maillot de bain hina

J’ai cousu mon maillot de bain !

Pour les femmes

Aujourd’hui, nouveau billet de blog et pas des moindres! Bien que je ne sois pas une couturière experte dans le domaine de la lingerie et des sous-vêtements (j’en couds, mais beaucoup moins que le vestimentaire « classique »), je me suis lancée le défi de me coudre un maillot de bain pour cet été !

J’hésitais entre deux patrons, et j’ai finalement opté pour… le maillot de bain Hina, modèle proposé par 36 Bobines ! C’est la toute première fois que je couds un patron de cette marque.

Capture d’écran 2018-08-13 à 13.01.17

Le modèle se décline en deux versions :

  • une version deux pièces, avec une culotte et un haut en triangle,
  • une version une pièce, mais qui, de dos, prend l’apparence du maillot deux pièces

Le maillot possède plusieurs points de réglages, permettant de bien l’ajuster au corps. On retrouve donc des nouettes de part et d’autres de la culotte, ainsi que deux noeuds à nouer. L’un dans le dos et l’autre dans le cou.

nouettes hina

D’après la créatrice du patron, la version une pièce cache astucieusement le ventre, et dégage les hanches, enfin ça j’en reparlerai un peu plus bas

D’abord, pour parler du patron. C’est un pdf, s’imprimant rapidement, et comportant peu de feuilles : 8. Quatre feuilles forment une planche pour le bas du maillot, et quatre feuilles forment une autre planche pour le haut du maillot.

 

Par contre, premier point noir : les marges de couture ne sont pas incluses ! Oui, pour moi c’est un point noir. Les patrons sans marges de couture, ça me saoule. Chacun sa préférence, mais moi,  c’est avec marges de couture. Et s’il n’y en a pas, alors je les ajoute au patron papier, et non sur le tissu (pour celles qui se demanderaient 😉 ).

Le patron du bas est dessiné d’un seul bloc, mais il faut reporter le fond de culotte à côté, afin de la doubler. Seulement, il n’y a aucun cran de montage qui est fait sur le patron. Donc au moment du montage : débrouille-toi pour la placer.

 

[themoneytizer id= »19109-2″]

 

Ah oui et aussi : les marges de couture sont différentes pour la doublure et pour le tissu. Si tu ajoutes à ça, l’histoire des crans de montage à faire, il y a de quoi se faire des noeuds au cerveau quand on débute (et même quand on ne débute pas !) . Alors si tu veux mon petit conseil : ajoute la même marge de couture partout (1cm) et une fois ta couture faite, tu dégarnies la couture de la doublure. Pour cela, laisse 5mm de doublure à côté de la couture en coupant le surplus. Le résultat sera identique, et toi, tu ne te seras pas embrouillé le cerveau !

edf

Passons au tissu ! J’ai acheté mes tissus chez diffus’laine tissus, à Gradignan. J’ai choisi ce tissu, ainsi qu’une doublure blanche. J’aime énormément l’imprimé du tissu, mais j’ai regretté mon choix au moment de positionner mon patron : le côté psychédélique me faisait loucher, ahahaha !

Quant aux fils, j’ai acheté du fil mousse sur le site Rascol. Le fil mousse coûte assez cher (par chez moi, c’est pas loin de 7€ la bobine de 1000m), et là j’ai acheté des bobines de la marque Madeira Aeroflock qui ne coutent « que » 3€90 les 1000 m. Je te laisse aller voir sur le site de Rascol, tu verras qu’il convient pour les tenues de sport, de bain, de gymnastique, et il est même certifié Oeko-tex (attention ! Oeko-tex ne veut pas dire Bio, nuance). Je le trouve beaucoup plus gonflant et donc plus couvrant que le fil mousse de la marque Mettler. Donc si tu aimes les ourlets roulottés en bas des jupes, robes et autres tee-shirt, je ne peux que te conseiller la marque Madeira.

