changer les couteaux de surjeteuse

Comment changer les couteaux de sa surjeteuse

Mes tutos

Les couteaux de la surjeteuse sont des éléments indispensables pour raser le tissu. Mais de nombreuses mauvaises utilisations de ceux-ci nous amènent parfois à devoir les changer.

Petite liste non-exhaustive pouvant entraîner les changements des couteaux :

  • passage d’un tissu beaucoup trop épais
  • utilisation d’un tissu avec des fils métalliques
  • ou d’un tissu avec des perles
    et mon préféré….. roulements de tambour….
  • l’épingle oubliée !

D’ailleurs, c’est un peu pour ça qu’on trouve des surjeteuses en presque bon état et à moindre prix sur le bon coin. Les gens ont laissé une épingle passer sous les couteaux, suite au bruit que cela a engendré, elles n’osent plus utiliser leur machine et…. des filles comme moi les récupère pour trois francs six sous !

C’est d’ailleurs comme ça que j’ai acheté la mienne, celle de ma copine Sewing by Méli pour son anniversaire, et dernièrement, celle de ma mère pour la fête des mères ! C’est sur cette dernière machine que j’ai changé les couteaux : la personne l’ayant avant moi, avait oublié d’enlever les épingles… Impardonnable je te dis ! La preuve en image :

Comme ça, on dirait que ce n’est pas grand chose… mais ça t’abîme un tissu en moins de deux !!! Le tissu est arraché, il a tendance à s’enrouler sur lui même plutôt que d’être rasé, et le surjet n’est pas net…

Je pense que 8 fois sur 10, on se retrouve à devoir changer ses couteaux suite à une malheureuse épingle oubliée. D’ailleurs, il y a une probabilité assez élevée pour que tu sois arrivée ici suite à cette situation !

Pas de panique ! Une erreur, ça arrive à tout le monde. Mais avoir ses couteaux émoussés, ça fait bien c***…

Si tes couteaux sont émoussés, je te conseille d’arrêter d’utiliser ta surjeteuse en attendant de changer les couteaux. Tu risquerais de dérégler la machine, d’abîmer les boucleurs etc. BREF ! On n’utilise pas une machine abîmée au risque de l’abîmer encore plus. ça paraît logique, mais pas pour tout le monde….

La suite concerne le changement des couteaux de la surjeteuse élément by pfaff 1230 ol.
Il semblerait que les machines Singer 14SH744, ainsi que la Hobbylock 2.0 soient (mécaniquement parlant) proches. Ce tuto peut alors convenir.
Regardez bien les images avant de vous lancer !

Matériel

Tout d’abord, il te faut bien évidemment acheter de nouveaux couteaux. Les miens (pour la élément by pfaff 1230 ol) proviennent de la mercerie des filles à pois. C’est la première fois que je commandais sur le site, mais je sais que le site est fiable, car beaucoup d’amies commandent du tissus chez eux ! Bref, la livraison a été hyper rapide : 3 jours.

Ensuite, il te faudra aussi :

  • une douille à 6 pans de 7mm
  • un tournevis OU une clef à cliquet (la mienne était trop large pour pouvoir être utiliser)
  • un petit tournevis cruciforme
  • de l’huile mécanique
  • un peu d’huile de coude
  • et de la minutie

outils.jpg

Changements de couteaux

Tu verras qu’en commandant des couteaux, tu reçois toujours celui du haut ET du bas. Alors même si tu ne vois pas d’impact sur l’un des couteaux, il vaut mieux changer les deux. Si une aiguille est passée, elle a forcément abîmée les deux couteaux. L’aiguille est généreuse, elle ne fait pas les choses à moitié…

Doucement petit scarabée, on va y aller par étape ! Déjà, tu commences par débrancher ta machine. Ensuite, tu diminues la largeur du surjet à son minimum. En tout cas sur la mienne, c’est le couteau inférieur qui se déplace et appuie sur le couteau supérieur pour augmenter la largeur du surjet. Donc pour que ce soit plus simple, j’ai mis la largeur au minimum.

Maintenant que c’est fait, je te conseille de prendre des photos des couteaux sur ta machine AVANT de commencer à dévisser quoi que ce soit. Grâce à tes photos, tu pourras vérifier le bon positionnement de tes pièces, en plus de pouvoir frimer auprès de ton mec « Hey t’as vu, j’ai réparé ma surjeteuse toute seule ! » Oui, les filles AUSSI ont le droit d’utiliser des outils, pas besoin d’un pénis pour savoir s’en servir !

Le couteau inférieur

C’est le plus simple à changer !
1 – Tu ouvres le capot pour pouvoir accéder au couteau.
2- Tu désactives le couteau supérieur (tu le mets en position horizontale) pour qu’il ne te gène pas.
3 – A l’aide du tournevis cruciforme, tu dévisses la vis noire qui maintient le couteau inférieur. Et tu déposes la vis dans le capot ouvert (se serait dommage de la perdre !).

visinf.jpg

4 – Tu retires le couteau endommagé.
5 – Tu mets le nouveau couteau dans l’emplacement prévu. Tu ne peux pas te tromper de sens, c’est facile ! Pense à mettre une petite goutte d’huile autour du trou du couteau, des deux côtés.
6 – Tu revisses la vis noire, et tu serres. Mais pas comme une brute ! Il ne faut pas abîmer le pas de vis….
Voilà, tu viens de changer le premier couteau. C’était pas insurmontable !

Le couteau supérieur

Si le plus simple à changer était le couteau inférieur, par déduction, le couteau supérieur est un peu plus compliqué. En fait, ce qui est compliqué c’est que c’est vraiment. bien. serré. En même temps, c’est monté en usine….

1 – Tu mets le couteau supérieur en position de travail (à la verticale, pas comme sur la photo).
2 – A l’aide de ton tournevis/ta clef à cliquet et de ta douille à 6 pans de 7 mm, tu vas enlever la grosse vis noire. C’est un peu dur, mais ça se dévisse quand même. Une fois que tu as dévissé, tu déposes la vis dans le capot (tu n’as pas perdu la première vis, se serait dommage de perdre la seconde !)

visoblong.jpg

3 – Tu retires le couteau endommagé.
4 – Tu mets le nouveau couteau, en déposant une goutte d’huile autour du trou oblong que tu étales avec un chiffon pour la repartir des deux côtés du couteau. Ensuite, tu essayes de le positionner comme sur les photos que tu as pris avant de tout enlever (tu n’en as pas pris ? Je t’avais prévenu pourtant…).

huile.jpg

5 – Lorsque tu as mis ton couteau, tu peux revisser, mais tu ne dois pas serrer à fond les ballons ! On va régler la hauteur de ton couteau. C’est à çà que sert le trou oblong : pouvoir ajuster la hauteur du couteau.
vissup.jpg

Pour voir si tu as correctement placé le couteau supérieur, il faut que utilises le volant et que tu observes le mécanisme de coupe sur un morceau de tissu. Si le couteau supérieur est trop haut ou trop bas alors il ne coupera pas l’intégralité du tissu (ça le pliera au début s’il est trop haut, ou à la fin s’il est trop bas). Fais un test en plaçant un morceau de tissu et en utilisant ton volant, et observe. C’est le meilleur conseil que je puisse te donner. Mais si tu as pris des photos, tu n’auras pas de problème pour le placer.

