blouse kosima couture facile sophie denys

La blouse Kosima

Pour les femmes

C’est bientôt la rentrée, et quoi de mieux qu’une petite blouse élégante et féminine pour oublier que les vacances sont déjà terminées ?

Je dirais que la seule chose mieux qu’une blouse c’est …. 3 blouses ! Oui : 3 !

Peut-être que tu l’as vu passer sur les réseaux sociaux, cette blouse. Ou peut-être pas !

C’est une blouse un peu ample (idéale pour cacher les apéros en trop de cet été), avec 3 encolures différentes et 3 types de manches différentes.

Cette blouse, c’est le premier patron de la marque Sophie Denys couture ! ça ne te dis rien ? Et si je te dis Sophie Blossom, là, ça te parle, non ?

Publicités
matériel de couture pour débuter

Mon matériel de couture

debuter en couture

Quand on débute dans la couture, on pense souvent qu’il faut une machine à coudre , du tissus, et puis c’est tout ! Mais on se rend vite compte qu’il faut investir dans d’autres fournitures, ne serait-ce que pour découper le tissu, reporter les patrons etc.

J’ai eu la chance d’apprendre la couture avec ma mère (merci maman ! <3) et j’ai pu utiliser ses outils sans avoir à m’en acheter (merci maman ! ❤ bis). Depuis, j’ai eu le temps de m’acheter mes propres fournitures, et de me faire mon propre trousseau de couturière. Et je me suis dis que je pourrais partager avec toi, le matériel que j’utilise à chaque fois ! Par définition, le matériel indispensable pour commencer à coudre.

Bien évidemment, cette liste de matériel n’est pas exhaustive. En aucun cas je ne prétends que mon trousseau est parfait. Encore moins, qu’il faut absolument avoir le même. Tout dépend de l’utilisation que l’on a, du budget alloué, mais aussi des préférences de chacun !

A la fin de chaque catégorie, tu trouveras des liens pour te montrer des exemples. Tu n’auras qu’à cliquer sur l’outil qui t’intéresse, et un lien s’ouvrira dans un autre onglet (de cette manière tu peux poursuivre ta lecture de l’article tranquillement !)

Avant d’aller plus loin, sache que j’ai acheté la plupart de mes fournitures.
Quelques-unes m’ont été offertes par la marque Clover,
mais je tiens à préciser que mon avis reste bien le mien.

[themoneytizer id= »19109-2″]

Les outils pour couper

dav

Que ce soit pour découper le tissu ou les patrons, il faut des outils de coupes spécifiques. On ne découpe pas du tissu comme on découpe du papier ! NON !

Il faut différencier la paire de ciseaux avec laquelle tu vas couper le tissu de celle que tu vas utiliser pour couper le papier. C’est pour cela qu’il faut avoir deux paires de ciseaux !

  • Pour la découpe du tissu, je te recommande une grande paire de ciseaux (avec de longues lames) entre 20 et 25 cm. En général, ces ciseaux sont un peu lourds, afin d’avoir plus de force pour couper les tissus les plus épais. Il existe différentes marques (Fiskars est l’une des plus connues, et reconnaissable à sa couleur orange), mais tous ciseaux achetés en magasin de tissus, conviendra. Et surtout, tu trouveras un peu tous les prix.

dav

Je possède ces ciseaux pour le tissu. Je les ai depuis 5 ans déjà (de mémoire, j’ai du les acheter pour moins de 10€), et je ne les ai jamais fait aiguiser. Ces ciseaux ne coupent que du tissu, et uniquement du tissu ! (bon ils coupent aussi les biais, les galons, et les passepoils, mais ça reste du tissu)

  • Pour la découpe du tissu, tu peux aussi utiliser un cutter rotatif si tu préfères. Depuis que j’ai découvert ça, je coupe TOUS mes tissus avec d’ailleurs ! La technique demande un peu de pratique pour les courbes, mais une fois qu’on a pris le coup c’est un pur bonheur et en deux temps trois mouvements, on a tout découpé !

Pendant quelques années, j’ai utilisé ce cutter :

burst

Il n’est pas mauvais, il fait le job. Mais niveau ergonomie, on repassera… Lorsque j’ai beaucoup de pièces à couper, j’attrape souvent mal aux doigts. Et ce n’est pas une blague…

Dernièrement, j’ai reçu ce modèle de la part de clover :

dav

La photo parle d’elle-même : c’est le jour et la nuit ! Le cutter rotatif de la marque clover possède un manche plus rond, donc plus facile à tenir en main. Il est tout en arrondi, donc je n’ai pas mal aux doigts. Il est beaucoup moins facile de faire des erreurs de découpes avec ce cutter qu’avec mon ancien, car la lame est freinée. Et pour finir : il est compatible pour les gauchers ! Je suis droitière, mais je sais combien il est difficile de trouver du matériel adapté aux gauchers. Je pense qu’il est donc primordial de le préciser !

Le point important à retenir également, c’est que l’utilisation d’un cutter rotatif nécessite l’utilisation d’un tapis de découpe. Sinon, ta jolie table va vite se retrouvée couverte d’entailles (et crois moi, je sais de quoi je parle)… Tu as le choix entre une multitude de taille de tapis, de coloris, mais aussi différents types : les tapis « auto-cicatrisants » dont les entailles causées par le cutter rotatif vont se refermer grâce au matériau spécifique présent dans le tapis, et les tapis classiques, qui ne cicatriseront pas (du coup, il y aura des entailles mais ça ne te gênera pas dans tes découpes). Tu t’en doutes, le prix n’est évidemment pas le même entre tous les tapis !

