Raccorder un biais

Des points techniques

Dernièrement, je vous ai montré comment poser du biais dans un angle. Mais en couture, il nous arrive souvent de devoir poser du biais sur une forme fermée : une encolure, un ourlet de jupe, de top, de manches etc.

On a toute fait un jour, la méthode du « je pose mes extrémités de biais endroit contre endroit, et j’ouvre la couture au fer ». Hop ! Ni vu, ni connu ! Sauf que cette technique créée une sur-épaisseur, qui n’est pas agréable…

Je vous montre aujourd’hui, ma méthode infaillible
pour raccorder un biais comme une pro !

Publicités
pose biais angle couture

Poser du biais dans un angle

Des points techniques

La pose du biais dans un angle est une chose qui peut parfois faire peur. Et je suis certaine que plusieurs fois, tu t’es dis « je vais faire un arrondi ! Je ne me prendrai pas la tête !« . Allez, avoue….

Eh bien ce temps est révolu ! Car je vais te montrer la technique in-fail-lible pour poser du biais dans un angle, et obtenir un résultat parfait, sur l’endroit et sur l’envers !

angle

colorimétrie

Choisir ses tissus à l’aide de la colorimétrie : la théorie des 4 saisons

Des points techniques

Depuis que je couds mes vêtements, je prends beaucoup de plaisir à choisir le tissu qui conviendra parfaitement. Et parfois, voir souvent, je n’arrive pas à me décider entre plusieurs tissus. Il  m’arrive aussi de choisir un tissu parce que je l’ai vu sur une autre fille, et que j’adorais son association patron/tissu. Un vrai petit mouton…

Sauf que parfois, ça ne match pas sur moi….

Alors puisqu’accorder les couleurs n’est pas quelque chose d’inée chez moi, j’ai décidé de prendre les devants ! J’ai donc pris un rendez-vous pour un atelier de colorimétrie, afin de définir mon profil colorimétrique !

La colorimétrie, qu’est-ce-que c’est ?

Littéralement, c’est la science des couleurs. Le but ici n’est pas de t’expliquer comment ça marche, ni pourquoi ça fonctionne. Mais il faut que tu retiennes qu’en combinant les bonnes couleurs ensemble, on obtient quelque chose d’harmonieux. Et c’est ce dernier point qui me pose problème lorsque je veux coudre mes vêtements : ce qui est harmonieux chez une personne, ne l’est pas forcément sur moi ! (je ne te parle pas de morphologie, mais juste des couleurs).

Je suis sur que tu as déjà remarqué que certaines couleurs soulignaient la couleur de tes yeux et s’harmonisaient parfaitement avec ton teint et ta chevelure, alors que d’autres beaucoup moins ! Voire même : pas du tout. La raison est très simple ! On réagit tous face à une palette de couleurs : soit positivement, soit négativement. C’est pour cela que parfois, une robe que je trouvais magnifique sur quelqu’un, marque les traits de mon visage, et me donne l’air fatiguée.

Cependant, en associant les bonnes couleurs au niveau du visage, on devrait être en mesure de  d’illuminer notre teint, de « masquer » les cernes, les rougeurs. Ou du moins, ne pas trop les faire ressortir ! Grâce aux bonnes couleurs, le visage va devenir plus rayonnant, plus lumineux, plus harmonieux.

Mais comment trouver ces couleurs ? Il existe de nombreux articles sur internet qui explique comment faire soi-même. En fonction de la couleur de tes yeux, de tes cheveux , de la carnation de ta peau, de la couleur de tes veines etc. Mais je t’avoue qu’on s’y perd assez vite. Et puis il y a pas mal d’exceptions… Le mieux, ça reste de prendre un rendez-vous avec un professionnel. Ils ont l’oeil plus averti !

C’est donc ce que j’ai fait, et après quelques recherches sur internet, j’ai choisi de prendre rendez-vous avec Laura, de l’Atelier mode.

atelier_mode.jpg

L’atelier mode

Pour déterminer mon profil colorimétrique, Laura commence par m’expliquer que selon la pigmentation de la peau, le flux sanguin, la couleur des yeux et celle des cheveux, on réagit à une gamme spécifique de couleurs qui nous met en valeur. Cette technique requiert une connaissance et une maîtrise en matière de couleurs : les différentes températures, les tons, les valeurs, les intensités et les saturations.  Les femmes (et je pense que les hommes c’est pareil) sont reparties selon 4 palettes, comme les 4 saisons.

