : Même largeur que E, mais diminution de la longueur de point

G : Même longueur de point que D, mais diminution de la largeur de point

pointdeco

Astuce : Pour les points de quilt et décoratifs, il est intéressant de pouvoir modifier la longueur de point, afin d’avoir des motifs entiers. Sur des bas de manches par exemple, des ourlets de top, ou bien en déco d’encolure.

Tout est une question de réglages !

L’enfilage de la machine

Les supports à bobines

L’enfilage de la machine se fait comme sur toutes les machines à coudre, il n’y a pas de mauvaise surprise. La machine dispose cependant de 2 supports à bobines :

  • un support vertical
  • un support horizontal (qui peut se redresser à la verticale si besoin)

supportbobines.jpg

Mais pourquoi deux supports ? J’ai cru entendre des « pour l’aiguille double » dans le fond de la salle. Perdu ! =D

Je suis sur que vous avez déjà remarqué qu’en magasin qu’il y avait deux types de bobines :

  • des bobines où le fil forme des croisures
  • des bobines où le fil est bobiné côte à côte

bobines.jpg

S’il existe deux types de bobines, alors il existe deux manières de les dévider. Eh oui !

Astuce : Le fil des bobines croisées doit être défilé dans l’axe de la bobine. Donc si vous utilisez des cônes, vous devez avoir un porte cône avec un oeillet télescopique, afin que le fil se défile dans l’axe. Il en est de même pour les petites bobines : elles doivent être utilisées sur le support horizontal. Et n’oubliez pas d’utiliser l’écarteur fourni pour que la tension soit correct. Ne les dévidez pas sur le support vertical. La bobine tanguera , et la tension ne sera pas régulière.

Astuce : Quant au fil des bobines « simples », il ne doit surtout pas être défilé de manière horizontale. D’un point de vue physique, le fil va se tordre sur lui-même et casser. Il doit donc être placé sur un support vertical. Et c’est la bobine qui tourne sur elle-même.

Si tu as du mal à t’en convaincre, je t’invite à regarder cette vidéo. C’est en anglais, mais l’exemple qu’il prend (avec la bobine de ruban) est assez parlant (c’est à partir de 2:00) :

Maintenant, tu n’as plus d’excuse pour ne pas utiliser correctement tes bobines !

La tension

Elle se règle à l’aide de la molette présente sur le haut de la machine. En fonction du tissu, de l’épaisseur, du fil, la tension doit être ajustée. Il est nécessaire d’avoir un bon réglage de tension, si l’on ne veut pas se retrouver les fesses à l’air en plein milieu de la rue, parce qu’une couture n’aura pas tenue.

tension.jpg

Il faut garder en tête que les fils (de la bobine et de la canette) doivent se croiser entre les 2 couches de tissus.

Si l’on voit le fil de canette sur le dessus du tissu, c’est que la tension du fil de la bobine est trop élevée : il faut diminuer la tension (prendre un chiffre plus petit).

Si l’on voit le fil de la bobine sous le tissu, c’est que la tension du fil de la bobine est trop faible : il faut augmenter la tension (prendre un chiffre plus grand).

Astuce : Pour les points décoratifs et pour les points de boutonnières, le fil de la bobine DOIT se voir sur l’envers ! Il faut donc diminuer la valeur de la tension du fil de la bobine. Personnellement, pour les boutonnières, ma valeur de tension est à 3.

N’hésitez pas à faire plusieurs essais avant de vous lancer !

L’enfile-aiguille

Très pratique quand on y voit rien ! Personnellement, ce n’était pas un critère primordial d’achat, mais il a le mérite d’être présent sur la machine, et je pense que dans quelques années, mes yeux m’en seront reconnaissant ! Ahahaha !