  • Pour la découpe du papier, n’importe quelle paire de ciseaux fera l’affaire. Profites de la rentrée pour trouver une grande paire de ciseaux Maped, et on n’en parle plus. Avec cette paire de ciseaux, tu vas découper tes patrons pdf à assembler et ton papier à patron si tu décalques les pièces.Voici à quoi ressemble ma paire de ciseaux, rien d’extraordinaire :

dav

  • Tu auras besoin aussi d’un coupe-fil ! Comme son nom l’indique, il sert à couper les fils (merci Captain Obvious !).

dav

J’avais celui-ci, mais comme tu le vois sur les photos, la lame est rouillée. Pourtant, cela fait à peine 6 mois que je les ai… Mais ils coupent encore, alors je les utilise.

Sache qu’à la place d’un coupe-fil, tu peux choisir des ciseaux à broder. C’est une petite paire pointue, très utile pour couper les fils au ras du tissu.

dav

Elle est pas belle cette licorne ? Bon là j’avoue, je n’en avais pas réellement besoin, car j’ai mon autre coupe-fil-rouillé-mais-qui-coupe. Cependant, c’est un cadeau de mon amie Viny, et un cadeau, ça ne se refuse pas ! Du coup, je le garde, et je l’utilise.

ciseaux de couture pour gaucher
ciseaux classique
cutter rotatif clover
tapis de découpe auto-cicatrisant
coupe-fil
ciseaux à broder

Les outils pour marquer

smartcapture

Tu vas avoir besoin d’un peu de fourniture pour décalquer tes patrons, mais aussi pour reporter sur ton tissu, des repères nécessaires pour la couture (comme des pinces par exemple).

  • Je possède des stylos feutres lavables à l’eau.

edf

Je m’en sers notamment pour tracer mes patrons sur le papier à patrons. Et aussi, pour marquer sur mes pièces en tissus, les repères importants, comme les pinces, l’emplacements des boutonnières etc. L’avantage des feutres, c’est qu’ils sont vendus avec différentes couleurs, donc on trouve assez facilement de quoi écrire sur toutes les nuances de couleurs. De plus, comme ils sont lavable à l’eau, après un passage en machine ils disparaissent. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai rencontré aucun problème de marques réapparaissant, ou de traces !

  • J’utilise également un crayon de bois (comme on dit chez moi !) ou un crayon à papier, pour marquer les tissus blancs (ou très clairs).  Là encore, je profite toujours de la rentrée scolaire, ou de mes visites chez le vendeur de meubles suédois pour faire un stock (je vous vois le faire également 😉 ne faites pas les innocent(e)s… )

smartcapture

Contrairement à beaucoup, je n’utilise plus de craie tailleur. Je trouve que ce n’est vraiment pas précis. Pourtant j’ai ce stylo rechargeable, vendu avec différentes craies. Mais rien à faire, je trouve que les traits sont grossiers…

smartcapture

J’utilise également des stylos frixions, mais avec parcimonie, car ils n’ont pas été fait pour le tissu ! D’ailleurs, je les utilise uniquement dans la marge couture, et tu vas  vite comprendre pourquoi!

smartcapture

Si tu ne connais pas : les stylos fixions sont des stylos composés d’un gel thermochromique réversible. Cela signifie qu’avec la chaleur (du fer à repasser, ou générée grâce à l’embout gomme du stylo), l’encre devient invisible. Et contrairement à ce qu’on peut lire sur les forums et les groupes Facebook : elle ne disparaît pas ! Elle est toujours là. D’ailleurs, le gel peut laisser des traces fantômes (des traces blanches) sur certains coloris de tissus (ça c’est le premier effet kisscool !).

Ensuite, l’encre thermochromique étant réversible, cela signifie que le trait, disparu avec la chaleur, peut réapparaître (deuxième effet kisscool !) ! Et comment ? Eh bien par l’opération inverse à celle qui l’a fait disparaître : il faut apporter du froid ! Ainsi, si tu mets ton morceau de tissu au congélateur, tu verras réapparaître ton trait. Mais on est d’accord, personne ne place ses vêtements au congélateur… Cependant, il y a une autre situation qui fait réapparaître ces traits. Il existe une période de l’année où la température est négative ! Eh oui ! Je connais des filles qui se sont cousues de beaux manteaux pour l’hiver. Elles ont tracées leurs poches passepoilées pour qu’elles soient parfaites. Et, l’hiver venu, avec les températures négatives, toutes les marques sont réapparues sur leur manteau. Esthétique…

Dernier point important concernant ces stylos : les lavages en machine ne font pas partir l’encre. Il faut faire appel à des détachants spécifiques du style  Dr Beckmann et autres.

C’est pourquoi je réfléchis bien avant d’utiliser ces stylos. Et que je ne te les conseille pas du tout pour débuter.

stylos feutres lavables à l’eau
stylo craie rechargeable
stylos frixion

Les outils pour mesurer

smartcapture

Maintenant qu’on a de quoi marquer les tissus et les découper, il faut de quoi mesurer ! Sinon, comment savoir quelle taille couper ??

  • Il faut donc avoir un mètre ruban afin de prendre ses mensurations. Et je ne le dirai jamais assez : il FAUT prendre ses mensurations !!! Je ne vais pas (re)lancer le débat de la morphologie de base de chaque enseigne du prêt-à-porter. Mais si on se lance dans la couture de vêtements, c’est pour qu’ils nous aillent, non ? Alors on se mesure ! Et sans tricher (non, on ne rentre pas le ventre pour perdre 3 cm ! ). J’en ai deux, car j’ai tendance à les perdre tout le temps …

smartcapture

L’un est plus pratique car il se rembobine tout seul sur lui-même, et il est gradé en centimètres sur une face, et en pouces sur une autre. Donc si tu utilises des patrons anglophones, tu n’auras pas de problèmes !

