Vlog #1 : je couds la robe Aldaia

Mes vlogs

Pour ce premier vlog, je vais coudre la robe Aldaia ! Ce n’est pas un patron inconnu, puisque je l’ai déjà réalisé il y a quelques mois. D’ailleurs, l’article est juste !

Publicités
robe romina été

Romina, la robe idéale pour l’été

Mes coutures

Pour celles qui ne connaissent pas, Romina est un modèle issu du magazine mars/avril 2018 de La Maison Victor. C’est une robe de style romantique, possédant des manches bouffantes, agrémentées d’un très joli pli creux sur le bas de la manche. Des fronces viennent souligner les épaules, tandis que le décolleté en V vient flatter la silhouette.

C’est une robe vraiment très facile à coudre (oui, même si la maison victor a mis 3 étoiles de difficulté), mais les explications sont vraiment claires et facilitent beaucoup la réalisation de cette robe !

[themoneytizer id= »19109-2″]

Si tu me suis sur Instagram, tu as déjà du voir plusieurs posts où je la porte : pour un mariage, pour une garden party au château de l’Islette bref : cette robe je la mets, je la remets, et je l’adore ! Sauf que je suis passée à ça de ne pas pouvoir la faire… Une catastrophe ! Non pas que je n’ai rien compris aux explications (elles sont limpides !). Mais j’ai eu une très mauvaise expérience avec mon spray de fabulon. Et pour le coup, c’est entièrement ma faute…

Installe-toi confortablement, prends un thé, un café, un chocolat, ou même une bière (attention, à consommer avec modération), je vais te raconter comment cette catastrophe s’est transformée en robe tout a fait portable.

C’est bon, tu es installée ?

Alors comme à mon habitude, j’aime me faciliter la tâche. Et entre-nous, qui aime se la compliquer ? Personne, hein ? C’est bien ce que je pensais…. J’ai donc sorti ma bombe de Fabulon pour amidonner ma viscose, la rendre rigide comme une popeline, et ainsi faciliter la découpe des pièces.

J’ai plié mon tissu en deux, et j’ai vaporisé l’amidon sur une surface de mon tissu. J’ai repassé mon coupon, l’ai positionné sur la table, épinglé le patron, et découpé toutes les pièces. Ensuite, j’ai revaporisé un peu de fabulon, puis repassé chacune des pièces avec mon fer, avant de les surjeter. J’ai commencé à coudre. Et là…. c’est le drame !

Mes pièces n’ont plus du tout la même taille ! Alors que tout a été découpé tissu plié… Une erreur de découpe, ça peut arriver, mais en découpant les pièces en même temps, il est impossible d’avoir une différence…

J’ai donc positionné mes pièces en tissu sur mes pièces du patron, et là, je me suis rendue compte qu’en plus de ne pas être de la même taille, elles étaient toutes les deux plus petite que la pièce de patron… Vraiment bizarre…

C’est la première fois que cela m’arrivait avec l’amidonnage. Peut-être n’ai-je pas assez agité la bouteille ? Peut-être est-ce parce que j’ai utilisé la fin de ma bouteille ?  Je suis quasi certaine que cela ne vient pas de la qualité du tissu, car je l’ai lavé, et séché juste après l’avoir acheté. Il n’y a donc aucun résidu d’apprêt chimique sur mon tissu, s’il y en avait, il est parti au lavage !

La seule solution que je vois, et qui me paraît la plus logique aussi,  est l’abus d’utilisation de mon spray de Fabulon. De plus, il devait rester beaucoup trop d’eau dans le fond de ma bouteille. L’eau + la chaleur du fer a fait rétrécir une partie des pièces car comme je te l’ai dit, j’ai re-amidonné après la découpe.

robe rominarobe romina pièces dos amidonnées

J’ai donc décidé de passer à l’eau l’une des pièces amidonnées, et là, MI-RACLE ! La pièce amidonnée et lavée est à nouveau de la taille du patron ! J’ai donc relavé toutes mes pièces découpées (et surjetées) en machine.  Et tu vois, les pièces font à nouveau la même taille !

robe romina pièces dos amidonnée

J’ai pu enfin commencer à coudre cette robe. Après 1 journée de galère et de questionnement…

Je n’ai apporté que 2 modifications sur le patron :