Ne sachant pas quelle couleur conviendrait le mieux pour mon tissu, j’ai commandé 2 couleurs. Finalement, le vert allait beaucoup mieux que le jaune et c’est lui que j’ai utilisé. J’ai d’ailleurs utilisé le fil mousse dans les deux boucleurs de ma surjeteuse. Car oui : j’ai monté le maillot de bain à la surjeteuse !  J’aurais pu uniquement utiliser le fil mousse dans le boucleur inférieur : en repliant, c’est ce fil qui se retrouve sur ma peau. Comme le fil mousse est doux, c’est parfait ! Pas d’irritations, contrairement à un fil polyester classique.

culotte hina

J’ai posé la laminette sur le maillot à l’aide de ma surjeteuse. Avec cette méthode, ça va plutôt vite ! Par contre, pas le droit à l’erreur, il faut être sûr de soi. Comme beaucoup, je n’étais pas certaine de la tension avec laquelle il fallait tendre l’élastique. Rien n’est indiqué à part « poser la laminette en étirant un peu » dans les explications. Et lorsque tu te retrouves toute seule devant ta machine, « un peu » ça veut dire quoi ? Alors okay, il y a des vidéos mises en ligne par 36 bobines, où l’on voit la pose de l’élastique. Mais ça ne nous aide pas pour la tension… J’aurai préféré qu’on me dise que la laminette représente 90% ou 95% de la longueur totale. Au moins, à poser c’est plus facile. On ne se pose pas la question de savoir si c’est assez tendu.

Mis à part cela, le reste des explications est plutôt claire, mais les schémas sont vraiment petits (3-4 cm à peine…). Et même si l’on zoome, l’image se pixellise et on voit encore moins bien. J’apprécierai vraiment des dessins plus grands, même si cela implique plus de feuilles à imprimer pour celles qui impriment les explications. Je ne demande pas des schémas ultra-colorés. Juste d’une taille correcte. Et puis honnêtement, en 2018, je ne suis pas sur qu’on imprime encore les explications. Perso : je les suis sur l’ordinateur où sur la tablette. Je te laisse juger de la qualité de l’image en zoomant…

hina zoom flou

Lors de cette cousette, j’ai pu tester l’outil qui m’a été envoyé par Clover : le retourne-tube, ou tige à retourner le biais ! C’est ultra-facile d’utilisation, et ça va hyper bien pour retourner les nouettes. J’ai pris moins de 30 secondes par nouettes, et ça va changer ma vie ! Ahahaha ! Il suffit de bloquer l’extrémité du tube à retourner dans la pince (une seule épaisseur!), puis de faire glisser doucement, par dessus, le reste du tube. En poussant doucement (et pas comme des sauvages, je vous vois derrière l’écran 😉 voui …) le tube se retourne sur lui même !  Tadaaaaaaam !

outil retourne tissu

Une fois toute la laminette posée, j’ai évidemment utilisé ma machine à coudre pour les finitions extérieurs. J’ai utilisé le point zig-zag spécial lingerie : le triple ! Je trouve que les finitions avec ce type de point ont un côté plus « luxe » que le point zigzag classique. Pour ces finitions,  j’ai aussi utilisé le fil mousse : dans la canette ! Car c’est le fil qui sera en contact avec ma peau, et se sera tout doux !

couture triple Z hina

Je crois que j’ai fais le tour de la question, pour ce qui est de la couture du maillot de bain. Maintenant, place aux photos portées !

hina

 

 

hina

 

hina

 

hina

Psychédélique ce tissu, n’est-ce pas ?

Je ne sais pas ce que tu en penses de ce maillot de bain, mais mon avis est ferme et définitif : il n’est pas fait pour moi. Bien qu’il soit taillé jusqu’au 44 (d’ailleurs c’est la taille que j’ai coupée), le modèle n’est pas du tout flatteur pour les personnes ayant des courbes, des formes, des rondeurs.