  • la femme printemps
  • la femme automne
  • la femme été
  • la femme hiver

Les femmes printemps et automne, sont mises en valeurs par des tons chauds : ce sont des couleurs avec une pointe de jaune ou d’orangé. Les femmes été et hiver quant à elles sont mises en valeur par les tons froids  : c’est à dire des couleurs avec une pointe de bleu.

tonschaudfroid.jpg

Mais je te vois venir ! Tous les jaunes ne sont pas des couleurs chaudes, et il y a même des bleus qui ne sont pas froids ! Sisi ! Ce n’est pas si simple que ça… Et c’est là que l’oeil du professionnel entre en piste.

Pour différencier à quelle saison on appartient, il faut faire entrer un nouveau paramètre dans l’équation  : la hauteur de tons. (il reste beaucoup de monde là ??) Pour les femmes printemps et été, les couleurs douces et légères mettront en valeur leur beauté naturelle. Tandis que pour les femmes automne et hiver, se sera les couleurs profondes et intenses.

smartcapture

Et pour déterminer quel ton et quelle hauteur de ton me conviennent le mieux, Laura a dégainé toute son armée de foulards colorés.

C’est parti !

foulards.jpg

Laura a commencé par me placer deux foulards autour du visage : le premier était doré, et devait représenter les tons chauds. L’autre, argenté, devait représenter les tons froids. En principe, l’un des tissus doit faire ressortir mon regard, illuminer mon teint, me faire une chevelure de dingue, bref : me rendre naturellement jolie.

Tu vois venir le truc n’est-ce pas….

Pas de chance pour moi , je suis un cas « complexe » : le tissu doré me fait le teint jaune, sauf qu’avec mon visage pâle de ch’timi expatriée, cela me donne un faux effet « bonne mine ». Quant à l’argenté, il n’illumine pas mon visage, mais ne me fait pas un teint terne non plus…

Alors puisque l’essayage doré/argenté n’a pas été concluant, on est parti dans la valse des tissus ! Couleur par couleur, Laura me passe ses différents tissus autour du cou, et on regarde lequel illumine mon visage, fait ressortir la couleur de  mes yeux, et lequel marque les cernes, les rougeurs, et ternit ma couleur de cheveux. C’est là que la hauteur de ton intervient : elle me passe en général 4 tissus d’un même coloris (froid et doux / froid et intense / chaud et doux / chaud et intense).

Ce n’est pas évident pour moi, même si j’ai eu des cours de teinture et de colorimétrie par le passé. Mais après plusieurs foulards et surtout, les indications de Laura, je commence à comprendre ! Au fur et à mesure de la séance, on avance, et on définit petit à petit mon profil colorimétrique.

Au fil des essayages, je comprends pourquoi certains de mes vêtements cousus ne m’allaient pas au teint. Ce sont des hauteur de tons qui marquent mes traits, qui me donnent le  teint gris, et mes cheveux paraissent fades, en mauvaise santéon dirait que je suis malade, j’ai le teint cadavériques parfois, et je peux te dire qu’à ce moment là, ce n’est pas beau à voir…

Mais finalement, avec toutes ces couleurs qui me vont et celles qui ne me vont pas, mon profil colorimétrique devient de plus en plus net. Sans aucun doute, ce sont les couleurs froides et intenses qui me vont. Je suis donc… une femme hiver !

mescouleurs.jpg

Grâce à Laura, j’ai pu découvrir quelles étaient les couleurs qui m’allaient au teint, et surtout lesquelles étaient à éviter. Quand je dis éviter, c’est bien « éviter de porter ces couleurs à proximité du visage pour avoir bonne mine ».

J’ai notamment pu prendre conscience que le vert sapin m’allait particulièrement bien, alors que c’est une couleur que je n’utilise jamais. Je ne me retourne jamais dessus lors de mes achats tissus. Je te mets d’ailleurs une petite photo pour que tu t’en rendes compte :

rpt

Observe bien les traits de mon visage (les cernes sous les yeux, les rougeurs autour du nez, la couleur de mon teint, la couleur de mes yeux et la façon dont ressort la couleur de mes cheveux). Je t’assure qu’il n’y a eu aucune retouche sur les photos. Elles ont été prises à quelques secondes d’intervalle (le temps de changer le foulard, en fait), dans la même position, avec le même appareil photo. Je trouve que la différence est flagrante… Pas toi ?