6 – Une fois que la hauteur est réglée et vérifiée, tu peux serrer la vis (mais pas comme une brute).

C’est fini !

Et voilà, en moins de 10 minutes, tu as changé tes couteaux ! Une vrai pro !

Maintenant, tu peux reprendre ton projet en-cours.
Et surtout… penses à enlever tes épingles cette fois-ci !

N’hésites pas à partager cet article à toutes tes copines qui ont besoin de changer leurs couteaux ! ça peut faire peur, mais c’est tout à fait faisable !

Publicités
tuto espadrilles diy

Des espadrilles uniques {TUTO}

Mes tutos

Les espadrilles, c’est LA chaussure que tout le monde porte dans le sud-ouest. Les femmes, les hommes, les enfants : tout le monde porte ça aux pieds ! En ville, en bord de mer,  version compensée, ou classique, uni, bicolore ou bariolée… Il y en a pour tous les gouts !
Les espadrilles, je ne connaissais pas plus que ça avant d’arriver dans la région. Avant, je portais ça pour traîner à la maison tu vois. C’était mes pantoufles en fait.  Alors quand j’ai vu qu’ici, les gens portaient ça dans la rue, je me suis dit que j’allais me fondre dans la masse, car je n’aimais pas trop les tong. ça fait mal entre les orteils… alors que les espadrilles ne m’ont jamais faites souffrir !

Et puis la semaine dernière, ma copine Pivoine et Paprika a parlé dans sa story  Instagram, qu’elle  refaisait une paire d’espadrille après en avoir vu une paire en liberty ! Et là, j’ai repensé à la paire d’espadrille de Monsieur, qu’on avait tant galéré à trouver (et pour cause : il chausse du 49 !) et dont le tissu s’était déchiré (me demande pas pourquoi ni comment….)

Alors j’ai refait les siennes, et aussi les miennes ! Eheh

En plus d’être hyper personnalisable, c’est super économique : il faut à peine 25 cm de tissu pour les faire. Tu vois : de quoi assortir chacune des tenues que tu couds, avec une paire de chaussure (pour utiliser les chutes hein !)

Tu veux voir comment ? Viens, je te montre par ici !

Le matériel

Pour faire ses espadrilles il faut :

  • une paire d’espadrilles (ahahaha ! sans déc !). On en trouve des basiques, pas chère (moins de 10€) dans tous les supermarchés à cette période de l’année.
  • un tissu extérieur (mon tissu alabama chéri et le tissu bleu avec les papillons)
  • un tissu de doublure (une toile de coton blanc basique)
  • du papier à patron (ou ce que tu utilises habituellement pour relever les patrons)
  • du fil de coton (assorti à tes tissus tant qu’à faire)
  • une grosse aiguille. Le mieux, ça reste une aiguille courbe.

materiel_espadrille

Pour faire mes espadrilles, ça ressemble à ça !

La démarche

1 Je commence par défaire tous les points de festons sur les espadrilles que je souhaite refaire. J’ai alors mes semelles séparées des pièces de tissus. Pour chaque paire j’ai deux pièces de tissus : un devant et un talon.

2 Je repasse une pièce de chaque pour bien les mettre à plat. Je laisse les ourlets pliés, et je viens tracer un demi contour pour chacune des pièces, sur mon papier à patron.

3 J’utilise ensuite un pistolet (ou un perroquet?) pour tracer de beaux arrondis. Car le trait que j’ai tracé sur le papier en faisant le tour des pièces en tissus n’est pas très net.

patrons.jpg

4 Je trace une marge couture de 1cm tout autour (sauf sur le pli !) et je découpe mes 2 patrons.

5 Dans chaque tissu, je découpe 2 fois chacune des pièces. Dans le tissu extérieur j’ai donc 2 devants et 2 talons, et pareil dans la doublure. On n’oublie pas de mettre son patron au pli du tissu pour avoir la pièce complète !

decoupes.jpg

6 Je couds un devant en tissu extérieur avec un devant dans la doublure, en positionnant les tissus endroit contre endroit. Je laisse un espace ouvert, pour pouvoir tout retourner, une fois les arrondis crantés.

cranter.jpg

Une fois retourné, voilà ce que j’ai obtenu !
Tu vois d’ailleurs, qu’on peut insérer un passepoil  pour décorer !

piecesfinies.jpg

7 Maintenant, je positionne les deux parties sur la semelle, et je maintiens le tout avec des épingles. Avec environ 1 épingle tous les centimètres, mon travail ressemble à une poupée Vaudou !

positionnement.jpg

8 L’avant dernière étape consiste à venir coudre au point de feston, sur tout le tour de la chaussure ! C’est une étape plus ou moins longue. en fonction de l’espacement de ton point de feston, de la qualité de ton aiguille, mais aussi… de la taille de ta chaussure ! Monsieur chaussant du 49 j’ai mis tout un après-midi à coudre les 2 espadrilles. Tandis que pour les miennes (du 38 pour info) en 1h30 c’était plié !

9 Et pour finir, il ne te reste plus qu’à enfiler tes espadrilles et à fixer les bords de la partie « talon » sur l’intérieur de la partie « devant ». Pour ça, j’ai enfiler mes espadrilles, et j’ai mis deux épingles à nourrice pour maintenir en place (attention de ne pas se piquer !) et j’ai fait des petits points à la main ! (j’ai retiré mes pieds des espadrilles quand même.. c’est plus pratique pour coudre)

 

Et voilà, il n’y a plus qu’à aller crâner avec ses nouvelles espadrilles
personnalisées et uniques !

pairerose

pairebleue

J’ai ajouté un petit détail sur les miennes, pour pas qu’on me les pique :

etiquette.jpg

Enfin je ne l’ai mis que sur la chaussure droite…
donc on peut toujours me voler la gauche….

 

 

tuto buste mannequin diy

Je fais mon buste de couture !

Mes tutos

Depuis plusieurs années déjà, je bave devant les jolis mannequins Stockman, la Rolls Royce du mannequin. Malgré différentes tailles disponibles, ces mannequins sont représentatifs d’une morphologie spécifique : une forte poitrine, une taille légèrement marquée, et un fessier… inexistant. Bref ! Tout mon contraire…

Je n’ai pas non plus le budget pour investir dans un mannequin réglable, ceux avec des molettes. Alors j’ai décidé de faire une méthode que j’avais déjà vu sur Pinterest et sur Youtube il y a quelques années : faire un moulage de mon buste.

C’est une méthode plutôt économique (moins de 35€) en comparaison d’un prix d’achat d’un mannequin. Il faut compter environ une journée pour le faire lorsque tu as tous les éléments.