Il y a plusieurs choses qui ne vont pas, et je vais t’en faire la liste. J’estime qu’il est important pour moi de le dire, surtout si tu as une morphologie comme la mienne…

  • élargir le panneau du ventre : je ne sais pas si tu t’en rends compte, mais dans ce maillot, j’ai l’impression de déborder de part et d’autre. L’effet muffin, loukoum, paupiette, appelle-ça comme tu veux. Mais une chose est sur, ça ne va pas du tout. Rappelle-toi la phrase « cache astucieusement le ventre » annoncée dans la présentation. 
  • faire une culotte beaucoup moins échancrée sur l’avant. Ce maillot est annoncé comme « dégageant les hanches« . Ouais bah, effet muffin / loukoum / paupiette : assuré quand tu fais un 44.
  • faire une culotte plus couvrante sur l’arrière, ça c’est juste une histoire de préférence, elle ne monte pas assez haut dans mon dos.
  • rétrécir le fond de culotte, beaucoup trop large. Et au porté, ce n’est pas agréable. ça ne se place pas bien, et on n’est pas à laise.
  • allonger les bandes pour nouer dans le cou, car je trouve qu’elles sont plutôt courtes.
  • affiner la bande sous poitrine, mais uniquement dans le dos. Avoir un noeud si gros n’est pas agréable lorsqu’on est allongé ou adossé.
  • enlever les couettes pour joindre les culottes devant et dos par une couture.

Tu l’auras compris, la seule chose à garder sur ce maillot c’est le haut ! Il est bien taillé, ni trop profond, ni trop échancré, et rien ne risque de s’échapper malencontreusement.

hina

En début d’article, je te disais que j’hésitais avec un autre patron de maillot de bain. J’hésite à partir sur celui-là, ou à faire toutes les modifications que j’ai listé juste au dessus. Car honnêtement, je ne sais  pas si avec toutes les modifications, ce maillot m’ira.

Et toi, tu ferais quoi ? Voici l’autre maillot en question : Sophie, de Closet Case Patterns

sophie swimsuit closet case pattern

Je pensais qu’une version 1 pièce, avec un tissu coloré au centre, et noir sur les côtés, pouvait donner un côté rétro, hyper sympa 🙂

Qu’en penses-tu ?

 

 

 

 

 

 

Publicités
matériel de couture pour débuter

Mon matériel de couture

debuter en couture

Quand on débute dans la couture, on pense souvent qu’il faut une machine à coudre , du tissus, et puis c’est tout ! Mais on se rend vite compte qu’il faut investir dans d’autres fournitures, ne serait-ce que pour découper le tissu, reporter les patrons etc.

J’ai eu la chance d’apprendre la couture avec ma mère (merci maman ! <3) et j’ai pu utiliser ses outils sans avoir à m’en acheter (merci maman ! ❤ bis). Depuis, j’ai eu le temps de m’acheter mes propres fournitures, et de me faire mon propre trousseau de couturière. Et je me suis dis que je pourrais partager avec toi, le matériel que j’utilise à chaque fois ! Par définition, le matériel indispensable pour commencer à coudre.

Bien évidemment, cette liste de matériel n’est pas exhaustive. En aucun cas je ne prétends que mon trousseau est parfait. Encore moins, qu’il faut absolument avoir le même. Tout dépend de l’utilisation que l’on a, du budget alloué, mais aussi des préférences de chacun !

A la fin de chaque catégorie, tu trouveras des liens pour te montrer des exemples. Tu n’auras qu’à cliquer sur l’outil qui t’intéresse, et un lien s’ouvrira dans un autre onglet (de cette manière tu peux poursuivre ta lecture de l’article tranquillement !)

Avant d’aller plus loin, sache que j’ai acheté la plupart de mes fournitures.
Quelques-unes m’ont été offertes par la marque Clover,
mais je tiens à préciser que mon avis reste bien le mien.

[themoneytizer id= »19109-2″]

Les outils pour couper

dav

Que ce soit pour découper le tissu ou les patrons, il faut des outils de coupes spécifiques. On ne découpe pas du tissu comme on découpe du papier ! NON !

Il faut différencier la paire de ciseaux avec laquelle tu vas couper le tissu de celle que tu vas utiliser pour couper le papier. C’est pour cela qu’il faut avoir deux paires de ciseaux !

