Ma robe Aldaia #1

Pour les femmes

J’inaugure aujourd’hui, mon tout premier patron de chez Pauline Alice : la robe Aldaia ! (et pas Aladdin comme veut me faire modifier le correcteur orthographique grrrr).

Je ne porte pas souvent de robes. On peut même dire que c’est très rare. Je dois avoir euh… 3 robes dans ma garde-robe ? A peu près… En fait, je ne trouve jamais de robe qui flatte ma silhouette. Alors je porte plus facilement des pantalons !

Mais là avec toutes les versions de la robe Aldaia que l’on peut trouver sur Instagram, je me suis dis qu’il serait potentiellement envisageable d’imaginer que ce modèle pourrait m’aller. Car il y a plusieurs combinaisons possible :

  • 3 styles d’encolures : une encolure ronde, une encolure en V, et une encolure croisée
  • 3 styles de jupes : une jupe courte, une jupe évasée, une jupe crayon qui s’arrête sous le genou
  • 3 styles de manches : sans manches, manches courtes, manches au niveau du coude

aldaia-dress-8.jpg

C’est donc 27 robes différentes (ouiiiiii comme le film !!!!) que l’on peut coudre avec 1 seul patron ! Et si on ramène au prix du patron (8€ en pdf et 14€ en pochette), c’est vraiment hyper économique pour avoir autant de robes différentes ❤

Comme tu peux le voir sur les dessins techniques des robes, il y a des découpes princesses sur le buste. Et je me suis dis que ces découpes pourraient me permettre d’ajuster au mieux la robe à ma morpho si besoin est. Mais comme Aldaia est destinée à être cousue dans les étoffes en mailles, il y a généralement peu d’ajustements à faire (voir pas du tout : l’avantage de la maille, c’est qu’elle se déforme !).

Les jersey de coton, les jersey de viscose, les milanos, et même les étoffes pour sweat-shirts peuvent être utilisées pour réaliser Aldaia. Ce qui en fait une robe confortable à porter, mais aussi rapide à coudre, même si on n’a pas de surjeteuse ! Et si tu veux en savoir plus sur les tissus mailles, tu as un super article rédigé ici !

Découpes des pièces

J’ai choisi de faire la version :

  • manches courtes : 2 pièces (bah oui, il y a deux manches !) + 2 bas de manches
  • col en V : 4 pièces ( 1 pour le dos, et 3 pour le devant) + 1 bande d’encolure
  • jupe évasée : 6 pièces (3 pour le devant et 3 pour le dos ! Il faut au moins ça pour une jupe qui tourne !)

Malgré toutes les pièces à découper, ce n’est pas compliqué. Il faut quand même penser à bien repasser son tissu, si on ne veut pas se retrouver avec des faux plis dans les pièces une fois le tissu coupé… Eh oui : même le jersey ça se repasse !

Et pour une fois, je n’ai pas de photos de Berlioz se roulant dans la laize de tissu ! Oui je sais que tu y en avais pris l’habitude… Mais il faisait beau lorsque j’ai fait cette robe, alors le balcon et la chaleur du soleil ont eut les préférences de monsieur le chat ! Par contre, il y a un qui a bien pris le temps de photobomber quelques unes de mes photos, dont celle en tête d’article!

Assemblage

La difficulté de cette robe est de 2/3 d’après Pauline. De mon point de vue (donc pour la version que j’ai cousue) la seule difficulté réside dans la pose de la bande d’encolure. Je ne dis pas que c’est compliqué ! En faufilant à la main avant de coudre, il n’y a aucun problème. Mais c’est peut être un peu compliqué lorsqu’on n’a jamais cousu de matière comme le jersey. Mis à part ce point, il n’y a aucune difficulté. Tout tombe parfaitement, et comme les marges de coutures sont comprises dans le patron, c’est par-fait !

robealdaia4.jpg

Concernant les explications, chaque version des bustes / manches / jupes sont illustrées et vraiment bien détaillées.