  • Je possède également un réglet, qui m’est utile pour ajouter mes marges de coutures et faire mes ourlets. L’avantage d’un réglet sur une règle, c’est que le 0 commence à l’extrémité, et pour faire les ourlets, c’est plutôt utile !

smartcapture

Dernièrement, j’ai reçu deux outils de la part de clover, qui remplace maintenant l’utilisation de mon réglet.

  • Je commence avec mon préféré : la règle japonaise. C’est une règle souple, de 50 cm de longueur sur 5 cm de largeur, et qui a la particularité d’être graduée dans la longueur mais aussi dans la largeur.

smartcapture

Avec cette règle, on peut notamment ajouter les marges de coutures en un minimum de temps. Et comme je déteste les patrons sans marge de couture (nan mais sérieusement, les gens qui aiment les patrons sans marge de couture, un jour il faudra m’expliquer….), je gagne un temps fou avec cette règle !

Ensuite, comme elle graduée dans les deux sens, elle remplace l’utilisation d’une équerre. On peut donc vérifier facilement les angles droits car la règle est transparente, surtout si l’on doit tracer certaines pièces de patrons.

  • pour simplifier la réalisation des ourlets, clover m’a offert un somomètre, aussi appelé « ourlet facile ». C’est un petit outil en métal, qui tient dans la main, et qui a une forme une peu particulière.

smartcapture

On retrouve différentes largeur d’ourlet que l’on rencontre dans les patrons… anglophones ! Eh oui : le somomètre est en pouces ! C’est là où je suis un peu déçue du produit…. Car j’ai une grande majorité de patrons avec des mesures en centimètres. Même s’il est en pouce, je m’en sers quand même car c’est plus maniable que mon réglet de 30 cm. Mais je compte m’en acheter un, en centimètre cette fois-ci !

Si tu en achètes un, fait attention : il faut qu’il soit en centimètres, et en métal ! Comme ça, tu peux repasser tes ourlets directement avec le somomètre !

mètre ruban
règle japonaise
somomètre

Le fer à repasser

Oui, c’est in-dis-pen-sable ! N’imagine même pas faire de la couture un instant, sans utiliser de fer à repasser. Il te sera utile pour aplatir les coutures, mais aussi pour réaliser de jolies surpiqures, pour éviter tout faux plis disgracieux etc. Le fer à repasser devra toujours être à proximité de ta machine à coudre.

ferarepasser.jpg

Je possède un fer à repasser standard, que j’utilise pour repasser mes vêtements. Mais j’ai aussi un petit fer à repasser de voyage, qui est plutôt très maniable grâce à sa petite taille ! Il est parfait pour la couture. Mais c’est très long de repasser une chemise ou une robe avec un fer de cette taille.

smartcapture

C’est pourquoi je te conseille plutôt de débuter avec un fer à repasser standard !

mini fer à repasser

La mercerie indispensable

smartcapture

Pour finir, voici de la mercerie nécessaire pour commencer. Tu trouveras tout dans toutes les merceries, les magasins de tissus, et aussi les sites internet.

  • le découd-vite est plus qu’utile lorsqu’on débute ! Mais après tout « découdre c’est aussi de la couture ». Sache qu’il y en a un de présent dans chaque machine à coudre neuve. Mais on a tendance à l’égarer facilement.

smartcapture

Il faut faire attention avec le découd-vite, car une erreur est vite arrivée, et il est très facile de faire un trou dans son tissu.

  • les épingles sont indispensables pour maintenir en place ton patron sur ton tissu, mais aussi pour maintenir les pièces de tissus entre-elles lorsque tu vas coudre.

smartcapture

Il en existe de toutes sortes : des fines, des longues, des fantaisies. Je te conseille pour débuter, de prendre des fines, toute simple. De cette manière, tu n’abîmeras pas tes tissus, mais surtout, tu pourras directement repasser sur tes épingles. Chose que tu ne pourras pas faire si tu prends des épingles avec un embout fantaisie en plastique (plastique + chaleur = ça fond !).

  • les pinces te seront utiles si tu utilises des tissus très épais ou du simili cuir. Car si tu utilises des épingles sur du simili, tu vas faire des trous qui ne partiront jamais. Pour moi, ce n’est pas un indispensable si tu couds des vêtements. Mais ça le devient si tu travailles beaucoup les sacs, avec du simili surtout.

smartcapture

Il me semble que les premières pinces ont été développées par la marque Clover, et elles sont assez chères. Néanmoins, on trouve des dupes pour 10€ sur amazon. Les miennes viennent de là, et elles me conviennent parfaitement !

  • les aiguilles pour coudre à la main ainsi qu’un dè à coudre te seront très utiles pour toutes les finitions ! Pour faire un ourlet invisible à la main par exemple.

smartcapture

Un lot d’aiguilles de différentes tailles fera l’affaire. Je n’ai pas une grande passion pour les ourlets invisibles à la main. Mais je reconnais qu’un vêtement terminé à la main est beaucoup plus beau de l’intérieur. Alors oui, il n’y a que moi qui le voit, mais les finitions sont toujours plus propres ainsi.

  • évidemment, il te faudra des aiguilles de machine à coudre. Je te conseille d’avoir un petit stock d’avance, histoire de ne pas se retrouver à cours d’aiguille, un samedi soir, alors que tu voulais profiter de ton dimanche pour coudre (c’est toujours à ce moment là que ça arrive).

smartcapture

Il existe différentes marques, mais je ne jure que par deux : Bohin et Schmetz. Je préfère mettre un peu plus d’argent dans des aiguilles de qualité, plutôt que d’économiser quelque centime, et devoir faire réparer ma machine plus souvent.