  • Pour la découpe du tissu, je te recommande une grande paire de ciseaux (avec de longues lames) entre 20 et 25 cm. En général, ces ciseaux sont un peu lourds, afin d’avoir plus de force pour couper les tissus les plus épais. Il existe différentes marques (Fiskars est l’une des plus connues, et reconnaissable à sa couleur orange), mais tous ciseaux achetés en magasin de tissus, conviendra. Et surtout, tu trouveras un peu tous les prix.

dav

Je possède ces ciseaux pour le tissu. Je les ai depuis 5 ans déjà (de mémoire, j’ai du les acheter pour moins de 10€), et je ne les ai jamais fait aiguiser. Ces ciseaux ne coupent que du tissu, et uniquement du tissu ! (bon ils coupent aussi les biais, les galons, et les passepoils, mais ça reste du tissu)

  • Pour la découpe du tissu, tu peux aussi utiliser un cutter rotatif si tu préfères. Depuis que j’ai découvert ça, je coupe TOUS mes tissus avec d’ailleurs ! La technique demande un peu de pratique pour les courbes, mais une fois qu’on a pris le coup c’est un pur bonheur et en deux temps trois mouvements, on a tout découpé !

Pendant quelques années, j’ai utilisé ce cutter :

burst

Il n’est pas mauvais, il fait le job. Mais niveau ergonomie, on repassera… Lorsque j’ai beaucoup de pièces à couper, j’attrape souvent mal aux doigts. Et ce n’est pas une blague…

Dernièrement, j’ai reçu ce modèle de la part de clover :

dav

La photo parle d’elle-même : c’est le jour et la nuit ! Le cutter rotatif de la marque clover possède un manche plus rond, donc plus facile à tenir en main. Il est tout en arrondi, donc je n’ai pas mal aux doigts. Il est beaucoup moins facile de faire des erreurs de découpes avec ce cutter qu’avec mon ancien, car la lame est freinée. Et pour finir : il est compatible pour les gauchers ! Je suis droitière, mais je sais combien il est difficile de trouver du matériel adapté aux gauchers. Je pense qu’il est donc primordial de le préciser !

Le point important à retenir également, c’est que l’utilisation d’un cutter rotatif nécessite l’utilisation d’un tapis de découpe. Sinon, ta jolie table va vite se retrouvée couverte d’entailles (et crois moi, je sais de quoi je parle)… Tu as le choix entre une multitude de taille de tapis, de coloris, mais aussi différents types : les tapis « auto-cicatrisants » dont les entailles causées par le cutter rotatif vont se refermer grâce au matériau spécifique présent dans le tapis, et les tapis classiques, qui ne cicatriseront pas (du coup, il y aura des entailles mais ça ne te gênera pas dans tes découpes). Tu t’en doutes, le prix n’est évidemment pas le même entre tous les tapis !

  • Pour la découpe du papier, n’importe quelle paire de ciseaux fera l’affaire. Profites de la rentrée pour trouver une grande paire de ciseaux Maped, et on n’en parle plus. Avec cette paire de ciseaux, tu vas découper tes patrons pdf à assembler et ton papier à patron si tu décalques les pièces.Voici à quoi ressemble ma paire de ciseaux, rien d’extraordinaire :

dav

  • Tu auras besoin aussi d’un coupe-fil ! Comme son nom l’indique, il sert à couper les fils (merci Captain Obvious !).

dav

J’avais celui-ci, mais comme tu le vois sur les photos, la lame est rouillée. Pourtant, cela fait à peine 6 mois que je les ai… Mais ils coupent encore, alors je les utilise.

Sache qu’à la place d’un coupe-fil, tu peux choisir des ciseaux à broder. C’est une petite paire pointue, très utile pour couper les fils au ras du tissu.

dav

Elle est pas belle cette licorne ? Bon là j’avoue, je n’en avais pas réellement besoin, car j’ai mon autre coupe-fil-rouillé-mais-qui-coupe. Cependant, c’est un cadeau de mon amie Viny, et un cadeau, ça ne se refuse pas ! Du coup, je le garde, et je l’utilise.

ciseaux de couture pour gaucher
ciseaux classique
cutter rotatif clover
tapis de découpe auto-cicatrisant
coupe-fil
ciseaux à broder

Les outils pour marquer

smartcapture

Tu vas avoir besoin d’un peu de fourniture pour décalquer tes patrons, mais aussi pour reporter sur ton tissu, des repères nécessaires pour la couture (comme des pinces par exemple).