La seule difficulté, reste, comme toujours, de trouver LE bon tissu pour se lancer ! Moi j’ai choisi un imprimé tropical, avec des fleurs et des feuilles, dans des tons plutôt foncés. Ce tissu vient du comptoir du tissu, et je pense que c’est un jersey de coton avec un peu d’élasthanne dedans. Malheureusement, il n’y avait pas la composition lorsque je l’ai acheté.

robeAldaia1.jpg

Ah et aussi ! C’est la première fois que j’assemblais directement le vêtement à la surjeteuse. J’ai pris l’habitude de monter le vêtement à la machine à coudre, puis à surjeter les bords. Mais là, j’avais envie de faire comme les grandes : et utiliser la machine à coudre uniquement pour poser la bande d’encolure.

Seulement, comme les marges de couture (comprises!) étaient de 1 cm, je me suis bidouillée un petit guide, afin de bien positionner mon tissu pour que la couture se fasse bien à 1 cm du bord, tout en découpant le surplus de tissu ! Avec ma surjeteuse, je peux coudre à 7-8 mm grand max du bord. Mais pas plus. Je n’avais pas envie de retracer les pièces de patrons en enlevant quelques millimètres de la marge couture… alors Je me suis fait un petit guide sur un carton, comme ça :

guide_surjeteuse.png

Le trait bleu représente l’aiguille gauche de ma surjeteuse. Ensuite, j’ai tracé une ligne à 1cm (= la ligne violette), et une autre à 1,5cm (= la ligne rose). C’est généralement les marges coutures que je retrouve. Mais tu peux aussi ajouter un autre trait pour une marge couture de 2cm si c’est ce que tu utilises.

Ensuite, j’ai placé ce guide sur ma surjeteuse, en faisant attention à bien aligner le trait bleu avec la position de l’aiguille gauche de ma surjeteuse. Il faut être assez précis, et pour le coup, ça se joue au millimètre près ! Alors, on respire, on prend son temps, on se concentre, et avec une règle, on vient aligner correctement le guide ! Une fois que le papier est bien positionné, j’ai mis un morceau de scotch pour maintenir ce guide sur la surjeteuse. J’ai trop regardé Mac Gyver je crois…

Ce n’est pas grand chose, mais ça évite d’avoir à retoucher les patrons avec la marge de couture comprises. Je n’aime pas perdre mon temps, tu commences à le comprendre. Alors c’est la solution que j’ai trouvé pour optimiser mon temps de couture !

Il suffit alors de placer le bord de son tissu contre le trait correspondant à la marge couture : 1 cm ou 1,5cm. Ensuite, les couteaux de la surjeteuse vont se charger de couper le tissu, qui sera surjeté dans la foulée. Et grâce à notre guide, on aura cousu en respectant la marge couture !

Par contre, il faut être sur de toi ! Parce qu’une fois que la surjeteuse a coupé le tissu, c’est coupé ! Tu ne peux pas faire marche arrière…. A garder en tête 😉 !

Mon avis

Pour une première robe en jersey, j’avoue que je la trouve hyper confortable ! Et vraiment très agréable à porter (mais ça, c’est surtout car le tissu est très fin !). D’ailleurs, par ces 32 degrés dans le nord (notons la date, ça n’arrive pas très souvent), j’ai apprécié encore plus qu’elle soit très légère !

robealdaia2.jpg

Je l’ai coupé dans une taille 42. Du haut de mon mètre 69, elle m’arrive au dessus du genou. Je t’avoue que je ne suis pas hyper à l’aise avec cette longueur. Alors la prochaine, je la rallongerai une bonne dizaine de centimètres pour qu’elle m’arrive au genou ! Voir même juste dessous.

robealdaia3.jpg

Je n’ai pas eu besoin de retoucher la largeur des manches : tu le vois par toi-même, le jersey n’est pas tendu ! Je n’ai pas fait de surpiqures pour maintenir le bas de manches. Mais je le ferai sur les prochaines version, car je suis sans cesse en train de bien les remettre.

robealdaia7.jpg

Je ne te ferai pas de démo de jupe qui tourne, mais je t’assure qu’elle se lève bien ! C’est aussi pour ça que je compte rallonger les prochaines !

espadrilles1.jpg

Comme il me restait du tissu, je me suis fais des espadrilles assorties ! Evidemment, j’ai thermocollé (avec un thermocollant tissé) les parties coupées dans le jersey, sinon vive les déformations ! Et pour l’arrière, je suis sortie de ma zone de confort…

espadrilles2

Hey oui ! Du simili à paillettes !