Allez viens, je te montre comment j’ai fait !

Matériels

Alors pour pouvoir réaliser mon buste, j’ai utilisé :

  • du film étirable : j’en ai mis au niveau du cou pour éviter d’avoir du scotch à même la peau, et aussi au niveau des hanches/cuisses pour m’aider à fermer le mannequin (voir à la fin) – 1€
  • un t-shirt. Il sera découpé à la fin, alors mieux vaut ne pas prendre son t-shirt préféré
  • un sac poubelle, assez grand pour rentrer dedans à l’aise
  • 2 rouleaux de scotch de déménagement (le scotch marron qu’on a toute au fond d’un tiroir) pour faire les premières couches du buste – 2€
  • 2 rouleaux de scotch de réparation tissé (le scotch gris), pour faire la dernière couche – 10€
  • une bonne paire de ciseaux pour couper le buste à la fin
  • une pince pour attacher ses cheveux, si comme moi, tes cheveux sont plutôt longs

matériel

Il m’a fallut aussi de quoi faire un pied :

  • un tube en plastique de 40 mm (1m) – 2,90€
  • un tube en plastique de 32 mm (1m acheté pour utiliser 30cm) – 1,50€
  • un raccord en T pour diamètre de 40 mm – 3€

Et de quoi remplir mon mannequin :

  • de la mousse de rembourrage type flocons de mousse – (1,5kg) – 14€

J’ai aussi eu besoin d’un morceau de carton épais pour fermer le buste, ainsi que des feuilles de papier pour fermer le cou et les emmanchures.

Ah et aussi ! Il faut absolument demander de l’aide à quelqu’un (sa soeur, son frère, sa copine, son copain, sa mère, son père, sa cousine, son… bref t’as compris : une personne !). Il faut que ce soit une personne de confiance, car cette personne va devoir coller le scotch partout sur ton buste, ce qui signifie qu’elle sera amenée à te toucher la poitrine, les fesses etc.
Il faut aussi savoir que tu auras le souffle coupé vers la fin. Rien d’insurmontable ! Tu ne vas pas devoir faire de l’apnée ! Mais si tu as tendance a être claustrophobe, il va falloir avoir confiance en l’autre personne, le temps pour elle de poser les dernières bandes de scotch.

Moulage du buste

1 – Pour commencer, il faut mettre du film étirable au niveau de ton cou, pour pouvoir mouler la base de ton cou sans coller le scotch à même ta peau. Enfile ensuite le sac poubelle en faisant un trou pour la tête et deux pour tes bras. A cette étape, tu dois être vachement sexy, et ça ne fait que commencer….

burst

2 – Commence par poser une bande qui passe sous la poitrine, puis qui continue dans le dos. Je te conseille de faire ça en deux fois. Et dis à la personne qui t’aide de ne surtout pas tourner autour de toi en déroulant le scotch, tu n’es pas une palette qu’on emballe…

En partant du milieu de cette bande, on va réaliser le haut du buste. Pour ça, il faut poser le scotch sur le milieu de la bande sous poitrine, puis remonter vers les épaules. Pour « enrober » ta poitrine, et ainsi éviter de l’aplatir. ça fausserait le mannequin pour la suite….

bst

On  devient de plus en plus sexy, non ?

3 – Bande après bande, on continue de former le haut du buste, en croisant à chaque fois.  J’ai laissé volontairement « ouvert » le haut du buste devant pour me permettre de respirer plus facilement pour la suite. Je ne suis pas trop descendue sur les épaules perso…

bst

4 – Une fois que le buste est terminé, on s’attaque au bas ! Il faut maintenant poser des bandes horizontalement. Tu n’es toujours pas devenue une palette, donc il faut poser une bande pour le devant, une bande pour le dos, etc.  Attention ! Si comme moi, tu es assez cambrée, je te conseille de poser deux bandes dans le dos, en partant du centre. Sinon tu n’arriveras pas à reproduire ta cambrure : la bande de scotch sera tendue dans ton dos, et tu n’obtiendras pas ta cambrure sur le mannequin…

Il faut se sentir serrée, mais pas que ça t’empêche de respirer ! Si tu es trop serrée, c’est l’évanouissement assuré…. Mais il ne faut pas que tu puisses respirer à pleins poumons non plus ! Sinon le mannequin sera trop grand et tu ne pourras plus respirer… un juste milieu qu’il faut que tu trouves 😉

Ah aussi ! Tu remarqueras qu’avec les photos précédentes, on a ajouté du film étirable sur le bas. ça va être utile pour la fin, quand tu voudras fermer ton buste. Je te conseille de faire de même !

burst

Félicitation ! Tu viens de finir la première couche !
Et tu peux observer la jolie silhouette que ça te fait.

5 – Maintenant que tu as fait la première couche, c’est parti pour la deuxième couche. Les étapes sont identiques :

  • la bande sous poitrine
  • le haut du buste en posant les bandes en V
  • le bas du buste

bst

Normalement, tu dois juste poser sur les bandes précédentes. Tu ne dois pas serrer encore plus. Après deux couches, la respiration devient plus difficile. Tu n’as pas besoin de faire de l’apnée, hein ! Il faut juste que tu prennes de petites inspirations, et tout se passera bien.

6 – On va venir poser la dernière couche. Pour celle là, j’ai décidé d’utiliser du scotch de réparation tissé. J’avais lu sur différents blogs que le mannequin s’était détendu. En fait, sous l’action de la chaleur (parce que dedans, on sue !)  et de la pression (parce qu’on respire quand même) le scotch s’était déformé.  Ainsi, en utilisant un scotch tissé, ça va venir « bloquer » les dimensions. On aurait pu réaliser les 3 couches en scotch tissé, mais il est beaucoup plus épais, et aussi, plus cher…. A toi de voir !

En respectant toujours les mêmes étapes, on obtient notre buste presque terminé :

bst

Excusez ma tête de fille fatiguée : ça fait une heure et demie
que je suis en train de me faire scotcher, sans pouvoir respirer correctement…

7 – L’heure de la libération est venue (libérée, délivrée !) : il faut s’armer d’une bonne paire de ciseaux et découper le buste, dans le dos, en suivant la colonne vertébrale. Pour pouvoir recoller parfaitement le buste, j’ai fait faire des traits : je n’aurai plus qu’à les positionner face à face pour refermer correctement.

burst

Remplissage du buste

Maintenant voici arriver les étapes les moins fun, et les plus délicates aussi.