  • Je possède des stylos feutres lavables à l’eau.

edf

Je m’en sers notamment pour tracer mes patrons sur le papier à patrons. Et aussi, pour marquer sur mes pièces en tissus, les repères importants, comme les pinces, l’emplacements des boutonnières etc. L’avantage des feutres, c’est qu’ils sont vendus avec différentes couleurs, donc on trouve assez facilement de quoi écrire sur toutes les nuances de couleurs. De plus, comme ils sont lavable à l’eau, après un passage en machine ils disparaissent. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai rencontré aucun problème de marques réapparaissant, ou de traces !

  • J’utilise également un crayon de bois (comme on dit chez moi !) ou un crayon à papier, pour marquer les tissus blancs (ou très clairs).  Là encore, je profite toujours de la rentrée scolaire, ou de mes visites chez le vendeur de meubles suédois pour faire un stock (je vous vois le faire également 😉 ne faites pas les innocent(e)s… )

smartcapture

Contrairement à beaucoup, je n’utilise plus de craie tailleur. Je trouve que ce n’est vraiment pas précis. Pourtant j’ai ce stylo rechargeable, vendu avec différentes craies. Mais rien à faire, je trouve que les traits sont grossiers…

smartcapture

J’utilise également des stylos frixions, mais avec parcimonie, car ils n’ont pas été fait pour le tissu ! D’ailleurs, je les utilise uniquement dans la marge couture, et tu vas  vite comprendre pourquoi!

smartcapture

Si tu ne connais pas : les stylos fixions sont des stylos composés d’un gel thermochromique réversible. Cela signifie qu’avec la chaleur (du fer à repasser, ou générée grâce à l’embout gomme du stylo), l’encre devient invisible. Et contrairement à ce qu’on peut lire sur les forums et les groupes Facebook : elle ne disparaît pas ! Elle est toujours là. D’ailleurs, le gel peut laisser des traces fantômes (des traces blanches) sur certains coloris de tissus (ça c’est le premier effet kisscool !).

Ensuite, l’encre thermochromique étant réversible, cela signifie que le trait, disparu avec la chaleur, peut réapparaître (deuxième effet kisscool !) ! Et comment ? Eh bien par l’opération inverse à celle qui l’a fait disparaître : il faut apporter du froid ! Ainsi, si tu mets ton morceau de tissu au congélateur, tu verras réapparaître ton trait. Mais on est d’accord, personne ne place ses vêtements au congélateur… Cependant, il y a une autre situation qui fait réapparaître ces traits. Il existe une période de l’année où la température est négative ! Eh oui ! Je connais des filles qui se sont cousues de beaux manteaux pour l’hiver. Elles ont tracées leurs poches passepoilées pour qu’elles soient parfaites. Et, l’hiver venu, avec les températures négatives, toutes les marques sont réapparues sur leur manteau. Esthétique…

Dernier point important concernant ces stylos : les lavages en machine ne font pas partir l’encre. Il faut faire appel à des détachants spécifiques du style  Dr Beckmann et autres.

C’est pourquoi je réfléchis bien avant d’utiliser ces stylos. Et que je ne te les conseille pas du tout pour débuter.

stylos feutres lavables à l’eau
stylo craie rechargeable
stylos frixion

Les outils pour mesurer

smartcapture

Maintenant qu’on a de quoi marquer les tissus et les découper, il faut de quoi mesurer ! Sinon, comment savoir quelle taille couper ??

  • Il faut donc avoir un mètre ruban afin de prendre ses mensurations. Et je ne le dirai jamais assez : il FAUT prendre ses mensurations !!! Je ne vais pas (re)lancer le débat de la morphologie de base de chaque enseigne du prêt-à-porter. Mais si on se lance dans la couture de vêtements, c’est pour qu’ils nous aillent, non ? Alors on se mesure ! Et sans tricher (non, on ne rentre pas le ventre pour perdre 3 cm ! ). J’en ai deux, car j’ai tendance à les perdre tout le temps …

smartcapture

L’un est plus pratique car il se rembobine tout seul sur lui-même, et il est gradé en centimètres sur une face, et en pouces sur une autre. Donc si tu utilises des patrons anglophones, tu n’auras pas de problèmes !

  • Je possède également un réglet, qui m’est utile pour ajouter mes marges de coutures et faire mes ourlets. L’avantage d’un réglet sur une règle, c’est que le 0 commence à l’extrémité, et pour faire les ourlets, c’est plutôt utile !

smartcapture

Dernièrement, j’ai reçu deux outils de la part de clover, qui remplace maintenant l’utilisation de mon réglet.