Concernant les types d’aiguilles, je possède une boîte de chaque. Si ça t’intéresse, je pourrais faire un article détaillant chaque catégorie d’aiguille (dans ce cas, laisse-moi un commentaire !). Mais sache que lorsqu’un point saute, il y a une chance sur 2 pour que l’aiguille ne soit pas adaptée à ton tissu.

  • les canettes de rechanges te seront aussi utiles. Généralement, lorsque tu achètes ta machine, tu en as quelques-unes. J’en possède une vingtaine, qui sont rangées sur une colonne en silicone que m’a offert Clover. Avant je les rangeais dans une boite, mais j’avais souvent des fils partout. Avec cette colonne, les canettes sont emprisonnées, et je n’ai plus de fils vadrouillant à droite et à gauche. Bon, on ne relèvera pas la couleur, qui n’est pas vraiment des plus discrètes…

smartcapture

Note bien que chaque machine à coudre accepte un type de canette bien spécifique. Il y a des hauteurs et des diamètre différents. Réfère-toi à ton manuel, il y sera indiqué quelque type utiliser. Je te déconseille d’utiliser un autre type de canette que celui qui est recommandé. Tu verras par toi-même que ton point sera moins joli. Mais en plus, tu risques de dérégler ta machine, et les frais de réparation seront conséquents.

  • les bobines de fils de qualité ! Comme pour les aiguilles, je ne jure que par deux marques : Mettler ou Gutterman et rien d’autre ! Avant, j’utilisais du fil premier prix, et je me suis vite rendu compte que mon point n’était pas régulier, mais qu’en plus, il y avait beaucoup de poussières dans ma machine. J’ai donc décidé de n’utiliser que du fil de qualité afin de ne pas encrasser ma machine.

smartcapture

Je suis consciente que ces bobines sont plus chères que les premiers prix. Alors je vais te donner une technique, qui te permettra de limiter ton achat de bobines. On dit toujours qu’il faut choisir la couleur de son fil en fonction de celle de son tissu. Mais si tu as un petit budget, je te conseille d’utiliser du fil gris, et d’avoir dans tes tiroirs 3 nuances de gris (et pas 50 !) : un gris clair, un gris foncé et un gris moyen.

Le gris a la propriété de « prendre la couleur » de ce qui l’entoure. Le fil va alors se fondre dans le tissu, et tu le remarqueras à peine. Cependant, pour ce qui est des surpiqures, le gris ne fera pas de miracle : il se verra quand même.

découd-vite
épingles
pinces
aiguilles à coudre
aiguilles de machines : marque Bohin et Schmetz
bobines de fils : Mettler et Gutterman

 

Tu as donc maintenant toutes les informations nécessaires si tu veux te mettre à la couture !

Si tu as des questions, ou si tu utilises d’autres fournitures, différentes des miennes, laisse-moi un commentaire !
Je serais ravie de découvrir d’autres techniques et d’autres outils !

[affilinet_performance_ad size=468×60]

 

 

 

 

sac georges les tutos de viny

Georges, mon nouveau sac indispensable !

Les accessoires

Houhou !…. Il y a encore quelqu’un par ici ? J’ai été légèrement absente ces derniers temps. Ce n’est pas les projets coutures qui manquent pourtant ! Juste le temps. Je ne trouve pas le temps de faire les photos de mes projets, alors ils s’accumulent sur le dossier d’une chaise. Un peu à l’image du linge, ni sale ni propre. Pas la peine de faire l’étonnée, je suis certaine que tu as une chaise pour ce genre de linge chez toi….

Mais aujourd’hui, j’ai pris le temps de faire les photos de mon dernier sac. J’avais besoin d’un sac pour prendre l’avion, compatible avec les dimensions cabines (avant, j’avais un vieux sac de sport…) Et voilà que par hasard, Viny me propose de tester son nouveau patron : Georges !!

Allez hop, ni une ni deux, j’ai filé au magasin (la veille de mon vol ! Tranquille !), avec comme objectif de le finir afin de le prendre avec moi le lendemain ! Ahahah j’aime les projets speed…. Mais regarde les couleurs que j’ai choisi :

tissus

Un simili marron, qui s’accorde parfaitement avec mon tissu à l’imprimé tropical (on ne voit pas sur cette photo, mais il y a de jolis oiseaux dessus). Quant au tissu orange, se sera mon tissu intérieur !

Alors Georges est un sac avec plein de poches. A l’extérieur, il y a une poche zipée d’un côté, et 3 poches classiques de l’autre. Pratique pour y glisser une paire d’écouteurs par exemple, ou un paquet de mouchoirs, d’une grande utilité lorsqu’on a une rhino en plein mois de mai !

A l’intérieur, il y a encore des poches ! Et oui, il faut bien pouvoir être capable de ranger tout le bordel d’une fille les indispensables ! Brosses à cheveux, ordinateur, gilet, pull, console de jeux, chaussures, baskets, espadrilles… Ah non désolée ! ça c’est ce qui ne rentrait pas dans ma valise ! Pour m’éviter des frais supplémentaires, Georges a tout pris, et sans émettre le moindre râlement. What else ? Les poches intérieures : j’ai décidé d’en faire 4 d’un côté et 3 de l’autre. De cette façon, j’ai des poches de tailles différentes, en fonction de ce que je veux mettre dedans. Mais avec le tuto de Viny, tu peux les moduler comme tu veux ! Tu peux même rajouter une poche intérieure zipée, ou mettre des pressions si tu le souhaites !