  • j’ai d’abord raccourci les jupes de 5cm. Car je trouvais la longueur de base, trop mémérisante sur moi.
  • j’ai enlevé les rubans de satin pour les boutons, car je n’avais pas choisi une bonne largeur de ruban, et que cela faisait vraiment bizarre. J’ai donc replié les rubans sous la pièce devant, et j’ai piqué l’ouverture du décolleté sur toute la hauteur afin de maintenir en place les rubans et d’éviter à la robe de bâiller (bah oui, je n’ai plus de boutons pour maintenir fermée l’ouverture…)

passants.jpg

Comme je te l’ai dit plus haut, la maison victor a mis une difficulté de 3 à cette robe. Honnêtement, je ne l’explique pas car les explications sont vraiment claires. Certes il y a pleins de petites choses à faire sur chaque pièce (des fronces sur les pièces devants, des fronces également sur la tête d’épaule, des plis creux sur le bas des manches) mais rien de vraiment compliqué à faire lorsque l’on suit les explications données par le magazine.

rpt

Peut-être que c’est du au tissu recommandé ? Une viscose légère, donc des tissus fluides qui bougent très facilement ? Je ne sais pas… En tout cas, je ce que je sais, c’est qu’elle est vraiment très agréable à porter lorsqu’il fait plus de 30 degrés !

smartcapture

J’aime beaucoup les nombreux détails composant ce modèle. Je trouve que les manches sont très élégantes avec ce pli creux.

smartcapture

Suite à mon choix de tissu, on ne les voit pas beaucoup, mais il y a des fronces sur le devant du buste, ainsi qu’aux têtes d’épaule, apportant un peu de structure à la robe.

sdr

Le haut de la pièce dos est doublée, et le fini à l’intérieur comme à l’extérieur, fait très pro. La fraîcheur de cette robe (probablement apportée par les motifs floraux,) me rappelle certaines robes de chez Ba&sh (pour celles qui connaissent). Le prix en moins ! D’ailleurs, cette viscose, je l’ai obtenu au comptoir du tissu ! ❤

rptToutes les photos en extérieur ont été prises lors d’un pic-nic suivi d’une soirée à la bougie au château de l’Islette. Du coup, je ne te le cache pas, j’en ai profité pour me la jouer grave avec ma robe fleurie et mon large chapeau !

Mais revenons-en au château ! Si tu as l’occasion d’aller le visiter, je t’invite à faire une escale, pour y découvrir les amours cachées de deux grands artistes : Camille Claudel et Auguste Robin. De plus, de nombreux transats sont disséminés dans le parc, afin de se reposer et de profiter de l’atmosphère idyllique au bord de l’Indre, qui traverse le domaine, s’étire et serpente, donnant à l’ensemble un charme incomparable.

Si tu as aimé ma robe, je t’invite à enregistrer la photo suivante sur pinterest !

robeRominaPinterest.jpg

 

Ma robe Aldaia #1

Pour les femmes

J’inaugure aujourd’hui, mon tout premier patron de chez Pauline Alice : la robe Aldaia ! (et pas Aladdin comme veut me faire modifier le correcteur orthographique grrrr).

Je ne porte pas souvent de robes. On peut même dire que c’est très rare. Je dois avoir euh… 3 robes dans ma garde-robe ? A peu près… En fait, je ne trouve jamais de robe qui flatte ma silhouette. Alors je porte plus facilement des pantalons !

Mais là avec toutes les versions de la robe Aldaia que l’on peut trouver sur Instagram, je me suis dis qu’il serait potentiellement envisageable d’imaginer que ce modèle pourrait m’aller. Car il y a plusieurs combinaisons possible :

  • 3 styles d’encolures : une encolure ronde, une encolure en V, et une encolure croisée
  • 3 styles de jupes : une jupe courte, une jupe évasée, une jupe crayon qui s’arrête sous le genou
  • 3 styles de manches : sans manches, manches courtes, manches au niveau du coude

aldaia-dress-8.jpg

C’est donc 27 robes différentes (ouiiiiii comme le film !!!!) que l’on peut coudre avec 1 seul patron ! Et si on ramène au prix du patron (8€ en pdf et 14€ en pochette), c’est vraiment hyper économique pour avoir autant de robes différentes ❤

Comme tu peux le voir sur les dessins techniques des robes, il y a des découpes princesses sur le buste. Et je me suis dis que ces découpes pourraient me permettre d’ajuster au mieux la robe à ma morpho si besoin est. Mais comme Aldaia est destinée à être cousue dans les étoffes en mailles, il y a généralement peu d’ajustements à faire (voir pas du tout : l’avantage de la maille, c’est qu’elle se déforme !).