J’ai aussi décidé de mettre une étiquette au niveau du talon. Sur chaque pied cette fois-ci!

Il me restait encore du tissu. Alors j’ai cousu une robe presque similaire pour ma filleule : la robe 28 Palm Tree du ottobre design 3/2018 !

Je te montre juste une photo ! Mais il y aura un article dédié à cette robe ! Prêt ?

AldaiaPalmTree.jpg

Tadaaaaaam !

Il y avait le concept des look mère-fille sur Instagram,
et bien je développe le concept du look marraine / filleule !

Tu aimes ? Nous, on a bien kiffé d’avoir la même tenue toute la journée !! ❤

Publicités
portefeuille Jules les tutos de viny

Jules, mon nouveau compagnon

Les accessoires

Non non non, je n’ai pas échangé mon Zébulon contre un nouveau Jules ! Jules, c’est le dernier patron réalisé par la talentueuse Viny diy, du blog e-mercerie.

Alors Jules, il est vraiment pratique. Déjà, il peut emmener 9 cartes de fidélités. Tu peux facilement y mettre la carte fidélité de ton magasin de tissus préféré, ainsi que des boutiques de fringues que tu fréquentes (si tu y vas encore). Sinon, tu peux mettre celles des grandes parfumeries ou des magasins de chaussures ! Bref, il y a de la place, tu l’as compris ! En plus de ça, il possède 2 grandes poches zippées séparées, et il peut même y glisser 1 chéquier à condition qu’il soit « à la française » (c’est à dire les agrafes sur le grand côté). Attention, si tu as un chéquier à l’italienne, alors il ne rentrera pas !

J’ai eu l’occasion de faire partie du petit groupe de testeuses. J’ai pu coudre avant tout le monde ce portefeuille ! Et c’est avec plaisir que je te présente ce modèle vachement sympathique.

portefeuille_jules

Découpes des pièces

Le nombre de pièces à découper pour réaliser ce portefeuille n’est pas si élevé que ça ! Enfin, il te faudra quand même :

  • une pièce pour l’extérieur (moi c’est le liège)
  • une pièce pour l’intérieur (moi c’est mon simili cuivré)
  • deux pièces pour l’intérieur des poches zippées (j’ai utilisé un coton avec des ananas dessus)
  • 3 pièces pour réaliser les emplacements des cartes (c’est encore mon simili cuivré)
  • un peu de tissu cristal pour faire un emplacement de carte transparent (le mien, je l’ai choisi à paillettes !!)
  • deux fermetures éclairs
  • deux pressions pour maintenir le portefeuille fermé

Je te conseille de respecter les indications de Viny concernant le choix des matières. Surtout si tu as une machine d’entrée de gamme.

epaisseurs

Là, ça commence à faire beaucoup d’épaisseurs… et c’est pas fini !

Moi je ne l’ai pas respecté (#têtue) et je n’ai utilisé que du simili alors qu’elle préconisait l’utilisation de coton pour les emplacements des cartes. Forcément avec toutes ces épaisseurs, il est arrivé ce qu’il devait arriver ! A un moment du montage, je n’ai pas pu faire un repli… Mais pas de panique ! Je m’en suis sortie en utilisant un biais et un morceau de doublure ananas, afin de « créer » un nouvel emplacement dans le portefeuille. J’y range les tickets de carte bleues (afin qu’ils ne trainent plus au fond de mon sac, tmtc).

poche_jules

Si ça t’intéresse de savoir comment faire cette mini modification, laisse-moi en commentaire ! Et je verrai ce que je peux faire 🙂

Assemblage

Comme je te l’ai dit écrit plus haut, j’ai fait partie des testeuses. Donc, évidemment que les explications sont claires ! Si elles ne l’étaient pas, on n’aurait jamais pu le coudre, ce joli portefeuille. Et puis clairement, on aurait servi à rien si le tuto était brouillon !
Chaque étape du montage est détaillée avec des photos claires, donc aucune question à se poser. Il suffit de suivre simplement les étapes, et on arrive au résultat facilement. Compte une journée pour le réaliser. Même s’il n’est pas compliqué à coudre, il y a beaucoup d’étapes pour y arriver.

detail_jules_1

Je crois bien que c’est la seule photo qui rend vraiment hommage
à la couleur de ce simili aux reflets cuivrés ❤
D’ailleurs, le simili vient du comptoir du tissu !