1 – Il faut commencer par refermer le buste à l’arrière. C’est là où les traits tracés deviennent utiles. Il faut les aligner pour refermer le buste correctement. Je commence donc par poser des morceaux de scotch horizontalement pour réunir les deux parties.

fermeturedos.jpg

Et ensuite je pose des morceaux verticalement pour renforcer le dos.

bustes.jpg

Alors là ce n’est pas très joli. En plus le mannequin est maintenant un peu mou…

2 – Je commence par refermer les emmanchures. Pour cela, je pose une feuille de papier sur l’ouverture, et par transparence j’en trace le contour. Je coupe grossièrement autour, et je fais des crans. Je passe par l’intérieur du buste pour pouvoir le scotcher sur les bords de mon buste.

cou.jpg

C’est un peu délicat, et il vaut mieux être deux : l’un qui positionne le papier en ayant une main dans le buste et l’autre en dehors, et l’autre personne qui vient scotcher.

Pour faire le cou, je forme d’abord une « couronne » avec une bande de papier, que je viens mettre dans l’ouverture. Et ensuite je ferme avec la même technique.

Et j’obtiens quelque chose comme ça :

fermetures

3 – Je viens ensuite former mon squelette à l’aide des tubes en plastiques et du croisement en T. J’ai mis du scotch au centre du tube de 30 cm pour qu’il se « coince » dans le T et ne bouge plus.

squelette.jpg

4 – Et maintenant, il ne te reste plus qu’à le remplir de flocons de mousse. N’hésites pas à tasser au fur et à mesure ! Et d’y ajouter le support de ton pied aussi ! J’ai mis le T au niveau de la carrure, pour apporter un peu de rigidité. Et essaye de le centrer mieux que moi, t’en qu’à faire. J’ai un peu merdé sur ce point là…

remplissage.jpg

Là encore, il vaut mieux être deux si tu ne veux pas que ton mannequin se retrouve tout écrabouillé (surtout le cou qu’on a formé en papier…)

4 – Là il va falloir utiliser le carton : dessines un cercle de 4 cm de diamètre au centre, et enlèves cette partie du carton, afin de pouvoir glisser le carton sur ton tube de plastique (ton support de buste). Ensuite, demandes à la personne qui t’aide, de soulever le plus haut possible le mannequin, afin que tu puisses dessiner le contour du bas de ton buste, en regardant pas dessous ! (désolée j’ai pas pris le temps de faire de photos….)

Découpes ensuite ta forme sur le carton, et ré-enfiles la sur le tube en plastique. C’est là que le film étirable devient bien utile : tu vas pouvoir tirer sur le film étirable afin de positionner le carton au bord de ton buste.

En scotchant tout autour ton carton sur ton buste, on ferme le mannequin !

Maintenant, tu peux le retourner sans faire tomber toute ta mousse !

Néanmoins, tu n’échapperas pas à  la corvée de nettoyage,
car des flocons, tu en auras mis partout ! Ahahaha !

bustefinal.jpg

Et voilà tu as terminé ton buste de couture !

 

Effectivement, il lui manque un pied pour pouvoir être utilisé. Perso, je suis à la recherche d’un pied de mannequin couture. Tu sais, les jolis en bois,  légèrement travaillé… Le truc qu’on trouve pas facilement quoi !  Alors pour le moment, je dois poser mon buste contre un mur. Mais je ne désespère pas !

A toi de trouver ce que tu veux pour maintenir ton pied ! Qu’est ce que tu va utiliser ?

 

m.a.j du 24/04/2018 : j’ai trouvé un mannequin de couture à la brocante des quinconces, à Bordeaux. Avec un pied comme je voulais ❤ Il faut que je fasse encore quelques ajustements sur mon buste. Notamment couper le tube en plastique, et trouver un système de bague/vis pour maintenir le tube en place. Comme tu peux le voir, c’est pas très pratiques pour le moment !

 

Je mettrai les modifications ici !

tuto biais diy

Faire son propre biais

Mes tutos

Dans mon article sur la jupe Chardon, je t’ai dit que j’avais fait mon propre biais toute seule. Et je me suis dis que ça pourrait être sympa de te montrer comment j’avais fait. Mais surtout : comment j’avais calculé ! Faire 14 km de biais c’est cool. Mais savoir faire la bonne quantité, c’est quand même beaucoup mieux !

Le biais, kézako ?

Le biais, c’est un morceau de tissu que l’on a coupé dans… le biais du tissu ! Alors avec ça, t’en sais beaucoup plus…. Si tu as lu mon article sur le tissage, tu sais déjà qu’un tissu est constitué de fils de chaîne et de fils de trame. Et si tu ne l’avais pas lu, beh maintenant tu le sais !

biais_schéma

Eh bien pour faire du biais, la bande de tissu est coupée en formant un angle de 45°. (Par rapport à la trame, ou par rapport à la lisière, peu importe : on obtiendra la même chose).
Pourquoi est ce qu’on viendrait couper une bande dans la diagonale du tissu ? Tout simplement car c’est là où le tissu est le plus extensible. Ainsi, pour poser du biais dans des arrondis, se sera beaucoup plus simple ! Et si tu ne me crois pas, je te propose de faire le test suivant :

  • étire ton tissu dans le sens de la trame
  • étire ton tissu dans le sens de la lisière
  • étire ton tissu dans le sens du biais

Tu ressentiras que ton tissu est plus extensible dans le sens du biais !

Calculer son biais

Bon c’est pas tout, mais comment on fait pour couper son biais ? On va pas couper 36 000 bandes qu’on va assembler quand même ?! Beh non ! Il va juste nous falloir couper un carré. Mais pour savoir les dimensions de ce carré, il te faut 2 informations :

  • la largeur de ton biais
  • la longueur de ton biais

Pour la largeur de ton biais, tout dépend de ton appareil à biais. Moi je n’en ai qu’un, donc je ne peux faire qu’une seule largeur de biais : 12,5 mm. Mais il existe d’autres largeur de biais. Regarde sur ton appareil, c’est écrit ! Il faut retenir que la largeur indiquée est souvent la largeur du biais plié. C’est à dire tel qu’il apparaîtra lorsque tu l’auras cousu. Il faudra donc penser à multiplier par 4 cette largeur.

Pour la longueur de ton biais, là c’est hyper simple : ça dépend du métrage dont tu as besoin pour ton ouvrage. C’est écrit dans ton patron, au niveau des fournitures !

Dans mon cas :

  • ma largeur : 12,5 mm x 4 = 50 mm soit 5 cm
  • ma longueur : 2 m soit 200 cm

Maintenant on va déterminer le carré nécessaire à l’obtention de 2 mètres de biais d’une largeur de 5 cm.

Pour ça, il suffit de multiplier la longueur par la largeur : 200 cm x 5 cm = 1 000 cm2. Il te faut découper un carré dont la surface est de 1 000 cm2. Pour avoir le côté du carré à tracer, il te suffit d’extraire la racine de cette valeur.

Soit : √(1000) = 31,62… cm

Donc pour obtenir 2m de biais d’une largeur (à plat!) de 5 cm, il faut utiliser un carré de 32 cm environ. J’avais une chute qui me permettait de faire un carré de 35 cm, alors je l’ai utilisé à fond !