Sinon, à quoi ça sert concrètement ? L’enfile-aiguille, c’est une sorte de petit crochet, qui permet d’attraper le fil qui passe devant l’aiguille. En retirant le crochet, on vient former une boucle de fil à travers le chas de l’aiguille. De cette manière, on n’a plus qu’à attraper la boucle formée, pour avoir le fil enfilé dans l’aiguille !

enfileaiguille.jpg

Cette option est vraiment très pratique, néanmoins, il faut être conscient que l’enfilage est conçue pour les aiguilles de tailles 70 à 120. Donc les aiguilles de tailles 60 devront être enfilées à l’ancienne. Et c’est pareil pour l’aiguille double, et les aiguilles lancéolées.

Les boutonnières

Pour réaliser l’une des 4 boutonnières proposées par la passport 2.0 , il ne faut pas oublier 2 choses :

  • il faut placer le bouton de la boutonnière dans l’emplacement prévu à cet effet.

piedavecbouton

  • il faut ensuite abaisser le levier de boutonnière qui se trouve à côté de l’enfile-aiguille. Ce levier permet à la machine de faire la boutonnière automatiquement car le levier rencontrera les repères de début et de fin de la boutonnière (à condition d’avoir mis le bouton dedans).

levierbouton.jpg

Astuce : j’utilise le bouton marche/arrêt pour faire les boutonnières. Une fois le tissu, le pied et le stabilisant placé, la machine gère toute seule. Et ça, ça me change de ma boutonnière en 4 étapes manuelles, de ma première machine.

Astuce : il faut diminuer la tension pour avoir une boutonnière esthétique, en la mettant à 3, j’obtiens de plus jolies boutonnières.

Les pieds presseurs

Il y a 6 pieds presseurs fournis avec la machine. Tous permettent de réaliser les 70 points proposés. Il en existe une multitude d’autre que l’on peut acheter à côté (j’ai d’ailleurs investi dans 2 autres pieds, que je présenterai plus bas).

Astuce : Notez bien que le kit de pied universels (celui vendu sur amazon, que tout le monde connaît) n’est pas compatible avec cette machine. Il y a une histoire d’axe qui n’est pas identique à celui des machines universelles. Du coup, si vous voulez coudre avec ces pieds, l’aiguille rencontrera la surface de ce dernier et ne passera pas dans l’orifice prévu. Casse d’aiguille assurée.

Pied de biche standard : 0A

Ce pied est principalement utilisé pour les coutures des points droits et des points zigzag, dont la longueur de point est supérieur à 1,0mm. Ce pied possède l’encoche pour le système IDT.

pied0.jpg

 

Pied de point fantaisie : 1A

Ce pied est utilisé pour les points décoratifs. La rainure située sous le pied est conçue pour passer sans à coups au dessus des points. Ce pied possède l’encoche pour le système IDT.

pied1

Pied de point fantaisie : 2A

Ce pied est utilisé pour certains points décoratifs, mais aussi pour les points zigzag courts et les autres points utilitaires de moins de 1,0mm de longueur. Il y a aussi aussi une rainure sous le pied, prévue pour passer au dessus des points sans à-coups. Ce pied ne possède pas l’encoche pour le système IDT. Il faut donc désactiver le système, en le relevant.

pied2.jpg

Pied pour ourlet invisible : 3

Ce pied s’utilise pour les points d’ourlets invisible (en même temps, il porte le même nom). L’ergot sous le pied permet de suivre le bord du pli de l’ourlet. Ce pied possède l’encoche pour le système IDT.

pied3

Pied pour fermeture à glissière : 4

Ce pied s’utilise pour poser les fermetures éclairs standards (les non-invisibles). Ce pied peut être posé à droite ou à gauche de l’aiguille, pour coudre plus facilement au plus près du bord des dents de la fermeture. En déplaçant l’aiguille grâce aux boutons + et – de position, la fermeture est posée parfaitement. Ce pied possède aussi l’encoche pour le système IDT.

pied4

Astuce : j’utilise ce pied pour poser le passepoil. La possibilité de déplacer l’aiguille est ici très appréciée afin de coudre au plus près de la cordelette.