Mon avis

Mon retour va être simple : c’est un portefeuille que j’apprécie réellement, et qui diffère de ceux qu’on trouve d’habitude (en tuto couture). Ce que j’aime le plus, c’est le pliage final asymétrique qui lui donne un côté original. Même si j’ai fait une erreur dans mes choix de tissus, je m’en suis sortie avec une petite modification, qui rend tout a fait utilisable mon portefeuille !
Honnêtement, je pense que ce modèle va faire partie de ma to-sew list pour Noël prochain. J’annonce donc d’ores et déjà :

>> Merci de surjouer la surprise lorsque vous ouvrirez vos cadeaux ! <<

Et en attendant Noël (oui parce qu’on en est encore loin, hein !), voici encore d’autres photos de mon Jules :

portefeuille_jules_3

portefeuille_jules_2.jpg

Et voilà les autres versions des testeuses :

La version de Titelletit :

Jules_titelle

La version de Cococinelle :

Jules_coccinelle

La version de Fiona :

Jules_Fiona

La version de les korrigans :

Jules_korrigans.png

Et voilà ! J’espère que tu as trouvé nos versions sympas, et peut-être même qu’on t’a donné envie de te coudre un Jules 😉

Du coup, si c’est le cas, tu n’as plus qu’à cliquer ICI!

La veste Anonyme, de Lydiy

Pour les femmes

Il y a quelques temps, une bloggeuse couture que je suis sur instagram, avait relayé le post IG de Lydie. Elle cherchait des testeuses/bloggueuses pour son prochain modèle. Je n’avais pas encore eu l’occasion de coudre l’un de ses patrons, et le modèle me plaisait bien. Cependant, dans le monde de la blogosphère couture, je suis une débutante, une padawan comme j’aime le dire🤭! Même si je couds depuis plusieurs années, je n’ai que quelques mois d’existence sur les réseaux sociaux, je suis encore un petit bébé 👶

Mais j’ai quand même tenté le coup en laissant un message sur le post concerné, et comme disait Jean-Claude Duss : J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher…😉

Mais oui ! Jean Claude avait raison ! Eheh ! Donc voici mon avis sur la veste de lydie, que j’ai testé début novembre.

vestebimatiere

Hey, t’as vu comment je saute bien ?

Dans le commerce, j’ai m’habille généralement en 42-44 selon les magasins. Pour réaliser la veste à pan, je me suis basée sur le tableau du patron, et je correspondait également à un 44. J’avais une petite appréhension concernant les manches. Car c’est toujours là que je rencontre deux problèmes :

  • soit les bras sont trop étroits et je me retrouve avec des épaulettes qui n’ont pas lieu d’être… mmmh tu vois de quoi je parle, n’est-ce pas?
  • soit les bras sont correctement proportionnés, mais la carrure n’est pas assez large… Qui a dit camionneuse ? J’ai entendu …. 

J’ai alors mesuré les manches de la taille 44 sur le patron : en théorie mes bras devraient avoir de la place.

Place au découpage du tissu ! Ah d’ailleurs, en parlant de tissu ! J’ai choisi de donner un petit côté rock’n’roll à ma veste 😎 . C’est donc en bi-matière que j’ai décidé de la réaliser : un lainage très doux de couleur bordeaux pour le devant et le dos, et un matelassé légèrement enduit d’un gris pailletté pour les manches ! Tous deux viennent de chez Diffus’Laine à Gradignan. Oui j’assume totalement les couleurs malgré les taquineries de mes collègues m’ayant surnommé « la cosmonaute »

tissus.png

Alors comme tu peux le voir sur la photo suivante, j’ai monté la veste à la machine à coudre et j’ai surjeté toutes les coutures, eh ouais mon gars !

coutureetsurjet.png

 

Oui c’est vrai, il faut que j’investisse dans 4 bobines noires… promis, je vais aller les acheter !!!