Pour faire simplement, note dans un coin de ton atelier la formule suivante :

côté du carré = √(longueur du biais nécessaire X largeur de mon biais à plat)

C’est pas tout d’avoir calculé… Maintenant il faut se mettre au boulot !

Faire son biais

Alors on va commencer doucement en traçant le carré sur l’envers de notre tissu, et on va tracer la diagonale de notre carré.

tracé_carré.jpg

Sisi c’est bien un carré. C’est mon angle de prise de vue qui n’était pas optimal…

On vient ensuite couper sur cette diagonale

triangle.jpg

… et coudre nos deux triangles endroit contre endroit.

couture_biais_1.jpg

Il faut superposer deux petits côtés 😉

On ouvre la couture en repassant. On n’hésite pas à passer plusieurs fois, sur l’endroit et sur l’envers, pour que ça ne bouge pas. Car on va venir faire des tracés ensuite.

couture_fer.jpg

Et maintenant, on vient simplement tracer notre futur biais à plat : donc on va faire des traits espacés de la largeur du biais : 5cm ! Les traits doivent se faire parallèlement à la diagonale du carré ! Eh oui, sinon on n’aura pas un biais…

regle_biais.jpg

Moi j’utilise une règle a patchwork. C’est plus facile pour tracer des grandes longueur à équidistances les unes des autres !

regle_biais_2.jpg

Bon maintenant, c’est la partie hyper relou de la fabrication de son biais : il faut former un tube. Jusque là ça va. Mais il faut décaler d’une bande ! Tout en alignant les traits que l’on a tracé !!

tube_biais

Oui tu vois, dis comme ça, ça parait simple. Sauf qu’en vrai, c’est beaucoup moins marrant….

Malheureusement, je n’ai pas de technique miracle… Alors il va falloir prendre son mal en patience et épingler minutieusement. Une fois que t’as bien galéré à assembler correctement ton tissu, et que tu as cousu ton tube, il faut couper sur les traits que tu as tracé ! C’est pour ça qu’il fallait bien placer le tissu lors de la formation du tube 😉

Et maintenant, l’étape du fer à repasser ! C’est là qu’il faut dégainer son appareil à biais pour le plier plus facilement :

fer_biais

Alors comme tu peux le voir, moi j’aime vivre dangereusement ! Donc j’ai mes doigts à 3 cm (à peine !) du fer à repasser, pour qu’il se place correctement en sortie de l’appareil avant de passer sous le fer ! Ma petite astuce c’est d’enrouler le biais sur lui même au fur et à mesure que je le repasse, pour qu’il prenne le pli.

Avec un peu de patience, on finit par repasser tout son biais et… tadaaaaaaam !

biais

Maintenant, tu peux utiliser ton propre biais sur tes créations ! Encolure, emmanchure, ourlet, intérieur de vêtement gansé, à toi de choisir comment tu veux utiliser ton biais !

J’espère que ce pas-à-pas t’auras aidé à faire ton propre biais !

 

 

 

Un portefeuille garde-ordonnance

Mes tutos

On ne va pas se mentir, les portefeuilles garde-ordonnances fournis par nos pharmacies, ne sont pas ce qu’il y a de plus jolis. Un peu comme le protège chéquier de nos banques quoi….

J’en avais un peu marre d’avoir ce portefeuille en plastique vert flashy dans mon sac, alors j’ai décidé de m’en faire un. Oui comme ça, sur un coup de tête !

Pour ce premier essai, j’ai fait simplement : j’ai mesuré la taille que faisais le mien, afin de le refaire à l’identique, mais en plus joli évidemment !

Et comme je suis sympa, tu pourras te faire le même à l’identique en suivant mon tuto ! Il faut que tu saches que fini, il ressemblera à ça, avec 3 volets :

mesures.png

La découpe des différentes parties

Toutes les dimensions que je vais te donner comprennent les marges de coutures, qui seront de 1cm. Alors tu n’as pas à te prendre la tête : tu découpes, et tu ne te poses pas de questions. Enfin si… Il faut que tu te questionnes sur quels tissus tu vas utiliser. Oui je sais c’est pas le plus facile…..

Pour l’extérieur :

  • un grand rectangle de 18 x 25,5 cm, on va l’appeler A. Pour moi, c’est le rectangle en liège
  • du biais, du ruban, du passepoil, d’autres tissus ou des appliqués si tu veux décorer l’extérieur

Pour l’intérieur :

  • un grand rectangle de 18 x 25,5 cm, on va l’appeler B. Pour moi, c’est le grand rectangle avec les ananas, pour le fond du portefeuille.
  • deux petits rectangles de 15 x 25,5 cm, on va les appeler C1 et C2.  Pour moi, ce sont les deux petits rectangle avec les ananas, pour le volet des ordonnances.
  • un petit rectangle de 9 x 25,5 cm, on va l’appeler D. Pour moi, c’est le cristal à paillettes, pour les volets de la carte vitale et de l’attestation de mutuelle !
  • environ 25 cm de passepoil
  • un peu de ruban adhésif de peintre, ou du masking tape. Tu comprendras en lisant

En avant pour la couture

1 Je commence par coudre mon passepoil sur le rectangle C1. Pour cela, je place mon passepoil le long du plus grand côté, de manière à ce que la couture se situe à 1cm du bord du tissu. Je couds avec mon pied spécial passepoil. Si tu n’en as pas, pas de panique ! Tu peux aussi utiliser celui pour la pose de fermeture standard.

passepoil1.png

2 Je positionne l’endroit du tissu C2 contre l’endroit du tissu C1, et je couds à 1cm du bord, toujours avec mon pied spécial passepoil, sur la couture que je viens juste de faire. Je repasse ensuite, et je retourne mon travail. Tadam ! Le premier volet est terminé ! Ohlala c’était trop dur….

passepoil2.png

3 Je viens mettre mon rectangle D (le cristal à paillettes !!!!!!) sur le bas du panneau C que l’on vient juste de coudre. Donc à l’opposé du passepoil. Il va falloir faire la couture permettant d’avoir les deux poches (pour la carte vitale et l’attestation de mutuelle). Mais je ne peux pas maintenir le tissu avec des épingles, sinon je vais faire des trous dans le cristal. Alors petite astuce : on pose un morceau de scotch ! Et pour pouvoir tracer la ligne de couture, j’utilise du scotch pour peinture, il permet d’écrire dessus sans peine. Donc, je positionne mon scotch a environ 7 cm du bord droit. Et a exactement 7,5 cm du bord droit, je trace un trait au stylo : c’est sur ce trait que je viens faire ma couture. Uniquement sur le papier cristal. Et ensuite, je retire le scotch.

coutureCristal.png

 

4 Je positionne maintenant l’ensemble de ce que je viens de coudre (le C passepoilé + le D) sur le rectangle B, comme ils doivent être à la fin. Et je viens faire une couture de maintien sur les 3 côtés, à 0,5 cm du bord. L’intérieur du protège ordonnance est maintenant terminé.