Pied pour les boutonnières : 5B

A l’arrière du pied se trouve un espace servant à définir la taille de la boutonnière en fonction de la taille du bouton. La machine coudra une boutonnière correspondant au bouton, à condition de descendre le levier de la boutonnière !

pied5b

Astuce : pour poser les boutonnières, il faut désactiver le système IDT.

Pieds pour fermeture invisible (non fourni)

C’est un pied que j’ai acheté en plus. Il n’est donc pas fourni avec la machine. Ce pied permet de coudre au plus près des dents du zip invisible grâce à la rainure présente sous le pied. Celle-ci permet d’écarter les dents du zip afin de coudre au plus près. Comme le pied pour fermeture classique, on peut le placer à gauche ou à droite de l’aiguille, il possède l’encoche pour le système IDT, et grâce aux positions – et + de la largeur du point, on peut venir ajuster la position de l’aiguille au plus près.

piedzip

Astuce : n’hésitez pas à faire plusieurs essais pour trouver la meilleure position de l’aiguille, avec le zip à gauche et le zip à droite. Pensez à noter ces valeurs : les prochaines poses de zip invisibles seront plus rapides ! Vous n’aurez pas le réglage à refaire !

Pied téflon (non fourni)

C’est un pied qui ressemble en tout point au pied presseur standard, à la différence près qu’il est en téflon, matière antiadhésive. Ce pied permet de coudre avec facilité les matières plastiques, comme la toile cirée, le simili cuir etc.

piedteflon

Astuce : si vous n’avez pas de pied téflon, vous pouvez poser un morceau de papier sulfurisé, ou du papier de soie (papier qu’on trouve parfois dans les boites à chaussures), entre la matière plastique à coudre et le pied presseur ! Vous n’aurez qu’à arracher le papier de soie lorsque la couture sera terminée.

Vos questions

Est ce que la prise en main est compliquée ? A première vue, elle peut faire peur avec tous ses boutons. Mais on s’habitue vite au confort de l’électronique. Les 3/4 du temps, j’utilise le point droit, alors la prise en main est vraiment très rapide ! Cependant, je déconseille d’utiliser la vitesse max de suite ! Il vaut mieux apprendre à la dompter à vitesse minimale.

Comment nettoie-t-on la zone de la cannette ? Avec un pinceau ! (Et avec quoi ramasse-t-on la papaye ? Avec une foufourche ! Oups désolée, je me suis laissée emportée). Plus sérieusement (un peu quand même !) le cache en plastique s’enlève pour changer la canette, il suffit d’utiliser un petit pinceau pour enlever les poussières. Si vraiment, il y a tout un tas de fils emmêlés, il y a deux vis qui s’enlèvent facilement, pour retirer toute la plaque d’aiguille. Et là, c’est open-bar nettoyage ! Je l’ai déjà enlevée, pour faire un grand nettoyage, et ça se remet facilement. Il y a la démarche dans le livret explicatif. Mais je conseille toujours de prendre des photos avant d’enlever quoi que ce soit. C’est plus facile pour tout remettre correctement par la suite.

nettoyagecannette.jpg

Est ce qu’elle gère les épaisseurs? Oui ! Jean, caban, drap de laine, simili, rien de lui résiste. A condition d’utiliser les bons réglages avec les bonnes aiguilles, évidemment ! On augmente la longueur du point et on diminue légèrement la tension. Faites des essaies préliminaires avant de passer sur vos projets ! Depuis que je l’utilise, je n’ai encore rien rencontré qui lui ai résisté….

Est-elle bruyante? Par rapport à ma mécanique : pas du tout. Cependant, à pleine vitesse, oui, elle s’entend. Je n’ai rien pour mesurer les décibels, néanmoins, je peux t’assurer que lorsque je couds quand monsieur fait la sieste, ça ne le réveille pas ! Et le chat aussi !