GeorgesDoublure.jpgGeorges dispose de deux anses. Je les ai choisi en coton, car je trouve ça plus agréable à porter à l’épaule. Les sangles en nylon ont tendance à couper. Enfin, c’est mon avis ! On peut aussi lui mettre une sangle amovible si l’on préfère le porter à l’épaule ! Ce qui est plutôt pratique. Surtout en fonction de son utilité.

En tout cas à l’aéroport, Georges a fait son petit effet. Beaucoup de personnes se sont retournés sur lui !

 

georgesSol

D’un côté, il y a 3 poches. Là, il va falloir que tu me crois sur paroles ! Car je me suis arrangée pour faire correspondre les raccords. Il n’était pas question de couper les magnifiques oiseaux de ce tissu.

edf

D’ailleurs si tu aimes ces tissus, saches qu’ils viennent du comptoir du tissu. Le tissu tropical est à tomber ❤ Je pense que je vais lui faire un Jules associé, et peut être même aussi une paire d’espadrilles avec ce qu’il me reste ! Ahahah

georgesZip.jpg

En attendant, voici l’autre côté du sac ! Avec la fermeture zipée, cousu à brut. Là, ça se voit moins avec le zip et les anses, mais il y a aussi continuité des motifs.

Georges possède également une bandoulière (on voit les attaches sur le côté). C’est plutôt pratique lorsque le sac est très lourd ! En plus, comme les attaches sont amovibles, je les laisse dans une des poches intérieures, lorsque je ne les utilise pas.

Alors, qu’est ce que tu en penses ? En tout cas, ma mère adore ce sac ! Je pense que je vais lui en faire et lui offrir. Pour la fête des mères c’est un peu tard, mais elle l’aura pour partir en week-end cet été ! C’est mon père qui va être jaloux ! Il va falloir que je lui trouve quelque-chose aussi ;)…

Et pour finir, si le sac t’intéresse, tu peux avoir les explications en cliquant juste ICI !

 

PS j’ai thermocollé toutes les pièces extérieures, car les tissus n’étaient pas très épais. Donc oui, on peut thermocoller du simili, à condition d’y aller mollo avec le fer ! On place un tissu entre le fer et le thermocollant, pour éviter de faire fondre ou de marquer le simili, et c’est parti !

 

 

 

imaginer son vêtement

Comment associer un tissu avec un dessin technique ? {TUTO}

debuter en couture

Je suis quelqu’un qui a beaucoup d’idées, mais qui est rarement peu sûr d’elle pour ce qui est d’associer des tissus avec un patron. J’admire les filles sur instagram qui sont capables dessiner ou de croquer en quelques minutes, le dessin de leur vêtement. Couleurs comprises. Et de voir si le rendu attendu est au rendez-vous.

Mais moi, voilà, je ne sais pas dessiner… Alors plutôt que de prendre des cours, je me suis tournée vers l’informatique. Car je sais utiliser un logiciel qui peut me permettre de voir si des tissus vont bien ensemble, ou pas ! Il s’agit du logiciel Inkscape.
La première fois que je l’ai utilisé (enfin la première fois que je te l’ai montré ahah !) c’était pour faire la gigoteuse de mon kit de naissance. Je ne savais pas dans quel ordre mettre mes différents tissus, alors j’avais demandé de l’aide sur Instagram !

 


Depuis, j’ai fait pleins d’autres dessins pour m’aider… Le dernier en date, c’est un hybride de patrons de chez Deer and Doe. J’ai nommé… la Belladaurée :

belladaurée.png

 

Eh oui ! C’est bien le haut de la Belladone, avec le bas asymétrique de la Centaurée.

J’ai posté sur le groupe facebook de Deer and Doe, un message afin de savoir si c’était faisable… Et là, j’ai reçu pleins de messages bienveillant concernant cette association, mais aussi me demandant comment faire ces dessins !

J’ai donc décidé de faire un tuto afin que tout le monde en ayant l’envie, soit en mesure de le faire !

Pour que ce soit plus facile à suivre, j’ai décidé de le faire sous format pdf. Tu n’as qu’à cliquer sur le lien suivant pour télécharger les explications :

TutoInkscape_AssocierTissuDessinTechnique

 

Pour télécharger le logiciel sous windows, c’est ici :

https://inkscape.org/fr/release/0.92.3/platforms/

Attention de choisir la bonne version de windows (32 ou 64 bits) et de prendre le fichier « .exe »

Et si tu travailles sous mac, il faut télécharger une ancienne version, mais tout est  là :

https://inkscape.org/fr/telecharger_obsolete/mac-os-x/

 

Et surtout, n’hésites pas à me taguer sur Instagram, dans tes billets de blog
ou a me laisser un message en commentaire si tu utilises mon tuto ! 

 

 

 

Des housses de sièges pour 2cv

Les accessoires

Il y a quelques temps (début décembre), j’ai reçu une demande un peu particulière. Un de mes amis a une passion excessive pour le vintage. Jusqu’au point où il est allé jusqu’à se séparer de sa voiture moderne, pour ne conduire que sa 2cv. Une jolie voiture verte grenouille, qu’il est en train de rénover d’ailleurs.

Enfin bref, tu vois venir la question à mon avis :

« Hey, tu penses qu’il serait possible que tu me fasses de housses de sièges ?
Pour ma 2cv ? Je ne trouve pas ce que je veux »

Bon. Soit. Des housses de sièges. Je n’en ai jamais fait, mais c’est un défi que je veux bien relever ! Et pour relever ce challenge, je n’étais pas seule : ma padawan Mélissa (allez voir sa page 😉 ) était aussi de la partie.