📷 📷 Allez, place aux photos !📷 📷

depied.png

epaule.png

Pour résumer,

J’ai aimé :

  • les explications claires 😁
  • le patron à assembler bord à bord !
  • le montage des manches 😁
  • les 3 versions possibles : on peut fermer (avec des boutons, ou avec un zip) ou on ne le ferme pas (comme moi !)

Ce que j’ai moins apprécié :

  • les marges de coutures non comprises😓 Alors certes, ce n’est pas rédhibitoire. Mais je suis de nature plutôt impatiente, alors une fois que j’ai coupé mon patron, j’ai l’impression de perdre du temps à repasser tout autour de mes pièces avant de couper mon tissu 😁
  • de devoir faire mine de ne plus savoir quand on me demandait d’où vient ma veste  ! Parce que oui, on me la demandé plusieurs fois ! Alors si tu m’as croisé, et que je t’ai dit « euh je crois que c’est un patron qui vient d’un magazine que j’ai acheté il y a quelques années… » je m’excuse de t’avoir menti. Mais… faute avouée, à moitié pardonnée, non ? Et puis maintenant, tu sais même d’où il vient !

Alors si toi aussi tu veux réaliser cette jolie veste à pan, clic ici pour obtenir le patron !

Et pour voir les versions des testeuses, c’est par  ! D’ailleurs si tu fais parti des testeuses, et que tu as écrit un article de blog, un post instagram, un post facebook, enfin un truc sur les réseaux sociaux, laisse moi un message pour que je fasse un lien vers chez toi !

 

Le sac seau – tuto inside !

Mes tutos

Il est enfin prêt ! Depuis le temps que je te poste des photos sur Instagram, tu l’attendais avec impatience, n’est-ce pas ?

Eh bien le voici  : le tuto du sac seau (aussi appelé sac bourse, sac boule etc) ! Avec en avant première, mon superbe jacquard français, dont je suis totalement dingue ! Tu le reconnais ? C’est celui de mon mon sac week-end ! Je vais utiliser toutes les chutes possibles, j’aime trop trop trop ce motif !

Il faut que tu saches que c’est une base de sac. Mais je l’ai fait au plus simple, afin que tu puisses faire les améliorations que tu souhaites !

Fournitures

fournituresSacSeau

Je m’excuse d’avance pour le tuto en mode « schémas », car je ne pensais pas que tu serais intéressée pour le faire. J’ai essayé d’être le plus claire possible ! Mais si une étape te poses problème, laisse un commentaire !

Montage du sac extérieur

Etape 1 : avec le tissu ethnique et les deux bandes de simili cuir (8×79 et 14×79) on va former l’extérieur du sac.

  • On pose la plus petite bande de simili cuir sur le bas du tissu ethnique, endroit contre endroit. On vient coudre à 1 cm du bord.
  • On pose la plus large bande de simili cuir, à 4 cm du bord. On vient coudre à 5 cm du bord (donc a 1cm du bord du simili).

1

Etape 2 : comme pour une couture standard, il faut ouvrir les coutures. Sauf que… c’est du simili. Donc du plastique. Et la semelle de ton fer à repasser n’aime pas le plastique (sisi, je t’assure que c’est vrai !). Alors pour ouvrir les coutures, tu vas mettre un tissu entre le simili et ton fer à repasser (de préférence un tissu épais). Et tu vas repasser doucement pour ouvrir les coutures. Augmente progressivement la température de ton fer, n’utilise pas de suite la vapeur car tu risquerais de faire fondre le simili. Tout dépend s’il est épais ou très fin….

Et maintenant que les coutures sont ouvertes, on va surpiquer ! Alors pour la distance, c’est toi qui voit, moi je l’ai fait à 2 mm. Tu peux faire une couture au point droit, ou un point décoratif. Au choix !

2.png

Petite astuce pour coudre du simili !

Il est très probable que tu rencontres un problème technique lors de cette surpiqure : le simili va « coller » au pied, n’avancera pas, le point ne sera pas joli…. Alors avant de t’énerver, tu peux soit utiliser un pied teflon, soit mettre un bout de scotch sous ton pied classique ! 