  • Je commence avec mon préféré : la règle japonaise. C’est une règle souple, de 50 cm de longueur sur 5 cm de largeur, et qui a la particularité d’être graduée dans la longueur mais aussi dans la largeur.

smartcapture

Avec cette règle, on peut notamment ajouter les marges de coutures en un minimum de temps. Et comme je déteste les patrons sans marge de couture (nan mais sérieusement, les gens qui aiment les patrons sans marge de couture, un jour il faudra m’expliquer….), je gagne un temps fou avec cette règle !

Ensuite, comme elle graduée dans les deux sens, elle remplace l’utilisation d’une équerre. On peut donc vérifier facilement les angles droits car la règle est transparente, surtout si l’on doit tracer certaines pièces de patrons.

  • pour simplifier la réalisation des ourlets, clover m’a offert un somomètre, aussi appelé « ourlet facile ». C’est un petit outil en métal, qui tient dans la main, et qui a une forme une peu particulière.

smartcapture

On retrouve différentes largeur d’ourlet que l’on rencontre dans les patrons… anglophones ! Eh oui : le somomètre est en pouces ! C’est là où je suis un peu déçue du produit…. Car j’ai une grande majorité de patrons avec des mesures en centimètres. Même s’il est en pouce, je m’en sers quand même car c’est plus maniable que mon réglet de 30 cm. Mais je compte m’en acheter un, en centimètre cette fois-ci !

Si tu en achètes un, fait attention : il faut qu’il soit en centimètres, et en métal ! Comme ça, tu peux repasser tes ourlets directement avec le somomètre !

mètre ruban
règle japonaise
somomètre

Le fer à repasser

Oui, c’est in-dis-pen-sable ! N’imagine même pas faire de la couture un instant, sans utiliser de fer à repasser. Il te sera utile pour aplatir les coutures, mais aussi pour réaliser de jolies surpiqures, pour éviter tout faux plis disgracieux etc. Le fer à repasser devra toujours être à proximité de ta machine à coudre.

ferarepasser.jpg

Je possède un fer à repasser standard, que j’utilise pour repasser mes vêtements. Mais j’ai aussi un petit fer à repasser de voyage, qui est plutôt très maniable grâce à sa petite taille ! Il est parfait pour la couture. Mais c’est très long de repasser une chemise ou une robe avec un fer de cette taille.

smartcapture

C’est pourquoi je te conseille plutôt de débuter avec un fer à repasser standard !

mini fer à repasser

La mercerie indispensable

smartcapture

Pour finir, voici de la mercerie nécessaire pour commencer. Tu trouveras tout dans toutes les merceries, les magasins de tissus, et aussi les sites internet.

  • le découd-vite est plus qu’utile lorsqu’on débute ! Mais après tout « découdre c’est aussi de la couture ». Sache qu’il y en a un de présent dans chaque machine à coudre neuve. Mais on a tendance à l’égarer facilement.

smartcapture

Il faut faire attention avec le découd-vite, car une erreur est vite arrivée, et il est très facile de faire un trou dans son tissu.

  • les épingles sont indispensables pour maintenir en place ton patron sur ton tissu, mais aussi pour maintenir les pièces de tissus entre-elles lorsque tu vas coudre.

smartcapture

Il en existe de toutes sortes : des fines, des longues, des fantaisies. Je te conseille pour débuter, de prendre des fines, toute simple. De cette manière, tu n’abîmeras pas tes tissus, mais surtout, tu pourras directement repasser sur tes épingles. Chose que tu ne pourras pas faire si tu prends des épingles avec un embout fantaisie en plastique (plastique + chaleur = ça fond !).

  • les pinces te seront utiles si tu utilises des tissus très épais ou du simili cuir. Car si tu utilises des épingles sur du simili, tu vas faire des trous qui ne partiront jamais. Pour moi, ce n’est pas un indispensable si tu couds des vêtements. Mais ça le devient si tu travailles beaucoup les sacs, avec du simili surtout.

smartcapture

Il me semble que les premières pinces ont été développées par la marque Clover, et elles sont assez chères. Néanmoins, on trouve des dupes pour 10€ sur amazon. Les miennes viennent de là, et elles me conviennent parfaitement !