Pour les puristes de la 2cv, les sièges avant ne sont pas d’origine. Mais la banquette oui ! Et comme tout était en bon état, il a été décidé de ne faire que des housses pour rhabiller les sièges.

Place au modelage

Comme on a décidé de faire des housses, on n’a pas décousu les sièges d’origines. Alors il a fallut faire un modelage de chaque partie. On a commencé par la banquette, car on a pu la garder chez nous pendant un moment ! Et ça n’empêchait pas Monsieur Vintage de rouler pendant ce temps là.

banquette.png

A la voir comme ça, on pourrait penser que ça va être facile. Un rectangle pour le dossier, un autre pour l’assise. Mais c’est sans compter sur les découpes en arrondies des côtés de la banquette ! Alors à l’aide de bâche de protection, on a décalqué différentes pièces :

  • une demi assise
  • un demi dossier
  • un côté d’assise
  • un côté de dossier

Avant de couper dans les tissus définitifs, il fallait vérifier qu’on ne s’était pas trompé ! C’était la première fois qu’on faisait ça… alors on a réalisé une toile. Dans des jolies chutes de draps !

banquette2.png

Déjà rien que dans ces tissus là, la banquette est devenue plus jolie. Tu ne trouves pas ?

On a fait exactement la même chose pour les sièges avant. Sauf qu’il y a beaucoup plus d’éléments …. Toujours avec de la bâche de protection, on a patronné :

  • une demi assise
  • un demi dossier
  • un côté d’assise
  • un demi tour de dossier
  • un demi dos de dossier

J’ai oublié de prendre des photos… sorry !

Les tissus entrent en scène !

Tous les tissus viennent de chez diffus’laine tissus à Gradignan. Ils ont été exclusivement choisi par le propriétaire de la 2cv. Et je trouve que pour le côté vintage, on est en plein dedans !

Monsieur Vintage a donc choisi :

  • un tissu uni marron
  • un tissu à carreaux, dans des tons marron et crème. Des carreaux ! donc…. des raccords 

Alors déjà que les housses de sièges, c’étaient une première. Mais là avec le tissu à carreaux, on a mis la barre encore plus haut ! Fallait pas se louper, tu vois le truc.

Pour la banquette, c’était facile. D’autant plus qu’on n’a pas eu à faire d’ouverture pour laisser passer les boucles de ceinture de sécurité. Je tiens à rassurer : personne ne peut monter à l’arrière. Il n’y a pas de place !

banquettemonte.pngLa continuité des carreaux est par-faite. Oui rien que ça. En plus, on distingue bien 3 places avec les motifs (1 place = 1 carreau blanc), ce que souhaitait Monsieur Vintage. Je ne sais pas pourquoi 3 d’ailleurs, puisque personne ne peut monter à l’arrière !!

Pour les sièges avant, c’était légèrement plus complexe…. Les sièges étant plus modernes, ils étaient conçus avec un creux entre l’assise et le dossier (tu verras sur les photos). On a décidé de résoudre le problème, en ne cousant pas l’assise et le dos ensemble. Ou du moins pas directement.

siegeavant.png

Petit schéma pour t’expliquer. Entre la pièce pour l’assise et la pièce pour le dossier, on a rajouté une bande de jersey, d’une quinzaine de centimètre de large. Cette bande de jersey, viens se coincer entre l’assise et le dossier d’origine. Elle est pincée entre les deux parties (un peu à l’image de ta télécommande que tu retrouves coincée entre les coussins du canapé, tu vois ?). Ainsi, on a l’illusion que l’assise est directement cousue au dossier, alors qu’il n’en est rien ! Cette petite astuce permet de résoudre le problème du « creux » engendré par le design de l’assise. Car en s’asseyant, la personne vient « tirer » le jersey pris entre les deux parties.

siegeavantdessin

Alors oui, on aurait pu résoudre le problème du creux avec des pinces. C’est d’ailleurs cette première idée qu’on a eu. Mais on n’aurait pas pu garder la continuité du motif…. Et on le souhaitait !

essaihabillage.png

 Tu vois mieux sur cette photo, le creux qu’il y a au niveau de l’assise (dans le fond du siège !) . Tu comprends pourquoi on a choisit de faire ça ! On garde la continuité du motif et on ne voit pas la bande de jersey !

Maintenant, il faut fixer tout ça, et faire les finitions, avant de pouvoir tout remonter ! (oui parce qu’il n’a plus qu’un siège dans sa voiture à ce moment là….)

Les finitions

Nos housses sont faites, mais elles ne sont pas fixées sur le siège. Et c’est ce que souhaitait Monsieur Vintage. Alors il a choisi de poser des oeillets sur les côtés des sièges (et c’est lui qu’il l’a fait aussi !!). Grâce à un système de fixation par élastique, les housses sont maintenues en place, et ne bougent pas. Et si nécessaire, elles peuvent être enlevées pour être lavées !

fixationsiegeavant.png

Et grâce à des pressions, on vient apporter un maintien supplémentaire sur les côtés :

 

 

Pour la banquette, il a aussi posé des pressions afin que la housse soit attachée au niveau des pieds de la banquette. Comme ça, si Monsieur Vintage souhaite se séparer de sa voiture un jour, la banquette d’origine n’aura pas été altérée !

Il nous restait un peu de tissus à carreaux. Alors on a décidé de les utiliser pour faire des volets au dos de la banquette. Et par un système d’oeillets et de laçage, on peut ajuster la housse sur la banquette.

arrierebanquette.png

Un nouvel habillage intérieur !