maintien.png

5 Si tu veux personnaliser l’extérieur de ton protège ordonnance, alors c’est à toi de jouer. Après il sera trop tard. Tu peux mettre un appliqué, former l’extérieur avec plusieurs tissus et du passepoil, etc. Garde juste en tête qu’il y aura 1 cm de marge couture tout autour. Moi j’ai simplement cousu une étiquette Couture & Paillettes.

ext.png

6 C’est bientôt terminé ! Il suffit maintenant de mettre l’endroit du panneau A contre l’endroit du panneau intérieur (celui que tu as fini à l’étape 4), et de faire une couture sur tout le tour, à 1cm. N’oublie pas de laisser une ouverture pour retourner ton travail à la fin ! Et si tu veux fermer ton protège ordonnance avec un lien à nouer, il faut que tu le place dans cette dernière couture.

ouverture.png

7 Et maintenant, je crante les coins et je dégarnis les coutures pour que les bords et les coins soient plus jolis une fois terminé.

coins.png

Je retourne ensuite mon travail par l’ouverture laissée ! Avant d’admirer mon joli protège ordonnance, je ferme l’ouverture par une couture à la main. Et pour lui donner la bonne forme, je n’hésite pas utiliser mon fer. Mais ATTENTION si tu as utilisé du simili ou comme moi, du papier cristal : ça fond ! Alors je place un tissu en coton entre la semelle du fer et le simili. J’y vais doucement avec la température du fer, et j’évite la vapeur (ça ramollit trop le cristal). Fais un test avant, c’est plus sûr 😉

Et voilà mon protège-ordonnance terminé, et rempli !

intFin.png

extFin

 

Merci de me laisser un petit commentaire, ou un lien vers ton blog si tu utilises mon patron !
Je serais ravie de voir vos créations !

 

 

 

 

Le sac seau – tuto inside !

Mes tutos

Il est enfin prêt ! Depuis le temps que je te poste des photos sur Instagram, tu l’attendais avec impatience, n’est-ce pas ?

Eh bien le voici  : le tuto du sac seau (aussi appelé sac bourse, sac boule etc) ! Avec en avant première, mon superbe jacquard français, dont je suis totalement dingue ! Tu le reconnais ? C’est celui de mon mon sac week-end ! Je vais utiliser toutes les chutes possibles, j’aime trop trop trop ce motif !

Il faut que tu saches que c’est une base de sac. Mais je l’ai fait au plus simple, afin que tu puisses faire les améliorations que tu souhaites !

Fournitures

fournituresSacSeau

Je m’excuse d’avance pour le tuto en mode « schémas », car je ne pensais pas que tu serais intéressée pour le faire. J’ai essayé d’être le plus claire possible ! Mais si une étape te poses problème, laisse un commentaire !

Montage du sac extérieur

Etape 1 : avec le tissu ethnique et les deux bandes de simili cuir (8×79 et 14×79) on va former l’extérieur du sac.

  • On pose la plus petite bande de simili cuir sur le bas du tissu ethnique, endroit contre endroit. On vient coudre à 1 cm du bord.
  • On pose la plus large bande de simili cuir, à 4 cm du bord. On vient coudre à 5 cm du bord (donc a 1cm du bord du simili).

1

Etape 2 : comme pour une couture standard, il faut ouvrir les coutures. Sauf que… c’est du simili. Donc du plastique. Et la semelle de ton fer à repasser n’aime pas le plastique (sisi, je t’assure que c’est vrai !). Alors pour ouvrir les coutures, tu vas mettre un tissu entre le simili et ton fer à repasser (de préférence un tissu épais). Et tu vas repasser doucement pour ouvrir les coutures. Augmente progressivement la température de ton fer, n’utilise pas de suite la vapeur car tu risquerais de faire fondre le simili. Tout dépend s’il est épais ou très fin….

Et maintenant que les coutures sont ouvertes, on va surpiquer ! Alors pour la distance, c’est toi qui voit, moi je l’ai fait à 2 mm. Tu peux faire une couture au point droit, ou un point décoratif. Au choix !

2.png

Petite astuce pour coudre du simili !

Il est très probable que tu rencontres un problème technique lors de cette surpiqure : le simili va « coller » au pied, n’avancera pas, le point ne sera pas joli…. Alors avant de t’énerver, tu peux soit utiliser un pied teflon, soit mettre un bout de scotch sous ton pied classique ! 

Etape 3 : tu vas préparer les passe-sangles avec les 2 morceaux de 5×8 cm, en pliant comme sur le schéma suivant :

3-5

Tu vas les positionner à 19,8cm de chaque bord, à peu près au milieu. Comme cela :

3-7.png

Et tu vas réaliser une piqure en croix, afin de les maintenir :

3-6

Etape 4 : il faut former le sac. Donc tu vas replier ton joli rectangle endroit contre endroit, et réaliser une couture droite à 1,5 cm du bord ! Fait attention de bien faire correspondre les bandes pour les raccords !

3.png

 

Etape 5 : il faut maintenant mettre le fond de sac ! Et pour moi, c’est l’étape la plus délicate…. Car il faut placer un fond circulaire. Mais rien n’est insurmontable ! Il faut juste prendre le temps de bien placer l’endroit du fond du sac contre l’endroit du « cylindre » que tu viens de former ! N’hésites pas à mettre beaaaaaucoup de pinces / d’épingles. Tu ne devrais pas avoir trop d’embus. Et si jamais tu rencontres trop de difficultés, tu peux cranter le sac, mais PAS le fond de sac 😉  Fais ta couture à 1,5cm !

4.png

Montage de la doublure

Pour mon prototype, je n’ai pas réalisé de poche intérieure.  Mais si tu veux ajouter une poche passepoilée, une poche zippée, ou des compartiments, c’est sur le rectangle de la doublure qu’il faut que tu l’ajoutes ! Si tu veux faire des ajouts, c’est maintenant ! après se ne sera plus possible 😉

Etape 1 : on va former l’intérieur. Donc tu vas replier ton joli rectangle de doublure, endroit contre endroit, et réaliser une couture droite à 1,5 cm du bord !

5

Etape 2 : on rajoute le fond de sac ! Comme pour le fond du sac extérieur, c’est la même méthode ! Ici, ça devrait être plus facile, car une doublure en coton est beaucoup plus souple que du simili. Fais ta couture à 1,5cm !

6

Assemblage du sac

Tu as fais le plus dur ! Il ne te reste qu’à bâtir la doublure contre le bord supérieur du tissu ethnique.  Ensuite, à l’aider de ton fer à repasser, tu réalises deux plis : l’un à 1 cm et l’autre à 4 cm du bord du simili, vers l’intérieur. Depuis toute à l’heure, la semelle du fer n’est pas devenue copine avec le simili, alors utilise un tissu de « protection » 😉

8.png

 

Il ne te reste plus qu’à positionner le premier pli contre le fil de bâti, et de coudre le simili contre la doublure ! Ensuite, tu peux faire une couture décorative à quelque millimètre du deuxième pli, mais ça, c’est comme tu préfères.