  • les aiguilles pour coudre à la main ainsi qu’un dè à coudre te seront très utiles pour toutes les finitions ! Pour faire un ourlet invisible à la main par exemple.

smartcapture

Un lot d’aiguilles de différentes tailles fera l’affaire. Je n’ai pas une grande passion pour les ourlets invisibles à la main. Mais je reconnais qu’un vêtement terminé à la main est beaucoup plus beau de l’intérieur. Alors oui, il n’y a que moi qui le voit, mais les finitions sont toujours plus propres ainsi.

  • évidemment, il te faudra des aiguilles de machine à coudre. Je te conseille d’avoir un petit stock d’avance, histoire de ne pas se retrouver à cours d’aiguille, un samedi soir, alors que tu voulais profiter de ton dimanche pour coudre (c’est toujours à ce moment là que ça arrive).

smartcapture

Il existe différentes marques, mais je ne jure que par deux : Bohin et Schmetz. Je préfère mettre un peu plus d’argent dans des aiguilles de qualité, plutôt que d’économiser quelque centime, et devoir faire réparer ma machine plus souvent.

Concernant les types d’aiguilles, je possède une boîte de chaque. Si ça t’intéresse, je pourrais faire un article détaillant chaque catégorie d’aiguille (dans ce cas, laisse-moi un commentaire !). Mais sache que lorsqu’un point saute, il y a une chance sur 2 pour que l’aiguille ne soit pas adaptée à ton tissu.

  • les canettes de rechanges te seront aussi utiles. Généralement, lorsque tu achètes ta machine, tu en as quelques-unes. J’en possède une vingtaine, qui sont rangées sur une colonne en silicone que m’a offert Clover. Avant je les rangeais dans une boite, mais j’avais souvent des fils partout. Avec cette colonne, les canettes sont emprisonnées, et je n’ai plus de fils vadrouillant à droite et à gauche. Bon, on ne relèvera pas la couleur, qui n’est pas vraiment des plus discrètes…

smartcapture

Note bien que chaque machine à coudre accepte un type de canette bien spécifique. Il y a des hauteurs et des diamètre différents. Réfère-toi à ton manuel, il y sera indiqué quelque type utiliser. Je te déconseille d’utiliser un autre type de canette que celui qui est recommandé. Tu verras par toi-même que ton point sera moins joli. Mais en plus, tu risques de dérégler ta machine, et les frais de réparation seront conséquents.

  • les bobines de fils de qualité ! Comme pour les aiguilles, je ne jure que par deux marques : Mettler ou Gutterman et rien d’autre ! Avant, j’utilisais du fil premier prix, et je me suis vite rendu compte que mon point n’était pas régulier, mais qu’en plus, il y avait beaucoup de poussières dans ma machine. J’ai donc décidé de n’utiliser que du fil de qualité afin de ne pas encrasser ma machine.

smartcapture

Je suis consciente que ces bobines sont plus chères que les premiers prix. Alors je vais te donner une technique, qui te permettra de limiter ton achat de bobines. On dit toujours qu’il faut choisir la couleur de son fil en fonction de celle de son tissu. Mais si tu as un petit budget, je te conseille d’utiliser du fil gris, et d’avoir dans tes tiroirs 3 nuances de gris (et pas 50 !) : un gris clair, un gris foncé et un gris moyen.

Le gris a la propriété de « prendre la couleur » de ce qui l’entoure. Le fil va alors se fondre dans le tissu, et tu le remarqueras à peine. Cependant, pour ce qui est des surpiqures, le gris ne fera pas de miracle : il se verra quand même.

découd-vite
épingles
pinces
aiguilles à coudre
aiguilles de machines : marque Bohin et Schmetz
bobines de fils : Mettler et Gutterman

 

Tu as donc maintenant toutes les informations nécessaires si tu veux te mettre à la couture !

Si tu as des questions, ou si tu utilises d’autres fournitures, différentes des miennes, laisse-moi un commentaire !
Je serais ravie de découvrir d’autres techniques et d’autres outils !

[affilinet_performance_ad size=468×60]