Tu as vu des petits bouts par-ci, par-là. Mais je suis certaine que tu veux voir l’ensemble, non ?

Alors voici le nouvel intérieur de la 2cv de Monsieur Vintage !

siegesavant

vueexterieu.png

 

Pour une première, je trouve qu’on ne s’est pas trop mal débrouillée !! Une toute petite déception quand même…. aucune trace (même minime) de paillettes n’a été acceptée par Mr Vintage….

La veste Anonyme, de Lydiy

Pour les femmes

Il y a quelques temps, une bloggeuse couture que je suis sur instagram, avait relayé le post IG de Lydie. Elle cherchait des testeuses/bloggueuses pour son prochain modèle. Je n’avais pas encore eu l’occasion de coudre l’un de ses patrons, et le modèle me plaisait bien. Cependant, dans le monde de la blogosphère couture, je suis une débutante, une padawan comme j’aime le dire🤭! Même si je couds depuis plusieurs années, je n’ai que quelques mois d’existence sur les réseaux sociaux, je suis encore un petit bébé 👶

Mais j’ai quand même tenté le coup en laissant un message sur le post concerné, et comme disait Jean-Claude Duss : J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher…😉

Mais oui ! Jean Claude avait raison ! Eheh ! Donc voici mon avis sur la veste de lydie, que j’ai testé début novembre.

vestebimatiere

Hey, t’as vu comment je saute bien ?

Dans le commerce, j’ai m’habille généralement en 42-44 selon les magasins. Pour réaliser la veste à pan, je me suis basée sur le tableau du patron, et je correspondait également à un 44. J’avais une petite appréhension concernant les manches. Car c’est toujours là que je rencontre deux problèmes :

  • soit les bras sont trop étroits et je me retrouve avec des épaulettes qui n’ont pas lieu d’être… mmmh tu vois de quoi je parle, n’est-ce pas?
  • soit les bras sont correctement proportionnés, mais la carrure n’est pas assez large… Qui a dit camionneuse ? J’ai entendu …. 

J’ai alors mesuré les manches de la taille 44 sur le patron : en théorie mes bras devraient avoir de la place.

Place au découpage du tissu ! Ah d’ailleurs, en parlant de tissu ! J’ai choisi de donner un petit côté rock’n’roll à ma veste 😎 . C’est donc en bi-matière que j’ai décidé de la réaliser : un lainage très doux de couleur bordeaux pour le devant et le dos, et un matelassé légèrement enduit d’un gris pailletté pour les manches ! Tous deux viennent de chez Diffus’Laine à Gradignan. Oui j’assume totalement les couleurs malgré les taquineries de mes collègues m’ayant surnommé « la cosmonaute »

tissus.png

Alors comme tu peux le voir sur la photo suivante, j’ai monté la veste à la machine à coudre et j’ai surjeté toutes les coutures, eh ouais mon gars !

coutureetsurjet.png

 

Oui c’est vrai, il faut que j’investisse dans 4 bobines noires… promis, je vais aller les acheter !!!

📷 📷 Allez, place aux photos !📷 📷

depied.png

epaule.png

Pour résumer,

J’ai aimé :

  • les explications claires 😁
  • le patron à assembler bord à bord !
  • le montage des manches 😁
  • les 3 versions possibles : on peut fermer (avec des boutons, ou avec un zip) ou on ne le ferme pas (comme moi !)

Ce que j’ai moins apprécié :

  • les marges de coutures non comprises😓 Alors certes, ce n’est pas rédhibitoire. Mais je suis de nature plutôt impatiente, alors une fois que j’ai coupé mon patron, j’ai l’impression de perdre du temps à repasser tout autour de mes pièces avant de couper mon tissu 😁
  • de devoir faire mine de ne plus savoir quand on me demandait d’où vient ma veste  ! Parce que oui, on me la demandé plusieurs fois ! Alors si tu m’as croisé, et que je t’ai dit « euh je crois que c’est un patron qui vient d’un magazine que j’ai acheté il y a quelques années… » je m’excuse de t’avoir menti. Mais… faute avouée, à moitié pardonnée, non ? Et puis maintenant, tu sais même d’où il vient !

Alors si toi aussi tu veux réaliser cette jolie veste à pan, clic ici pour obtenir le patron !

Et pour voir les versions des testeuses, c’est par  ! D’ailleurs si tu fais parti des testeuses, et que tu as écrit un article de blog, un post instagram, un post facebook, enfin un truc sur les réseaux sociaux, laisse moi un message pour que je fasse un lien vers chez toi !

 

Mais qu’est-ce que c’est ce tissu ? (1)

tissus

Mais oui, qu’est ce que c’est ce tissu? 🤔
Je suis certaine que tu t’es déjà retrouvé dans cette situation… Tu as craqué sur un joli tissu il y a quelques semaines, et au moment de l’utiliser, tu ne sais plus ce que c’est… Ou alors, on t’offre un coupon pour ton anniversaire, mais la personne n’a pas pensé à noter ce que c’était.

Est ce que c’est du coton ? En tout cas, çà y ressemble… mais c’est peut être de la viscose ? Ou alors du polyester ? A moins que ce ne soit un mélange…

Fini toutes ces questions ! Pour toi, j’ai la solution. Et je vais te la donner. Oui je suis comme ça, je vous aime beaucoup, alors je partage ! 🤗

Petit indice sur la manière de procéder : c’est l’un de ses plus gros titres

johnny_visuel_album

C’est bon,  tu as trouvé ? non ?…

Bon… second indice alors…

girl

Je suis sur que tu l’as maintenant ! Alors oui, on va réaliser un test à la flamme ! Le nom scientifique de ce test est « Analyse pyrognostique » Je vous met au défi de replacer ce mot lors d’une conversation, l’air de rien. Et sinon, si on te demande d’où ça vient, répond que ça vient du  grec ancien pûr (« feu ») et gnôstikos (« de connaissance »). Ce mot peut aussi te faire marquer pas mal de points au scrabble.