9

Pose des oeillets, du cordon et des sangles

Il ne te reste plus qu’à poser les oeillets sur la partie supérieure du simili, entre les deux dernières couture que tu viens de faire.  Le conseil que je peux te donner, c’est d’utiliser du scotch de masquage (tu vois, celui qu’on utilise en peinture ?) et de marquer au stylo, les emplacements des oeillets.

10

Combien mettre d’oeillets ? Je dirais que c’est une histoire de goût. Personnellement, j’en ai mis 8, de 11mm de diamètre. Mais après, tu peux en mettre 10 ou 6. Pour te décider, je te conseille de plier le sac comme tu voudrais qu’il soit, et regarde combien de plis tu préfères avoir ! Ensuite, il ne te reste plus qu’à utiliser ta règle pour positionner les oeillets à égale distance, et le tour est joué !

Une fois tes oeillets posés, tu n’as qu’à plus qu’à passer le cordon à travers. Et fixer la sangle comme bon te semble !

Malheureusement, je n’ai pas encore reçu ma sangle et mon cordon à l’heure où je publie cet article…. Alors je ne peux pas te montrer le sac terminé. Mais promis, je fais l’update dès que la commande arrive !

Mais comme je suis sympa, voici un croquis de ce à quoi devrais ressembler mon sac. On ne critique pas mes talents de dessinatrice….

croquis sac

 

Le protège-chéquier

Mes tutos

Voici un nouveau diy gratuit, que je te propose aujourd’hui ! Il s’agit d’un protège-chéquier ! Il faut dire que les modèles offerts par nos banques, ne sont pas très esthétiques (désolé si tu passes par là Mr mon Banquier). Tu es plutôt d’accord non ? 🤭

Alors je te propose aujourd’hui de réaliser ce protège-chéquier, qui te donneras envie de le sortir plus souvent !🤗

protegechequierfermer.png

Pour le réaliser, je me suis basée sur mon propre chéquier qui mesure 17,5cm par 9,8 cm (non pas 10 cm, j’aime la précision). C’est un chéquier que l’on appelle français. Je m’excuse si tu as une version italienne… Je n’en avais pas sous la main pour te proposer une seconde version du portège-chéquier 😔…

Alors pour le réaliser, il te faut choisir un tissu principal et un tissu pour la doublure. Des coupons de 47×22 cm sont suffisant pour réaliser ce protège-chéquier.

Tu trouveras le patron ici : CoutureAndPaillettes_ProtegeChequier  et toutes les marges de coutures sont comprises, et valent 7 mm, soit la largeur d’un pied presseur.

Pour imprimer le pdf, il faut sélectionner « imprimer en taille réelle ».
Tu as un carré test de 5cm de côté pour vérifier l’échelle.

En plus du tissu, il te faudra :

  • Deux morceaux de biais de 20,5 cm
  • Du thermocollant léger si ton tissu extérieur est très fin

Et si tu souhaites décorer la face extérieure de ton chéquier : il te faudra du ruban, du passepoil, des boutons, peut être même un autre tissu pour faire un appliqué etc. Laisse place à ton imagination ! 🤗

Passons maintenant à la couture !

Afin de t’aider avec les photos suivantes, j’ai choisi pour la doublure : un coton anglais à fleur roses (d’ailleurs ce sont des chutes récupérées de ce projet). Pour le tissu principal,  j’ai choisi une suédine taupe. Je n’ai pas thermocollé ma suédine car je trouvais le tissu assez épais. Mais après, c’est un choix personnel.

Il faut que tu commences par les rabats. Prend un petit rectangle de chaque tissu, et superpose-les de cette manière : envers du tissu principal contre envers de ta doublure.

Ensuite, avec ton fer à repasser, tu vas marquer le biais. Fais attention à la nature de ton biais. Si c’est un coton alors il n’y a pas de précautions particulières à prendre. Mais si c’est un simili (ou tout autre nature plastique) place un tissu par dessus. Sinon ton fer va le faire fondre….

PliageBiais

Si tu n’as pas de fer, tu peux aussi utiliser ton ongle : en appuyant sur le pli
pour le marquer.

Epingle, ou maintient, le biais sur les rabats que tu viens de superposer. Il ne te reste qu’à coudre à 2 mm du bord du biais. N’oublie pas de répéter l’opération avec les autres petits rectangles 😉

PositionnementBiais

Voilà, maintenant, tu devrais te retrouver avec ça : les deux rabats maintenus par un joli biais ( à paillettes 🤩)

Rabats

Passons maintenant à l’extérieur de ton chéquier. Tu as coupé un rectangle de 20,5 x 25 cm. Ce rectangle sera l’extérieur de ton protège-chéquier, c’est à dire l’apparence qu’auras ton chéquier, lorsque celui-ci sera refermé. Si tu veux le décorer avec des appliqués, des boutons, de la passementerie, c’est le moment ! Après il sera trop tard….

CouturePassepoil

Voici ce que j’ai fait : j’ai posé un passepoil doré sur toute la hauteur, à environ 2/3 de la largeur du coupon. Puis, j’ai cousu un empiècement d’un coton léger à motifs.

Voilà la face extérieure de mon porte-chéquier terminée :

Exterieur

Et si on passait à l’assemblage ?

Alors tu vas poser le tissu extérieur, endroit face visible. Puis sur l’un des côtés, tu vas poser un de tes rabats comme ceci : endroit du rabat contre l’endroit du tissu extérieur. Tu vas coudre le bas de ton rabat (le côté des 20,5cm).

CoutureRabat

Ensuite, tu vas positionner ton autre rabat en face. Sauf que cette fois-ci, tu ne vas pas le coudre. Tu vas positionner le tissu de la doublure contre tes rabats. L’endroit de ta doublure contre l’endroit de ton tissu principal, ce qui donne quelque chose comme ça.

empilementavantcouture

En cousant la doublure sur cet empilement, tu vas coudre aussi le rabat. Mais pourquoi on a cousu le rabat de droite et pas le rabat de gauche? Eh bien parce qu’on va coudre la doublure, mais pas partout 🤗! On va laisser une ouverture. Et où ça ? allez réfléchis un peu …. Eh bien du côté où le rabat à été cousu 😉 ! Donc tu vas coudre la doublure sur le tissu principal, en faisant bien attention à ce que le rabat soit correctement positionné, afin qu’il soit pris dans la couture. Tu vas laisser une ouverture sur le côté de ton protège-chéquier, pour te permettre de le retourner. Parce que comme ça, on est d’accord, ça ne ressemble pas à grand chose 😅… Tu as limite envie de reprendre ton protège-chéquier tout moche que la banque t’a offert, n’est-ce pas 🤔?

Tu vas coudre alors comme le montre les pointillés : et n’oublies pas, on commence et on termine par un point d’arrêt.

EmpilementFinal2

Voilà c’est presque terminé !