Les jersey de coton, les jersey de viscose, les milanos, et même les étoffes pour sweat-shirts peuvent être utilisées pour réaliser Aldaia. Ce qui en fait une robe confortable à porter, mais aussi rapide à coudre, même si on n’a pas de surjeteuse ! Et si tu veux en savoir plus sur les tissus mailles, tu as un super article rédigé ici !

Découpes des pièces

J’ai choisi de faire la version :

  • manches courtes : 2 pièces (bah oui, il y a deux manches !) + 2 bas de manches
  • col en V : 4 pièces ( 1 pour le dos, et 3 pour le devant) + 1 bande d’encolure
  • jupe évasée : 6 pièces (3 pour le devant et 3 pour le dos ! Il faut au moins ça pour une jupe qui tourne !)

Malgré toutes les pièces à découper, ce n’est pas compliqué. Il faut quand même penser à bien repasser son tissu, si on ne veut pas se retrouver avec des faux plis dans les pièces une fois le tissu coupé… Eh oui : même le jersey ça se repasse !

Et pour une fois, je n’ai pas de photos de Berlioz se roulant dans la laize de tissu ! Oui je sais que tu y en avais pris l’habitude… Mais il faisait beau lorsque j’ai fait cette robe, alors le balcon et la chaleur du soleil ont eut les préférences de monsieur le chat ! Par contre, il y a un qui a bien pris le temps de photobomber quelques unes de mes photos, dont celle en tête d’article!

Assemblage

La difficulté de cette robe est de 2/3 d’après Pauline. De mon point de vue (donc pour la version que j’ai cousue) la seule difficulté réside dans la pose de la bande d’encolure. Je ne dis pas que c’est compliqué ! En faufilant à la main avant de coudre, il n’y a aucun problème. Mais c’est peut être un peu compliqué lorsqu’on n’a jamais cousu de matière comme le jersey. Mis à part ce point, il n’y a aucune difficulté. Tout tombe parfaitement, et comme les marges de coutures sont comprises dans le patron, c’est par-fait !

robealdaia4.jpg

Concernant les explications, chaque version des bustes / manches / jupes sont illustrées et vraiment bien détaillées.

La seule difficulté, reste, comme toujours, de trouver LE bon tissu pour se lancer ! Moi j’ai choisi un imprimé tropical, avec des fleurs et des feuilles, dans des tons plutôt foncés. Ce tissu vient du comptoir du tissu, et je pense que c’est un jersey de coton avec un peu d’élasthanne dedans. Malheureusement, il n’y avait pas la composition lorsque je l’ai acheté.

robeAldaia1.jpg

Ah et aussi ! C’est la première fois que j’assemblais directement le vêtement à la surjeteuse. J’ai pris l’habitude de monter le vêtement à la machine à coudre, puis à surjeter les bords. Mais là, j’avais envie de faire comme les grandes : et utiliser la machine à coudre uniquement pour poser la bande d’encolure.

Seulement, comme les marges de couture (comprises!) étaient de 1 cm, je me suis bidouillée un petit guide, afin de bien positionner mon tissu pour que la couture se fasse bien à 1 cm du bord, tout en découpant le surplus de tissu ! Avec ma surjeteuse, je peux coudre à 7-8 mm grand max du bord. Mais pas plus. Je n’avais pas envie de retracer les pièces de patrons en enlevant quelques millimètres de la marge couture… alors Je me suis fait un petit guide sur un carton, comme ça :

guide_surjeteuse.png

Le trait bleu représente l’aiguille gauche de ma surjeteuse. Ensuite, j’ai tracé une ligne à 1cm (= la ligne violette), et une autre à 1,5cm (= la ligne rose). C’est généralement les marges coutures que je retrouve. Mais tu peux aussi ajouter un autre trait pour une marge couture de 2cm si c’est ce que tu utilises.

Ensuite, j’ai placé ce guide sur ma surjeteuse, en faisant attention à bien aligner le trait bleu avec la position de l’aiguille gauche de ma surjeteuse. Il faut être assez précis, et pour le coup, ça se joue au millimètre près ! Alors, on respire, on prend son temps, on se concentre, et avec une règle, on vient aligner correctement le guide ! Une fois que le papier est bien positionné, j’ai mis un morceau de scotch pour maintenir ce guide sur la surjeteuse. J’ai trop regardé Mac Gyver je crois…

Ce n’est pas grand chose, mais ça évite d’avoir à retoucher les patrons avec la marge de couture comprises. Je n’aime pas perdre mon temps, tu commences à le comprendre. Alors c’est la solution que j’ai trouvé pour optimiser mon temps de couture !