Avant toute chose, si tu ne veux pas que ta maison/appartement/quartier finisse comme sur la photo, tu prends TOUTES les précautions possibles ! On ne fait pas ça sur de la moquette ou au dessus d’un tapis. Et on attache ses longs cheveux !
Parce que oui, le feu ça brûûûûûûûûûûûûle (Merci Charlie ! Merci Lulu !)

Préparation

Alors pour un test à la flamme, on va se munir d’un briquet ou d’allumettes, d’une pince à épiler ou d’une longue épingle à linge (en bois c’est mieux qu’en plastique), un support qui ne craint pas la chaleur pour y laisser brûler les fibres, mais aussi d’un bol d’eau, juste au cas où…. On se place dans une pièce aérée. Mais attention à ce que le voisinage ne te prenne pas pour un.e pyroman.e ! 

Il y a 6 choses à observer :

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme
  • la couleur de la fumée
  • l’odeur qui s’en dégage
  • et pour finir, le numéro complémentaire : l’apparence des cendres !

Pour faire ton test, je te conseille de couper un bout de ton tissu et d’en séparer les fils qui le constituent. L’observation sera plus facile sur des fibres libres, que sur des fibres tissées. Et en plus, si tu as un mélange (coton/polyester par exemple) tu pourras le trouver plus facilement en séparant tes fibres qu’en brûlant tout en même temps.

C’est bon, tes échantillons sont prêts ? C’est parti ! 🤗

Tu vas approcher doucement (on n’a pas envie de mettre le feu au quartier, tu te souviens !) quelques fibres de la flamme, grâce à la pince à épiler ou ta pince à linge. Ce sont les fibres qui s’approchent de la flamme, et non la flamme qui s’approche des fibres, compris ?

IMG_20171029_153042884.jpg

Tu vas observer  attentivement les 6 points énumérés plus haut. Je te conseille de les noter sur une feuille au fur et à mesure, et ensuite, de regarder à quelle matière ça correspond ! Prend ton temps, car bien souvent il y a un critère ou deux qui différencient les fibres entre elles 😉

J’ai essayé de te mettre une liste assez conséquente des matières qu’on retrouve le plus souvent ☺️

Les fibres naturelles

Le coton et le lin (les fibres cellulosiques)

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : ne fond pas, ne rétrécit pas et s’éloigne de la flamme.
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle rapidement, sans fusion. La flamme est jaune.
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : continue de brûler, sans fusion
  • la couleur de la fumée : grise
  • l’odeur qui s’en dégage : le papier brûlé
  • l’apparence des cendres : grises, très légères et aux bords doux

La laine et la soie (les fibres protéiques)

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : fond, s’enroule et s’éloigne de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle lentement, avec fusion. La flamme est jaune
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : continuer de brûler très lentement, et s’éteint seule
  • la couleur de la fumée : grise
  • l’odeur qui s’en dégage : cheveux brulés (on dit aussi cochon grillé, mais ça fait moins pro !)
  • l’apparence des cendres : noires, qu’on peut toucher sans les abîmer

Les fibres artificielles

L’acétate

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : fond en s’éloignant de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle doucement en fondant, la flamme est jaune
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : continue de brûler en fondant
  • la couleur de la fumée : grise
  • l’odeur qui s’en dégage : vinaigre (=acide acétique)
  • l’apparence des cendres : noires, mais fragile. Dès qu’on les touches elles s’effritent

La viscose

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : ne fond pas, ne rétrécit pas
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle rapidement mais sans fondre. La flamme est jaune.
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : continue de brûler, sans fondre
  • la couleur de la fumée : grise
  • l’odeur qui s’en dégage : papier brûlé
  • l’apparence des cendres : grises, très légères et aux bords doux

Les fibres synthétiques

Le polyamide

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : fond et rétrécit en s’éloignant de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle lentement en fondant, flamme jaune
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : s’éteint seule, presque toujours
  • la couleur de la fumée : grise
  • l’odeur qui s’en dégage : céleri cuit
  • l’apparence des cendres : dures, grises et résistantes

Le polyester

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : fond et rétrécit en s’éloignant de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle lentement en fondant, flamme lumineuse
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : s’éteint seule, presque toujours
  • la couleur de la fumée : noire
  • l’odeur qui s’en dégage : douce, aromatique
  • l’apparence des cendres : cendres dures, noires et très résistantes

L’acrylique

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : fond en s’éloignant de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme : brûle lentement en fondant, la flamme est jaune
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : continue de brûler en fondant
  • la couleur de la fumée : noire
  • l’odeur qui s’en dégage : âcre, très désagréable
  • l’apparence des cendres :  cendres noires, gommeuses

Le polyéthylène et et le polypropylène

  • le comportement de la fibre à l’approche de la flamme : fond et rétrécit tout en s’éloignant de la flamme
  • le comportement de la fibre dans la flamme : bûle en fondant, la flamme est lumineuse
  • le comportement de la fibre lors du retrait de la flamme : continue de brûler en fondant
  • la couleur de la fumée : bleue
  • l’odeur qui s’en dégage : cire
  • l’apparence des cendres : dures et résistantes, de couleur marron (hâlée)

 

J’espère que ce petit article t’as plu ! Et qu’il t’aidera parfois !
Et si tu as d’autres matières à référencer, laisse-les en commentaire !!