Tu vas cranter les coins, pour que tes angles soient jolis. Tu vas alors utiliser tes ciseaux pour enlever de la matière dans les coins.

crantercoinsIl faut que tu coupes au plus près de la couture, mais SANS couper la couture hein !

Maintenant, il faut que tu retournes ton protège-chéquier par l’ouverture que tu as laissé. Tu auras quelque chose comme ça :

PieceRetournee

Il ne te reste plus qu’à fermer l’ouverture qui t’as permis de tout retourner. Tu peux faire un point à la main ou à la machine, c’est toi qui décide. De toute façon, la couture ne se verra pas 😉

C’est bon ? Elle est faite cette couture ? 😏

Maintenant, il faut retourner les rabats pour qu’ils soient du bon côté.

Tadaaaaaaam ! C’est terminé !

RabatsRetournés

Alors… on a envie de faire des chèques maintenant ?

Protegechequier1

 

Un accessoire pour Monsieur

Mes tutos

Comme je te l’ai annoncé sur la page Facebook du blog, je te propose des accessoires à coudre pour Noël. Je ne sais pas pour toi, mais moi, j’apprécie particulièrement cette période de l’année. J’aime m’appliquer à trouver chaque cadeau en pensant à la personne à qui il est destiné. Mais ce que je préfère encore plus, c’est offrir quelque chose que je l’ai réalisé de mes mains !

Pas toi ?

C’est pour ça que j’ai décidé de te faire des tutos de couture ! Avec des patrons gratuits en plus, oui je suis comme ça ☺️
Pour commencer, j’ai décidé de faire un accessoire pour homme ! Bon, ça peut aussi être pour femme, j’ai pas dit le contraire 😉mais je pense qu’il y a plus de chance qu’il soit porté par un homme !

Alors voici le premier tuto que j’ai réalisé pour toi : roulement de tambour🥁🥁🥁🥁🥁🥁…. Le nœud papillon ! 🤗 

Alors dit comme ça, je sais, ça peut faire peur. Mais en fait, le plus compliqué ça reste le nouage (si! si! je t’assure 😂)

Alors il te faut comme matériel :

  • un coupon de 75 x 10 cm d’un tissu principal
  • un coupon de 75 x 10 cm d’un tissu pour la doublure
  • du fil de couture assorti

Moi par exemple, j’ai choisi un tissu avec des petites fleurs comme tissu principal et un tissu uni comme tissu de doublure. De cette manière, j’obtiens un noeud papillon réversible ! En fonction de la couleur que la personne souhaitera porter, elle aura le choix 🤗 

Attention : Pour l’imprimer à la bonne échelle, il faut choisir le mode affiche, avec une échelle de 100%. Sélectionne « Traits de coupe » et rentre une valeur de « 15mm » pour le chevauchement. Tu auras 4 feuilles qu’il faudra coller ensemble 😉

Capture d_écran 2017-09-16 à 14.00.39

  • Découpe le patron papier ! Je parie que tu ne l’avais pas deviné heyhey 😏 ! Alors tu verras qu’il y a deux lignes dans mon patron. Une ligne continue qui représente le contour du nœud papillon, et une ligne en pointillée, qui représente la forme avec les marges coutures de 7 mm comprises. Si j’étais toi, je ne m’embêterai pas à faire d’autres marges, et je découperai la version pointillée ! mais chacun fait comme il veut  😉

patron

  • Pli ton tissu en deux, et place le patron en papier dessus en prenant bien soin de mettre le repère au niveau de la pliure. Epingle et coupe le long du patron ✂️. N’oublie pas de reporter le petit triangle. Il te servira plus tard 😉

patron_tissu_principal.jpg

  • Repète exactement la même chose sur ton tissu de doublure.

patron_tissudoublure.jpg

✨ Jusque là, ça va ?  Tu as presque fini ! Sisi ! ✨

  • Il faut maintenant positionner tes deux morceaux de tissus l’un au-dessus de l’autre, l’endroit du tissu principal contre l’endroit du tissu de la doublure. Epingle (ou pose des pinces comme moi) tout le tour.

 

  • Maintenant : place à la couture ! Il faut que tu commences à coudre au niveau du triangle (tu vois, je t’avais bien dit qu’il servirait à quelque chose 😏). Commence par un point d’arrêt : c’est à dire faire 2-3 points arrières avant de commencer ta couture. Lorsque tu arriveras au niveau de l’autre triangle, tu feras aussi 2-3 points d’arrêts.

piqure.jpg

  • Lors de la couture, le petit point délicat sera de suivre correctement le bord du tissu dans les zones arrondies. Pour être précis(e) n’hésites pas à utiliser le volant de la machine plutôt que la pédale. Tu iras plus lentement. Et si tu bloques pour suivre l’arrondi, je te conseille d’aller lire ici : j’ai fait un petit billet pour expliquer comment réussir à coudre des arrondis 😉

 

  • Voici venu une étape importante : dégarnir les angles pour avoir de jolis arrondis. Pour retirer des petits triangles de matière avec des ciseaux de couture classique, tu peux faire comme la photo de droite. Mais si tu as des ciseaux cranteurs, alors tu peux faire comme sur la photo de gauche !

 

  • Maintenant, c’est le moment de l’opération délicate. Alors on se concentre, on prend une grande inspiration, et on y va. Allez : on retourne l’ouvrage ! Et pour ça, il faut faire tout ressortir par l’ouverture laissée lors de la couture. Tu viens de coudre un noeud papillon. Un noeud Papillon enfin ! c’est pas un petit retournement qui va te poser un problème 💪 Alors je te déconseille d’utiliser la pointe de tes ciseaux, ou la pointe d’un stylo, ou la pointe d’un tournevis. Il te faut un objet fin mais avec une extrémité douce, pour ne pas déchirer ton tissu. Se serait dommage, après tout ce temps passé…. Si tu veux savoir, j’ai utilisé le manche d’une cuillère à café 🤗
  • Maintenant que c’est fait, il faut repasser ton travail pour qu’il soit le plus net. Prend bien soin de repasser aussi le pli de l’ouverture non cousue  que tu vas refermer. Alors soit tu peux faire une couture à la machine, à quelques millimètres du bord, soit tu peux faire une couture invisible à la main ! C’est l’option que j’ai choisie.

Et voilà ! Tu peux admirer ton travail, et en être fière !

NoeudPap

L’homme n’étant pas disponible pour un essayage au moment de l’écriture du billet, j’ai trouvé un autre mannequin ! 😊😊😊

NoeudPapillonChat

 

Vous avez vu, il fait même des clins d’oeil ce petit coquin 💕

NoeudPapillonChat1

 

C’est qu’il prend la pose en plus, vous ne trouvez pas ??

 

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire si vous utilisez mon patron ! Et si vous m’envoyer une photo de votre réalisation, portée par un chat, un chien, un lapin, une tortue ou même une licorne, je me ferai un plaisir de faire un album sur la page Facebook avec toutes vos créations 🤗🤗🤗