Suite à cet atelier, je suis donc repartie avec ma carte colorimétrique personnalisée, que je peux emmener partout avec moi ! D’ailleurs, je pense en faire une photocopie pour pouvoir l’avoir dans mon carnet de couture !

nuancier.jpg

Tu remarqueras d’ailleurs que quelques couleurs sont barrées sur ma carte. Ce sont des couleurs froides et intenses, mais qui ne me vont pas (le rose, le gris et le vert). A contrario, on a ajouté le bleu ciel sur ma carte, malgré le fait que ce soit une couleur froide et douce, elle me va, L’oeil du professionnel je te dis !

Et comme tu peux le voir aussi, ce sont les couleurs plutôt foncés qui me vont le mieux dans ma palette (on en a barré aucune !). Les autres me vont bien aussi, mais les plus foncées comme le vert sapin, le bordeaux ou le bleu marine sont les meilleures.

En conclusion

Eh bien déjà, j’ai appris pas mal sur moi, et sur les coloris qui me vont. Pour être honnête, ça fait des années que j’utilise une palette de make-up avec des marrons doux, alors que je pourrais me lâcher sur les coloris bordeaux par exemple ! Il va falloir que  j’essaye….

J’ai passé un agréable moment en la compagnie de Laura, et j’ai apprécié tous les conseils qu’elle a pu me délivrer durant cet atelier. Si tu es comme moi (que tu couds tes propres vêtements mais que tu as du mal à choisir ton tissu en magasin) ou que tu es un peu perdue devant ta garde-robe, n’hésites pas à aller voir Laura !

Evidemment, on n’est pas obligé de respecter à la lettre la carte colorimétrique. Personne ne viendra te montrer du doigt dans la rue, et criant « Bouuuuuuuh elle a mis du rose poudrée alors que c’est une femme d’hiver  » (en vrai je suis en train d’imaginer la scène, et ça me fait mourir de rire !)

nuancier.jpg

Laura propose plein d’autres ateliers, allant du cours de maquillage, au tri dans le dressing, en passant par la séance shopping pour un événement particulier, mais toujours en tenant compte de ta colorimétrie et de ta morphologie. Je n’ai testé que l’atelier colorimétrie, alors je ne peux donner mon avis que sur cette prestation. Néanmoins, cela m’étonnerait fortement que les autres ateliers qu’elle propose ne soient pas à la hauteur de celui testé aujourd’hui !

smartcapture

D’ailleurs, si tu es de la région bordelaise, sache que Laura m’a proposé de faire gagner 1 bon de réduction d’une valeur de 10€ ! A valoir dans son salon, pour toute prestation, SANS VALEUR MINIMUM !

Donc en fait, si toi aussi tu veux faire l’atelier de colorimétrie,
il te reviendra à 25€ au lieu de 35€ ! C’est plutôt le bon plan quand même !

Alors pour participer, rends-toi vite sur mon compte Instragram
pour trouver la photo ci-dessous, et tenter de gagner !

rpt

Bonne chance ❤

 

 

 

agrandir manche

Agrandir une manche : la technique du pivot

Des points techniques

Lorsque j’ai cousu mon premier top Rumer, j’ai coupé, comme d’hab’, une taille 42. Mais au moment de l’essayage (afin de vérifier que tout allait bien) eh bien, tout n’allait pas bien ! Impossible de passer mes bras ! Je ne comprends pas, j’ai bien mesuré sur le patron avant de couper… Aurais-je décalqué une mauvaise taille ?

Après vérification, le problème venait de moi : merci la salle de sport qui m’a fait prendre du biceps… La valeur de mon tour de bras était erronée. Il me fallait bien rajouter 2 cm de tour de bras pour pouvoir enfiler mon top. Oh rage ! Oh désespoir !….

Je découds donc les deux manches, et je renfile mon top, qui à ce moment ressemble plutôt à un marcel… Le buste tombe bien comme il faut, l’emmanchure est assez grande. Donc mon problème est : la manche est trop étroite.

Comment modifier la largeur d’une manche,
sans changer la taille de l’emmanchure ?

Merci internet, où plutôt merci Nancy ! Grâce à sa vidéo, j’ai appris comment modifier une manche pour les gens qui ont des bras plus larges que la référence. Mais puisque sa vidéo est en anglais, je me suis permise de prendre des photos lorsque j’ai fait mes propres modifications.