Il suffit alors de placer le bord de son tissu contre le trait correspondant à la marge couture : 1 cm ou 1,5cm. Ensuite, les couteaux de la surjeteuse vont se charger de couper le tissu, qui sera surjeté dans la foulée. Et grâce à notre guide, on aura cousu en respectant la marge couture !

Par contre, il faut être sur de toi ! Parce qu’une fois que la surjeteuse a coupé le tissu, c’est coupé ! Tu ne peux pas faire marche arrière…. A garder en tête 😉 !

Mon avis

Pour une première robe en jersey, j’avoue que je la trouve hyper confortable ! Et vraiment très agréable à porter (mais ça, c’est surtout car le tissu est très fin !). D’ailleurs, par ces 32 degrés dans le nord (notons la date, ça n’arrive pas très souvent), j’ai apprécié encore plus qu’elle soit très légère !

robealdaia2.jpg

Je l’ai coupé dans une taille 42. Du haut de mon mètre 69, elle m’arrive au dessus du genou. Je t’avoue que je ne suis pas hyper à l’aise avec cette longueur. Alors la prochaine, je la rallongerai une bonne dizaine de centimètres pour qu’elle m’arrive au genou ! Voir même juste dessous.

robealdaia3.jpg

Je n’ai pas eu besoin de retoucher la largeur des manches : tu le vois par toi-même, le jersey n’est pas tendu ! Je n’ai pas fait de surpiqures pour maintenir le bas de manches. Mais je le ferai sur les prochaines version, car je suis sans cesse en train de bien les remettre.

robealdaia7.jpg

Je ne te ferai pas de démo de jupe qui tourne, mais je t’assure qu’elle se lève bien ! C’est aussi pour ça que je compte rallonger les prochaines !

espadrilles1.jpg

Comme il me restait du tissu, je me suis fais des espadrilles assorties ! Evidemment, j’ai thermocollé (avec un thermocollant tissé) les parties coupées dans le jersey, sinon vive les déformations ! Et pour l’arrière, je suis sortie de ma zone de confort…

espadrilles2

Hey oui ! Du simili à paillettes !

J’ai aussi décidé de mettre une étiquette au niveau du talon. Sur chaque pied cette fois-ci!

Il me restait encore du tissu. Alors j’ai cousu une robe presque similaire pour ma filleule : la robe 28 Palm Tree du ottobre design 3/2018 !

Je te montre juste une photo ! Mais il y aura un article dédié à cette robe ! Prêt ?

AldaiaPalmTree.jpg

Tadaaaaaam !

Il y avait le concept des look mère-fille sur Instagram,
et bien je développe le concept du look marraine / filleule !

Tu aimes ? Nous, on a bien kiffé d’avoir la même tenue toute la journée !! ❤

robe lora la maison victor

La robe Lora

Pour les femmes

Une semaine après avoir fini de coudre mes pulls fenna, je continue sur ma lancée avec un autre modèle de la maison victor : La robe Lora !

C’est un « vieux » modèle, puisqu’il provient du numéro de septembre-octobre 2015. Mais il est encore possible de le trouver en pdf sur leur site. Pendant un temps, il était disponible gratuitement, et je l’avais téléchargé en me disant que « ça pourrait servir un jour ».  Et voilà que ce jour est arrivé ! Sauf que… baah… je l’ai téléchargé en néerlandais….

embarrassed shame GIF

Découpes des pièces

Avant de découper les pièces, il faut d’abord assembler le pdf. Leur méthode pour le pdf est plutôt bien faite. Au lieu d’assembler toutes les feuilles afin d’obtenir une grande planche de patron (comme j’ai toujours fait depuis que j’utilise des pdf), et bien il suffit d’assembler juste quelques feuilles par éléments. On se retrouve donc avec plusieurs petites planches, beaucoup plus simple à manier sur une petite table.

planche patron robe lora

Pour ce deuxième modèle de la maison victor, j’ai décidé de suivre le tableau. Contrairement aux pulls Fenna où j’avais fait une taille 42-44 pensant que le 40 serait trop juste, j’ai choisi de suivre les mensurations données. Hop ! J’ai tracé la taille 40. Bon par contre, il n’y a pas les marges de couture… Alors après avoir recopié mon patron, j’y ai ajouté mes 1,5cm de marges couture partout, sauf au niveau de l’ourlet des manches et de la robe où j’ai ajouté 3 cm.