Peut-on choisir la position de l’aiguille? Tout à fait : 29 positions différentes sur une amplitude totale de 7 mm. C’est donc avec précision que l’on peut coudre du ruban, du passepoil, surpiquer etc

Quels sont les accessoires fournis ? Il y a d’abord les 6 pieds que j’ai présenté, ainsi que 2 grands porte-bobines, 1 petit porte-bobine, 5 canettes, un rond de feutrine pour mettre dans les porte-bobines, 1 tournevis, 1 broche porte-bobine, 1 guide-bord, 1 découd-vite avec un embout brosse et un outil multi usage (pour commencer à coudre les épaisseurs notamment).

accessoires.jpg

J’allais oublier ! Elle est aussi fournie avec un capot rigide qui recouvre l’intégralité de la machine. De plus, dans ce capot se trouve l’emplacement pour ranger la pédale ainsi que le câble d’alimentation. Enfin, pour celles qui souhaiteraient acheter la table d’extension, sachez qu’avec la table est fournie une pochette, qui elle-même, se fixe à l’arrière du capot. Ainsi tout est rangé au même endroit !

Quels sont ses défauts ? Aucun ahaha ! En fait, ce n’est pas vraiment un défaut, mais je trouve que la zone à droite de l’aiguille est un peu étroite. Pour les grandes pièces, il faut bien enrouler son tissu pour pouvoir le passer au travers de la machine. Après c’est une machine compact. On ne peut pas avoir le confort d’une petite machine qu’on peut ranger facilement, avec le confort d’une machine avec un énorme plan de travail.

Quel est l’intérêt de cette machine par rapport à celle d’autre marque ? Il y avait d’autres machines de marques différentes avec ce que je recherchais. Cependant, ces machines avaient également des fonctions gadget pour moi (coupe-fil automatique, signal sonore quand la cannette est vide, 4 alphabets, une quantité astronomique de points de broderie…) pour des centaines d’euros de plus. Je n’aime pas le surplus, alors j’ai choisi celle qui correspondait à mes besoins.

Est ce que tu la recommanderais à une débutante ? Pour une ultra-débutante, qui n’a jamais touché à une machine, je dirais que non. Mais je vais transposer mon raisonnement à la conduite automobile, et je suis sur que vous comprendrez mieux. On a tous appris à conduire très jeune. Et on en a fait des erreurs… Pour moi, c’est beaucoup trop dangereux d’apprendre à conduire sur une Porsche, c’est beaucoup trop puissant. C’est plus prudent d’apprendre la conduite sur une bonne vieille Clio. Et lorsque l’on sait bien conduire, là, on peut se faire plaisir avec un joli bolide. C’est pour cette raison que je ne recommanderai pas cette machine en premier modèle. Il faut mieux apprendre avec une mécanique, basique, qui ne craindra pas les chocs, et où vous pourrez toucher à tous les réglages sans problèmes. Un choc, une aiguille de tordue avec une machine électronique, et c’est direction le réparateur, et la facture qui va avec… Après, cet avis ne regarde que moi. Libre à vous de faire vos propres choix !

pin.jpg

J’espère que cet article vous a plu ! Si c’est le cas, n’hésitez pas
à enregistrer la dernière image sur pinterest !

Et si jamais vous voulezpartager votre expérience avec cette machine,
ou si vous avez d’autres questions,
laissez-moi des commentaires.
Je tâcherai d’y répondre !

 

 

 

Un commentaire sur “La pfaff passport 2.0 : comment s’en servir ?

  1. Bonjour, merci pour cet article, très fourni.
    Cette machine me fait de l’œil… Elle ressemble à ma vielle singer électronique de 1979 (à quelques exceptions, l’enfilage automatique, les différents pieds) , je dois l’emporter en réparation et si elle ne peut être réparée… je pense que j’essaierai d’économiser pour celle-ci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.