Tracés de base

Tout d’abord, il te faut peu de matériel :

  • le patron de la manche que tu veux modifier, avec la marge de couture prévue
  • une punaise, pour faire pivoter ton patron
  • du papier à patron
  • un support (comme un bout de carton) pour pouvoir planter la punaise dans autre chose que ta table à manger
  • des feutres
  • une règle
  • une équerre

Tu as tout ce qu’il faut ? C’est parti !

La technique consiste à augmenter la largeur de la manche, SANS augmenter la taille de l’emmanchure. Sinon, tu ne pourras pas coudre ta manche sur le buste.

Sur ton support, tu positionnes une feuille de papier (à patron, ou à dessin, ou de papier cuisson, bref : ce que tu utilises pour décalquer tes patrons d’habitude !), et par dessus, tu poses le patron de la manche que tu as découpé.

Tu viens piquer la punaise au niveau du repère de la tête de manche : ce sera notre point de pivot (sur la photo, la punaise est symbolisée par la croix noire).

Il va falloir faire plusieurs repères sur la feuille vierge :

  • je commence par tracer le bas de la manche : la grande ligne en pointillé bleu
  • de part et d’autres de ce bas de manche, je fais un repère de la moitié de la valeur que je souhaites ajouter. Moi, j’ai décidé d’augmenter ma largeur de manche de 3 cm. Donc j’ajoute 1,5 cm de chaque côté de mon bas de manche, sur la ligne bleue : les repères noirs.
  • je trace les deux parallèles à la ligne bleue et passant par les aisselles. Puis je place un repère dont la distance correspond à la moitié de la valeur que je souhaite ajouter. Toujours 1,5 cm donc.
  • Je finis en traçant la perpendiculaire au bas de manche, passant par ce repère : j’obtiens les lignes en pointillé rouge de chaque côte de la manche.

pivot_manche_traces

Pivoter à gauche

Maintenant que tous les tracés sont fait, j’augmente la partie gauche de ma manche. Je tiens la punaise d’une main, et de l’autre, je fais pivoter le patron de la manche, jusqu’à ce que la pointe de l’aisselle gauche, rencontre le tracé rouge (de gauche évidemment !)

pivot_manche_gauche

Sur la feuille de papier, je trace donc la première partie de l’emmanchure, allant de la pointe de l’aisselle gauche jusqu’à la tête de manche. Et il ne faut pas oublier les repères devant/dos au passage ! J’obtiens le tracé vert clair.

Pivoter à droite

Tu as compris le principe, non ? Et bien pour augmenter à droite, c’est pareil ! Je tiens la punaise d’une main, et de l’autre, je fais pivoter le patron de la manche, jusqu’à ce que la pointe de l’aisselle droite, rencontre le tracé rouge (de droite cette fois-ci !)

pivot_manche_droit.jpg

Sur la feuille de papier, je trace donc la seconde partie de l’emmanchure, allant de la pointe de l’aisselle droite jusqu’à la tête de manche. Et il ne faut pas oublier les repères devant/dos au passage ! J’obtiens le tracé vert foncé.

Fermer la manche

Maintenant, il ne te reste qu’à relier les extrémités des tracés verts, aux extrémités du bas des manches, que j’ai tracé au tout début (les repères noirs)

pivot_manche_final

En reliant les extrémités, j’obtiens les tracés roses de mon dessous de bras. Et j’ai ma nouvelle manche ! Puisqu’on a juste pivoté l’emmanchure, on n’a jamais modifié cette longueur. Il n’y aura donc aucun soucis pour coudre ! La seule dimension qu’on a modifié, c’est la largeur de bras.

Afin de vérifier si on a bien tracé, les deux traits roses doivent avoir la même longueur. Bien évidemment, ils sont plus grands que les tracés initiaux. Ce que je te conseille, c’est de raccourcir ces traits, afin que le vêtement tombe comme prévu d’origine. Moi c’est ce que j’ai fait : j’ai tracé une parallèle à la ligne bleue, afin que le dessous de bras (tracé rose) de ma manche modifiée soit égale au dessous de bras de la manche d’origine. Pour cela, il suffit simplement de mesurer le dessous de bras de la manche d’origine, et de reporter la longueur sur le trait rose, à partir de l’aisselle !

Et voilà ! Maintenant tu sais comment augmenter la largeur d’une manche sans toucher à l’emmanchure ! 🙂

Je pense que cette méthode est aussi valable pour diminuer la largeur d’une manche.
Il suffit juste de faire les repères vers l’intérieur de la forme,
plutôt que vers l’extérieur !