Assemblage

Je n’ai pas appris le néerlandais entre temps… Alors pour pouvoir monter correctement la robe (sans perdre trop de temps), je me suis à la fois servie de google translate, et de la vidéo mise en ligne par la maison victor.

Bon les traductions de google sont approximatives, mais avec les schémas, je t’assure que ça devient plus claires !

ex_traductionC’est les explications pour dire de faire les pinces.

Au final, je pense qu’il vaut mieux soit suivre les explications écrites, soit suivre la vidéo. Car le montage de la robe ne se fait pas dans le même ordre…
Mais je m’en suis quand même sortie ! Alors c’est largement faisable. Disons que la vidéo est bien pratique pour le pliage des poches.

Le seul point délicat de la robe, c’est la pose de la fermeture éclair invisible. Mais avec le bon pied de biche et avec du temps, on y arrive sans soucis !

D’ailleurs j’ai posé le zip alors qu’avec mon choix de tissus, je n’en avais pas vraiment besoin. J’ai utilisé le célèbre jersey nid d’abeille vendu par les coupons de saint pierre. Du coup, si jamais tu as dans l’idée de faire cette robe Lora dans un tissu extensible, je te conseille de ne pas mettre de zip et de couper au pli les pièces du dos !

Mon avis sur la robe Lora

Malgré ma version néerlandaise des explications, le montage s’est déroulé sans problème. Tous les crans de montage tombent parfaitement, l’embus des manches se gère très facilement et la parementure du col se place comme il le faut.

pincesdevant

Les plis plats du devant, avec les poches.

pincesdos.jpg

Les pinces dos avec le zip invsible.

Cette robe est naturellement cintrée à la taille, pour ensuite s’évaser vers les hanches. Je pense donc que ce modèle est parfait pour  celles qui ont des formes généreuses. Et malgré les plis qui sont présents à la taille, on peut se permettre d’avoir un petit ventre. Ensuite, il faut assumer d’avoir des hanches, car avec ce modèle de robe, elles sont mises en valeur.

silhouette
Pour le seyant de la robe… je vais laisser les photos parler d’elles-même.

Lora1

J’ai coupé une taille 40 avec 1,5 cm de marge couture. Pour les bras cependant, j’ai cousu à 1cm du bord malgré les 1,5 cm de marge couture prévu. Car je me sentais un peu trop à l’étroit dans ses manches. Là, ça va beaucoup mieux. Je peux montrer mes muscles, L.O.L !

Lora2

coutureinvisible

J’ai réalisé l’ourlet de la robe à la main !
Et hop : ni vu ni connu : aucune trace sur l’endroit.

Pour moi, cette robe est parfaite ! Elle est agréable à porter et facile à coudre. La longueur aux genoux en fait une robe que l’on peut porter en toute circonstance ! J’ai mis un zip invisible comme recommandé. Mais au final, ce n’était pas nécessaire, car mon tissu était assez extensible.

Une Poppy à paillettes

Pour les enfants

Il y a quelques temps, il me fallait coudre une robe pour une petite puce d’un an. Ma deadline était courte : à peine 2 jours…. (oui j’aime coudre dans la précipitation…) Il fallait donc une robe jolie, rapide et facile à faire.

J’ai dégainé un patron qui dormait, bien au chaud dans son tiroir : La robe chasuble, dite Poppy, par Lou and me.

Quant aux tissus, deux coupons trouvés dans mon magasin fétiche m’attendaient. Un peu de passepoil et de biais doré pour réhausser tout ça, et voilà que la robe était prête à être portée ! J’ai tout juste eu le temps de la laver avant de l’offrir durant le week-end.

Mission accomplie !

img_20170804_190758159-e1504891197861.jpg

Et voici la jolie robe rose à paillettes  sur son cintre !

Mais le mieux reste une photo avec l’heureuse propriétaire :

poppy2

Dites-moi ce que vous en pensez ! Et surtout dites moi si vous l’avez cousu aussi 😉 je serais heureuse de voir vos créations 😉