Etape 3 : tu vas préparer les passe-sangles avec les 2 morceaux de 5×8 cm, en pliant comme sur le schéma suivant :

3-5

Tu vas les positionner à 19,8cm de chaque bord, à peu près au milieu. Comme cela :

3-7.png

Et tu vas réaliser une piqure en croix, afin de les maintenir :

3-6

Etape 4 : il faut former le sac. Donc tu vas replier ton joli rectangle endroit contre endroit, et réaliser une couture droite à 1,5 cm du bord ! Fait attention de bien faire correspondre les bandes pour les raccords !

3.png

 

Etape 5 : il faut maintenant mettre le fond de sac ! Et pour moi, c’est l’étape la plus délicate…. Car il faut placer un fond circulaire. Mais rien n’est insurmontable ! Il faut juste prendre le temps de bien placer l’endroit du fond du sac contre l’endroit du « cylindre » que tu viens de former ! N’hésites pas à mettre beaaaaaucoup de pinces / d’épingles. Tu ne devrais pas avoir trop d’embus. Et si jamais tu rencontres trop de difficultés, tu peux cranter le sac, mais PAS le fond de sac 😉  Fais ta couture à 1,5cm !

4.png

Montage de la doublure

Pour mon prototype, je n’ai pas réalisé de poche intérieure.  Mais si tu veux ajouter une poche passepoilée, une poche zippée, ou des compartiments, c’est sur le rectangle de la doublure qu’il faut que tu l’ajoutes ! Si tu veux faire des ajouts, c’est maintenant ! après se ne sera plus possible 😉

Etape 1 : on va former l’intérieur. Donc tu vas replier ton joli rectangle de doublure, endroit contre endroit, et réaliser une couture droite à 1,5 cm du bord !

5

Etape 2 : on rajoute le fond de sac ! Comme pour le fond du sac extérieur, c’est la même méthode ! Ici, ça devrait être plus facile, car une doublure en coton est beaucoup plus souple que du simili. Fais ta couture à 1,5cm !

6

Assemblage du sac

Tu as fais le plus dur ! Il ne te reste qu’à bâtir la doublure contre le bord supérieur du tissu ethnique.  Ensuite, à l’aider de ton fer à repasser, tu réalises deux plis : l’un à 1 cm et l’autre à 4 cm du bord du simili, vers l’intérieur. Depuis toute à l’heure, la semelle du fer n’est pas devenue copine avec le simili, alors utilise un tissu de « protection » 😉

8.png

 

Il ne te reste plus qu’à positionner le premier pli contre le fil de bâti, et de coudre le simili contre la doublure ! Ensuite, tu peux faire une couture décorative à quelque millimètre du deuxième pli, mais ça, c’est comme tu préfères.

9

Pose des oeillets, du cordon et des sangles

Il ne te reste plus qu’à poser les oeillets sur la partie supérieure du simili, entre les deux dernières couture que tu viens de faire.  Le conseil que je peux te donner, c’est d’utiliser du scotch de masquage (tu vois, celui qu’on utilise en peinture ?) et de marquer au stylo, les emplacements des oeillets.

10

Combien mettre d’oeillets ? Je dirais que c’est une histoire de goût. Personnellement, j’en ai mis 8, de 11mm de diamètre. Mais après, tu peux en mettre 10 ou 6. Pour te décider, je te conseille de plier le sac comme tu voudrais qu’il soit, et regarde combien de plis tu préfères avoir ! Ensuite, il ne te reste plus qu’à utiliser ta règle pour positionner les oeillets à égale distance, et le tour est joué !

Une fois tes oeillets posés, tu n’as qu’à plus qu’à passer le cordon à travers. Et fixer la sangle comme bon te semble !

Malheureusement, je n’ai pas encore reçu ma sangle et mon cordon à l’heure où je publie cet article…. Alors je ne peux pas te montrer le sac terminé. Mais promis, je fais l’update dès que la commande arrive !

Mais comme je suis sympa, voici un croquis de ce à quoi devrais ressembler mon sac. On ne critique pas mes talents de dessinatrice….

croquis sac